Spectacles

Va jusqu’où tu pourras

Que vont-elles chercher ? Qui suivent-elles ? Que fuient-elles ? De la Turquie à Ostende, de la mer à la mer et du sud au nord, en passant par Marseille et Bruxelles, on assiste au récit d’une errance. La metteure en scène Joëlle Cattino choisit la fiction pour mettre en lumière une immigration dont on parle peu ou mal et interroger les droits des femmes.

Écrite par Sedef Ecer (Turquie), Michel Bellier (France), Stanislas Cotton (Belgique), cette traversée est une trilogie. Chaque auteur est le guide, le passeur, le garant d’un épisode.

Présentation complète et réservation sur le site du théâtre


Va jusqu’où tu pourras
Du 7 au 12 mars 2014 au Théâtre Joliette-Minoterie
2, place Henri Verneuil - Marseille 2e
Tarifs de 3 à 20 €

Travailleur de la nuit

Marius Jacob a été marin, pirate, typographe avant de financer la cause des démunis en braquant les coffres-forts des plus riches. À travers le destin de cet homme qui a survécu à 25 ans de bagne, nous découvrons notre propre histoire de la 3ème république à nos jours, avec les spéculations boursières et les crises économiques ; la naissance du terrorisme et les contradictions de l’état d’urgence...

De Jeremy Beschon à partir d’un texte de Vincent Siano et des recherches de Jean Marc Delpech / Mise en scène : J. Beschon / Avec : Roland Peyron / Lumière : Cyrille Laurent
 
Accompagnée d’ateliers d’éduc’ pop’ et d’enquête politique dirigés par l’anthropologue Marie Beschon, cette pièce permet de poser un nouveau regard sur la loi, l’État et la liberté. Si la colère du juste est légitime, comment structurer la révolte ? Comment ne pas tomber dans l’engrenage de la violence et de l’autodestruction ?


Travailleur de la nuit
D’après la vie du cambrioleur Marius Jacob (1879-1954)

Vendredi 12 et samedi 13 janvier 2018 à 20h

Théâtre de l’Oeuvre
1, Rue Mission de France
13001 Marseille

+ d’info et réservations : manifesterien@gmail.com

Histoire universelle de Marseille d’après Alessi Dell’Umbria


Par le collectif Manifeste Rien

D’après Alèssi Dell’Umbria (Éditions Agone)

Ce spectacle permet de découvrir la citoyenneté à partir de la création même de la Cité. L’organisation politique et culturelle des villes du moyen âge inspira les mouvements populaires de la révolution française. La république est la « res publica » ; la chose publique. La comédienne interprète avec humour et panache les protagonistes de différentes époques : Henri IV, Louis XIV, Robespierre ; mais aussi les troubadours, les poissonnières, les prisonniers… Une adaptation faite de trahison, de poésie et d’émeutes : mille ans d’histoire pour une comédienne sur un plateau nu. Tel est le défi, « le paratge » comme on disait jadis. Un théâtre épique pour découvrir une riche expérience d’émancipation. Un combat qui se poursuit avec les mutations urbaines que connaissent aujourd’hui les grandes villes européennes. S’offre alors, à la sagacité du spectateur, le modèle d’intégration républicain, et crée à nouveau ce lien indispensable entre le local et l’universel.

Texte : Alèssi Dell’ Umbria / Adaptation : Jeremy Beschon & Virginie Aimone / Mise en scène : J.Beschon / Comédienne : V. Aimone / Lumière : Fabrice Giovansili / Diffusion : Iris Kaufmann – FeM / Assistante production : Marie Anne Robveille.

Durée du spectacle : 1 heure.

Samedi 18 mars 2017 à 20h
Théâtre de l’Oeuvre
1 rue Mission de France
13001 Marseille

En présence
d’Alèssi Dell’Umbria


Dans le cadre du lancement de la semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (du 18 au 26 mars).

Tarifs : 15€ / 8€ (personnes en situation de handicap, minima sociaux, étudiants)


Réservations : reservation@theatre-oeuvre.com

+ d’infos sur le site du Théâtre de l’Oeuvre

Dans la presse … 

« Le mérite de faire passer un texte savant en toute simplicité : une spécialité de la compagnie Manifeste Rien. Mission accomplie ! » César


« Remarquable interprète, Virginie Aimone incarne cette résistance marseillaise. » Zibeline


« Pourquoi une ville de 2600 ans garde si peu de traces de son histoire ? Pourquoi les enfants d’immigrés se sentent si fortement attachés à leur ville ? Pourquoi la mauvaise réputation a fait si soudainement place à la mode, au fun touristique et culturel ? Autant de questions et d’affects auxquels répond ce spectacle » Hommes & Migrations

Manifeste Rien propose un travail entre spectacle et sciences pour partager les richesses et la complexité de nos sociétés. A leur répertoire « les 3 exils d’Algérie », « la marseillaise et cætera », « CHACAL, La fable de l’exil », « Le Massacre des Italiens », « Une histoire populaire des Etats Unis »…

 

Les rendez-vous des cafés nord-africains

Entre mémoires des traditions et métissages actuels, le Festival Tamazgha à l’initiative de l’association Sud Culture offre un espace dédié au patrimoine musical d’Afrique du nord dans le cadre exceptionnel du Parc François Billoux ainsi qu’au centre culturel Mirabeau.


Le concept de « café nord-africain » remonte au début du XXe siècle, lors des premières vagues d’immigration nord-africaine. Il s’agit d’un travail de mémoire sur des artistes de l’exil.

8 et 14 juin à 20h30
Centre Culturel Mirabeau
5 impasse Albarel Malavas
13015 Marseille

Entrée libre

Présentation sur le site de Marseille-Provence 2013.

David de Sassoun. Une épopée populaire arménienne en neuf épisodes

La Minoterie - Théâtre de la Joliette et le GMEM, centre national de création musicale, donnent rendez-vous un jeudi par mois, pendant neuf mois, pour venir entendre, dans son intégralité, l’épopée populaire arménienne David de Sassoun.


Huitième et dernier épisodes le jeudi 29 mai 2008 à 19h00

" Les épopées, à la fois sources populaires et objets ethnographiques sont auprès de nous inscrites dans des livres, préservées, silencieuses, attendant qu’on leur prête son souffle.
Je voulais ainsi raconter avec David de Sassoun une histoire dans un temps évident et simple à la fois, comme le temps d’un rendez-vous quotidien qu’on prend avec son enfant avant qu’il ne s’endorme. Le temps de partage d’une œuvre transmise de génération en génération, oralement d’abord par des conteurs, ayant comme eux conscience de l’importance d’offrir dans son intégralité ce trésor de l’imaginaire collectif. "

Elisabeth Moreau est accompagnée par l’univers musical de Patrick Portella.

Toutes les informations sur le site de la Minoterie


A nos morts ... L’hommage du hip-hop aux tirailleurs

Ce spectacle raconte l’histoire des tirailleurs morts pour la France dans une forme artistique mêlant danse hip-hop, chant rap, poésie urbaine, vidéo... Par cette création originale, la compagnie Mémoires vives entend “ rappeler au plus grand nombre, aux nouvelles générations notamment, que la diversité était aussi dans les rangs de celles et ceux qui ont libéré la France il y a soixante ans ”.

Le site dédié au spectacle (musiques, textes, vidéos, ...)

Jeudi 24 mai 2012 à 20h30
Cinéma 3 Casino
11, Cours Forbin 13120 Gardanne

Information et réservation auprès de l’association CONTACTS
Tel : 09 50 69 93 05 - Mail : association.contact2@free.fr
Une représentation scolaire et deux ateliers sont également menés en avec les élèves du lycée de Valabre.

Le spectacle a reçu le Prix de l’Initiative Laïque de la MGEN le 9 octobre 2008 dans le cadre des Rendez-vous de l’Histoire.

Une étoile pour Noël, ou l’ignominie de la bonté

« Une étoile pour Noël c’est l’histoire du petit Nabil farouchement décidé à devenir Premier Ministre comme le lui a demandé secrètement son père. Entre les mines de ciment où travaille ce dernier et le ministère, il n’y a qu’un pas à franchir… C’est en tout cas ce dont est bientôt convaincu Nabil, happé par la grande machine à laver d’une petite société, où chacun s’emploie à lui inculquer les recettes de la réussite : ne pas ressembler à son père, avoir un prénom avec les bonnes sonorités, connaître l’équation type d’un cercle pour découper un gâteau… »

Représentations au Théâtre Gyptis du 24 au 26 avril 2008
136, rue Loubon 13003 Marseille

Présentation, critiques et infos pratiques sur le site du théâtre Gyptis.
Chaque représentation sera suivie d’une rencontre avec le comédien.

Texte et interprétation de Nasser Djemaï, mise en scène Natacha Diet
Compagnie Repères

Le texte a reçu le Prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public décerné par les élèves de 3ème–2nde du Var (partenariat entre la Bibliothèque Armand Gatti et l’Inspection académique du Var – rectorat de Nice visant à promouvoir auprès des jeunes la lecture de textes contemporains de théâtre, favoriser la rencontre avec leurs auteurs, aider à la constitution de rayons de théâtre contemporain dans les bibliothèques de l’Education nationale).

Hommage à Mahmud Darwich

En hommage au poète palestinien MAHMUD DARWICH, décédé cet été, les élèves de troisième année de la classe d’art dramatique du Conservatoire National de Région de Marseille reprennent, sous forme de lecture mise en espace, une partie du spectacle présenté l’année dernière dans les équipements de proximité de la Joliette et de certains quartiers des treizième et quatorzième arrondissements de Marseille.

Ce spectacle, mis en scène par Jean-Pierre Raffaelli, s’inscrivait dans le cadre du projet Théâtre en Quartier / Théâtre en Famille, en partenariat avec le Théâtre de la Minoterie.
En collaboration avec Akel Akian du Théâtre de la Mer, les élèves ont pu travailler ces textes à la fois dans leur traduction française, mais également dans leur langue originale, l’arabe.

Jeudi 13 novembre 2008 à 19h00
Antenne Melchion du Conservatoire
13, rue Melchion 13005 Marseille
Métro ligne 1 station Baille

L’entrée est libre et gratuite.
Pour les groupes, il est néanmoins conseillé de réserver en appelant le 06.73.22.41.88

Lettres à Lucette

Bachir Hadj Ali (1920-1991), ami de Kateb Yacine, homme politique, poète et musicologue, écrit à sa femme depuis le pénitentiaire de Lambèse (Est algérien) où il est emprisonné.
On est saisi par la puissance poétique dans laquelle la part intime de l’homme et l’histoire qui se fait nous projettent dans un passé qui continue de mordre sur le présent.

Portrait de Ziani Cherif Ayad sur le site de la Friche Belle de Mai 


Une proposition de « El Gosto Théâtre » et de la Friche la Belle de Mai, avec le soutien de la Région Provence - Alpes - Côte d’Azur, dans le cadre du projet Théâtre d’échange franco-algérien / Dramaturgies arabes contemporaines En Coproduction avec le Vélothéâtre, Apt et le Théâtre des Salins, Scène Nationale de Martigues. Projet soutenu en France : par le Conseil Régional PACA, la Convention CULTURESFRANCE/DRAC/Région PACA, Théâtre le Sémaphore, Port de Bouc. En Algérie : le Ministère de la Culture et l’AARC (Agence Algérienne pour le rayonnement Culturel), le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France à Alger, Djazaïr News

Choix des textes et mise en espace : Ziani Chérif Ayad

Avec : Amel Himeur, Nourreddine Saoudi

Horaires : le 14/03 à 20h (version française) et le 15/03 à 16h (version arabe)

Renseignements/réservations : 04 95 04 95 08 ou 04 95 04 95 23

Festival Africa fête

Africa Fête a 30 ans en 2008 et propose :
- des concerts dont une création hip-hop entre des artistes du Sénégal de la France et du Brésil
- un apéro-débat sur les luttes des immigrés africains en France hier et aujourd’hui (1968-2008)
- un village festif avec associations, créateurs, artisanat, ateliers, restauration, plats traditionnels africains, goûter musical en plein air, projections de documentaires, expo, ...

Programme complet sur le site dédié.

En 1978, Mamadou Konté crée le Festival Africa Fête à Paris afin de sensibiliser l’opinion à la condition des travailleurs immigrés en France. Il organise un premier concert avec entre autres Claude Nougaro et Pierre Akendengué. Le festival sera repris chaque année, et assurera la découverte de jeunes talents et leur développement de carrière. Parmi eux, Baba Maal, Manu Dibango, Salif Keita, Ismaël Lo, Positive Black Soul, Touré Kunda, Kassav, Angelique Kidjo, etc.

Chansons pour mémoire

La programmation, entièrement gratuite, réunira :
- le spectacle du groupe ORIGINES CONTROLEES,
- une table ronde sur les chansons de l’immigration,
- un hommage à RAOUL RENASSIA,
- la projection du film ALGER ORAN PARIS, LES ANNEES MUSIC-HALL
- une exposition.

Cet événement est proposé par la direction régionale de l’ACSé en partenariat avec la DRAC et avec le concours de Teknicité. Il s’inscrit dans le cadre de "2008, année européenne du Dialogue Interculturel".

Programme complet sur le site du dispositif Identités Parcours Mémoire (IPM).
L’entrée à l’ensemble des manifestations est gratuite sur invitation.

Espace Julien
39 Cours Julien 13006 Marseille
T. 04 91 24 34 18 / 04 91 21 24 10

Le concert des amoureux

Après Nantes, Montpellier accueille un concert de soutien à la campagne Les Amoureux au ban public pour soutenir les milliers de couples franco‑étrangers qui sont aujourd’hui privés du droit de mener une vie familiale normale en raison du durcissement constant des lois sur l’immigration et des pratiques administratives.

Informations pratiques sur le site des Amoureux au ban public

 
Peu de meilleur et trop de pire, rapport de la CIMADE sur la situation des couples mixtes en France (pdf)

Dans le cadre de la campagne pour le droit de vivre en famille, 80 universitaires et chercheurs soutiennent la saisine de la HALDE par les Amoureux au ban public

Loin

Loin, la quête d’identité de Rachid Ouramdane l’a emmené bien loin. Au Vietnam, là où cinquante ans auparavant son père se battait sous la bannière de l’armée française pour conserver une terre qu’on appelait Indochine. Ville après ville, il a refait l’itinéraire de ce soldat algérien et découvert au fil de ce voyage une réalité à laquelle il ne s’attendait pas : être considéré là-bas comme l’enfant d’un colon. De ce reversement brutal de perspective est né un captivant objet qui brasse les notions d’identité, de mémoire et d’héritage. Un autoportrait chorégraphique, émaillé de confessions intimes et d’images vidéo, où la petite histoire rejoint la grande, le vécu le mythe, la réalité le subjectif. Infiniment concentrée, syncopée, convulsée ou pacifiée, la danse se joue des points de vue, circule entre un passé douloureux et un présent perturbé, et l’emporte, parvenant à mettre à distance le tragique des guerres de tous et des combats de chacun. Au terme d’une sacrée expédition.

Présentation et infos pratiques sur le site du festival d’Avignon.

Présentation et vidéo sur le site de la compagnie l’A’

conception et interprétation : Rachid Ouramdane
musique : Alexandre Meyer
vidéo : Aldo Lee
lumières : Pierre Leblanc
costumes, maquillage : La Bourette
décor : Sylvain Giraudeau

Zone danse hip-hop

Les compagnies invitées par Scènes et Cinés Ouest-Provence s’inscrivent entre mémoires et territoires, pluralité des regards, histoire et transmission...

Mémoires vives (avec le spectacle A nos morts), E.Go, Hip Hop Soul Style, Mobil’ô, Impact... autant d’artistes, de danseurs... qui illustrent à quel point la danse Hip Hop porte en elle le métissage, la créolité culturelle.

Programme Zone Danse Hip Hop 2008 en téléchargement sur le site Scènes et Cinés

Présentation des ateliers qui se dérouleront du lundi 27 au vendredi 31 octobre (pour les 8-12 ans, pour les plus de 12 ans, ...)

Les animaux malades de la peste

Dans le cadre d’un travail autour des figures de bouc émissaire, la Compagnie Peanuts propose des lectures théâtralisées d’une fable de la Fontaine dans laquelle pour la première fois on cria " Haro sur le baudet ".

« Tous les gens querelleurs, jusqu’aux simples mâtins
Au dire de chacun, étaient de petits saints
L’âne vint à son tour et dit : " J’ai souvenance … »

Samedi 30 octobre 2010 à 14h30
Bibliothèque de l’Alcazar / Département jeunesse
Cours Belsunce 13001 Marseille

Entrée gratuite. A 16h30, autre lecture théâtralisée : Le chameau, le lion, le léopard, le corbeau et le chacal

Présentation du spectacle sur le site de la compagnie

Présentation du projet Espèces de bouc : les ateliers du bouc émissaire

Lance et Crie

Projet-citoyen, "Lance et Crie" offre la possibilité de l’expression de chacun, et de l’écrit, naissent les cris... cris publics, donc collectifs et partagés issus d’une parole singulière, intime, par trop souvent refoulée. Projet-citoyen également car il permet une belle rencontre entre le théâtre et la rue, entre des jeunes élèves formé dans un Conservatoire et des populations de toutes origines et de toutes classes sociales, pas nécessairement publics de la culture et du théâtre.
Chaque parcours dure environ 1h/1h30 et se terminera par un goûter ou apéritif (selon l’horaire) convivial...

Contact / Informations
Théâtre de la Mer
53, rue de la Joliette 13002 Marseille
Tél : 09.53.29.03.53

Carmen Seitas

A travers cinq comédiennes principales, entourées d’un chœur composé par La Chorale de l’Académie de chant populaire qui représente l’ensemble des ouvrières, Carmen Seitas retrace une sorte de saga familiale qui traverse les différentes époques de la Manu, de son origine à sa fermeture.
Mais au-delà du spectacle, de la musique, du théâtre, cette pièce interroge l’histoire, la vie économique, les facteurs humains et sociologiques. Car si de nombreuses créations et auteurs ont déjà abordé la mémoire des travailleurs, qu’en est-il exactement du travail des femmes, de la mémoire ouvrière féminine ?
Edmonde Franchi a voulu retrouver l’âme de ces femmes, leur histoire collective. Dans cette fresque magnifique, les histoires de famille se superposent à l’histoire du travail et la mémoire familiale devient le véhicule de la mémoire ouvrière.
Gardant son grain de folie et ses bons mots, Edmonde Franchi, avec sa profusion et sa générosité, explore le temps, ouvre des blessures, tire des portraits et des personnages allégoriques et utilise la musique comme un vecteur essentiel de la mémoire et de l’émotion.

Théâtre du Chêne Noir
8bis, rue Sainte-Catherine
84000 Avignon
Tél : 04 90 82 40 57

Distribution, note d’intention et présentation du spectacle

Les oranges

Petite et grande histoire de l’Algérie vue d’un balcon. Avec Les Oranges, Aziz Chouaki tente de reconnecter l’Algérie avec son Histoire, ses histoires, celles de tous les jours, de tous les Algériens. Loin de tout didactisme, il ne nous livre pas là une leçon d’Histoire, mais une leçon de vie(s), une expérience humaine. Tout en humour, ironie et tendresse, il porte le regard du peuple algérien sur lui-même, avec générosité et dans le partage, malgré les drames, malgré le sang et le chaos.

  • Première partie : les années de la colonisation (de 1830 à 1962). Alger : un homme est à son balcon. Il regarde vivre son quartier et parle de son pays : la colonisation, l’Emir Abdelkader, Isabelle Ebehardt, Albert Camus, le F.L.N., l’Indépendance...
  • Deuxième partie : Indépendance et reconstruction (de 1962 à nos jours). Alger, l’homme est toujours à son balcon... Entre sa vision et sa mémoire, entre humeur et douleur, il revisite l’histoire sensible de l’Algérie de l’Indépendance à nos jours. Dans un pays où le sang a la fâcheuse tendance à remplacer le verbe, où le sourire devient un acte de courage, comment restituer la grandeur d’un peuple, ses errements, ses espoirs et ses peines ?

Présentation de la pièce et infos pratiques sur le site du théâtre de Lenche

Dossier documentaire réalisé par le Théâtre de la Mer en téléchargement

Chocolat

« Peint par Toulouse-Lautrec, filmé par les frères Lumières, célébré par Jean Cocteau, le duo Foottit et Chocolat, qui a inspiré Samuel Beckett, est aujourd’hui tombé dans l’oubli. Né à Cuba en 1864, Chocolat est devenu le premier Auguste noir du cirque français pour fuir l’esclavage. Son duo avec le clown blanc met en scène la domination raciale au moment même où la République se lance dans l’aventure coloniale. »

La Minoterie Théâtre de la Joliette
Samedi 24 avril 2010 à 20h00
9-11 rue d’Hozier 13002 Marseille
(métro 2 ou Tram, station Joliette)
Tarifs : 8 € / 5 € / 2 €
Réservations au 04.91.90.07.94

A cette occasion, ACT et la Minoterie propose une rencontre-débat avec Gérard NOIRIEL à 15h sur Théâtre et politique : de l’art et des questions sensibles.

Reportage vidéo sur la création de CHOCOLAT sur le site de Télérama

Présentation complète sur le site du collectif DAJA

Dossier pédagogique sur le site des Clionautes

 

Comment je suis arrivée là ! Récits de vie de femmes d’Alès et de Marseille

Ce spectacle, rythmé de chants kabyles, est un message, une transmission orale, une mémoire pour les plus jeunes. L’histoire de leurs mères, de leurs grand-mères, venues de Kabylie, d’Algérie, du Maghreb dans les années 50 - 60. (...)
Comment imaginer l’arrivée en France à 20 ans de ces femmes aujourd’hui vieillies que l’on croise dans les rues de nos villes sans toujours les voir ? Quelles étaient leurs conditions de vie, leur quotidien pour elles qui ne comprenaient pas et ne parlaient pas français ?

Présentation, vidéos, photos et articles sur le site dédié

Spectacle du 8 au 31 juillet 2009 à 19h00
Centre Européen de Poésie - Avignon OFF Festival
4/6 rue Figuière 84000 Avignon

Tél : 04 90 82 90 66

Tarif unique : 5 euros dans le cadre d’ Avignon Collectif 5

Folies Colonies ! Le théâtre forain hip-hop

Dans ce deuxième spectacle après A nos morts, l’hommage du hip-hop aux tirailleurs, la compagnie a décidé de raconter, de façon outrageusement théâtralisée, le parcours de ces soldats morts pour la République mais aussi l’histoire de leur colonisation, de leur capture, de leur asservissement, et de leur devenir au travers de leurs enfants et petits-enfants qui peuplent actuellement les banlieues françaises et qui n’ont justement, pour s’exprimer, que des arts d’exclus, rap, slam, hip-hop.

Présentation, vidéo et revue de presse sur le site de la compagnie

Représentations du 16 au 19 mars 2010 (séances scolaires et tout public) au Théâtre Comoedia d’Aubagne

Présentation, contact et autres infos sur le site du festival international du fim d’Aubagne


CarmenSeitas

 

Titre : CarmenSeitas

Support : spectacle théâtral et musical

Resumé : Reprenant l’oeuvre de Bizet basée à Séville, ici les cigarières sont celles de l’usine Seita à Marseille. A travers une saga familiale, ces ouvrières qui ont fait l’histoire de la manufacture livrent en choeur leur vérité, leurs luttes et leurs souffrances, souvenirs, chants, bruits. Ce récit est constitué de paroles de comédiennes anciennes ouvrières ou filles d’ouvrières et du choeur de l’académie de chant populaire de l’Estaque dirigé par Alain AUBIN.

Thèmes : mémoire ouvrière-travail des femmes-industrie du tabac

Lieux : 3ème (Friche Belle de Mai)

Auteur(s) : Edmonde FRANCHI

Editeur(s) : Cocktail théâtre

Date : 2008

Made in Paradise

Mettant à nu nos préjugés, renvoyant le public à sa méconnaissance de l’islam (dans l’un des fragments, les performeurs se taisent et laissent, pendant 10 minutes, les spectateurs dire tout ce qu’ils savent - ou en vérité ce qu’ils ne savent pas - de cette religion), Made in Paradise veut combattre clichés et présupposés.

À ce titre, l’un des fragments voit Omar Ghayatt retracer son apprentissage sexuel, entre appréhension et politique des petits pas, alors que l’imagerie traditionnelle aurait plutôt tendance à montrer un point de vue féminin et laisser penser que les hommes rivalisent de fanfaronnades sur ce thème. De même, le fragment « Action » travaille la représentation de l’homme musulman en montrant bout à bout des séquences tirées du Aladdin de Disney, d’un James Bond, d’un Indiana Jones ou d’un épisode de 24H dans lesquelles scènes de torture et de combats montrent l’oriental comme nécessairement vil et malfaisant. Humour et distance sont donc constamment présents dans un spectacle revigorant et séduisant.


Villa Méditerranée
Esplanade du J4
13002 Marseille

Site internet de  Made in Paradise

Origines contrôlées / J’y suis j’y reste

A l’occasion de la tournée J’Y SUIS J’Y RESTE, édition 2009 de la tournée des villes d’Origines contrôlées, un collectif d’acteurs culturels et sociaux de la vallée de l’Huveaune a construit en direction des habitants du secteur la programmation suivante le vendredi 6 novembre 2009 en après-midi et soirée :

Cet événement est proposé par le Café-Musiques L’AFFRANCHI avec le soutien de la direction régionale de l’ACSé.

Café-Musiques L’AFFRANCHI
212, bd de St Marcel
13011 Marseille
Tel : 04 91 35 09 19

Livret de famille

Avec Livret de famille, Magyd Cherfi ose une poésie du réel, une autobiographie collective... comme des coups de poing qui font du bien. Ça parlera de lui mais surtout de nous, de nos identités, de nos France(s), de nos hontes, de nos petites fraternités...

En adaptant ce texte pour une comédienne, un peintre et un musicien, nous affirmons ici notre volonté de bousculer la rue de façon politique et poétique.

Le public sera donc invité à vivre, le temps d’une déambulation, la ville d’un autre que soi. Des traces de peinture sur les murs, des sons qui s’envolent aux balcons, des mots criés-chuchotés, une embarquée textuelle loin des centres-villes et des axes touristiques... dérangeant et jubilatoire !

Présentation détaillée et vidéo sur le site de la compagnie

 

Samedi 13 septembre 2014 à Valréas (84)
Samedi 4 octobre 2014 à Port-Saint-Louis-du-Rhône
(13)
Jeudi 9 octobre 2014 à Marseille (13)

Samedi 11 octobre 2014 à Saint-André-les-Alpes (04)

Tournée gratuite à l’occasion de la Saison régionale Rue & Cirque ; infos pratiques sur le site de Karwan

Le chameau qui voulait être mangé

" C’est une histoire qui roule sa bosse depuis bien longtemps : un jeune chameau trop curieux croque un fruit qui le rend malade ; son caravanier l’abandonne aussitôt. Notre jeune herbivore, esseulé et perdu, traîne sa colère et son désespoir dans le sable pendant sept jours, quand à la tombée de la septième nuit, il rencontre un lion. "

.

Un spectacle tout public à partir de 7 ans, qui s’attache à délier les rouages complexes de la naissance d’un bouc émissaire et de la nécessité du sacrifice en temps de crise.
Un conte allégorique, drôle et sarcastique qui mêle à la cruauté des actes toute la douceur de la poésie. Ni morale, ni accusation. Simplement le constat d’un phénomène qui se répète inlassablement. Celui d’un chameau accueilli puis sacrifié, victime du « tous contre un ».

Présentation du spectacle sur le site de la Compagnie Peanuts

Théâtre du Têtard
Du 19 au 25 février à 15h00
33, rue Ferrari 13005 Marseille
Tél : 04 91 47 39 93

Les Bronzés font de la Résistance

" Flow d’prolo, accordéon, violon, machines électro-hip hop et pas de chichis ni fioritures, le MINISTERE DES AFFAIRES POPULAIRES c’est de l’artisanal bien de chez nous et bien basané. Fils d’immigrés algériens, enfants du plat pays et citoyens du monde, les 5 saltimbanques ch’timis révolutionnaires du MAP composent, avec leurs cultures, leurs racines et leurs réalités au pays du vin, du boursin, des discriminations raciales et des injustices sociales, en occupant le terrain avec militantisme, impertinence et musicalité. Avec un rap teinté de chanson et de musique orientale le MAP réinvente un bal populaire plus militant et plus contestataire sans en oublier la dimension festive. Leur devise : « Révolte et Espoir » "

Présentation, réservations et infos pratiques sur le site du café musiques L’Affranchi

Site du groupe (vidéos, discographie, ...)

 

La révolution des chibanis

Dans son appartement HLM à la Busserine, le vieux Bouchiche s’installe dans son pouf ; il chantonne. L’odeur du thé à la menthe fait émerger ses souvenirs... Marseille, 1958 : Un bateau arrive d’Algérie : le jeune Bouchiche et son ami Farhat débarquent à Marseille... Ils sont pleins d’espoir dans l’avenir : à eux la liberté, la démocratie, l’argent et le bonheur ! Le spectacle évoque alors, par épisodes, le parcours de ces deux hommes en France : la clandestinité, le travail sur les chantiers, la vie en foyer puis dans les cités HLM cosmopolites, la famille...

Samedi 7 mai 2011 à 18h30
Alhambra Cinémarseille
place Raphaël 13016 Marseille
Tél : 04 91 46 02 83

Présentation de la pièce sur le site de la compagnie

Portrait vidéo de Kamel Boudjellal, auteur et comédien, sur le site d’ACT

Mémoire des Italiens en Provence. Canto dell’immigrante

" Depuis 1992, nous explorons la richesse et la diversité des populations composant la Provence d’aujourd’hui. Parmi celles-ci, l’influence des populations venues d’Italie est essentielle. (...) A partir du matériau collecté, nous avons constitué un spectacle composé de chants d’exil, de chants de travail et de chansons populaires italiennes. Le spectacle alterne des lectures de témoignages d’italiens immigrés en Provence et des chants en italien. "

Extraits musicaux et photos sur le site internet du groupe

Mardi 1er juin 2010 à 20h00
Auditorium des Archives départementales
18-20, rue Mirès 13003 Marseille

Entrée libre sur inscription au 04.91.08.61.00

Catherine CATELLA, chant
Lionel ROMIEU, guitare, mandole, trompette
Benoît CAPRON, accordéon
Jean-Yves ABECASSIS, contrebasse
Jean-Philippe BARRIOS, batterie percussions

Mémoire d’Italiens. Canto dell’immigrante est également un livre-disque (longbox comprenant un livret de 40 pages), produit par Ballades, et sorti chez Arion en avril 2009 en édition limitée.

Samudaripen / Solidarité avec les Rroms

Toujours dans le registre des oubliés de l’histoire, il est question dans SAMUDARIPEN du sort des tziganes durant l’Holocauste.
Mêlant des performances de danse Hip-hop, des séquences vidéos, slam-rap et jazz manouche, cette pièce chorégraphique pour quatre danseurs, trois musiciens et un slameur raconte le Samudaripen (génocide en langue rom) des Tziganes internés par Vichy, déportés et exterminés pendant le régime nazi.
Plus globalement, le projet met en perspective une persécution séculaire, voire millénaire des peuples nomades en Europe. Cette création questionne l’univers concentrationnaire et les systèmes de déshumanisation.

Bande annonce du spectacle

Présentation et distribution sur le site de la compagnie

Dimanche 5 septembre 2010 à 15h00
Dock des Suds
12, rue Urbain V 13002 Marseille
Participation de solidarité : 5 €

L’après-midi, organisée par la Fondation Abbé Pierre PACA et le collectif Rrom Marseille, donnera également lieu à des échanges et témoignage autour de la situation d’urgence actuelle.

Les Monologues Voilés

" Passer de l’autre côté du voile, se faire un chemin entre sourire, plaisir et confidence, les sœurs orientales des « Monologues du Vagin », qu’on ne présente plus, se dévoilent … Adelheid Roosen nous propose 12 monologues d’une exceptionnelle intensité, drôles, poétiques, émouvants, qui nous offrent le rare privilège d’entrer dans l’intimité de femmes musulmanes, sans fausse pudibonderie ni voyeurisme. Les comédiennes nous racontent avec humour et émotion les rituels, les joies, les désirs, les chagrins, les orgasmes, les pressions familiales, culturelles vécues par ces femmes aux prises avec leur culture d’origine et la confrontation avec l’Occident. Entre oppression et émancipation, entre silence et révolte, entre indépendance et emprise culturelle, mais surtout avec humour, ces monologues nous proposent un regard neuf sur la « femme musulmane » un regard désencombré de clichés poussiéreux, de préjugés ignorants. "

Présentation et infos pratiques sur le site du Théâtre d’Outre-Mer en Avignon (TOMA)
Chapelle du Verbe incarné
21G, rue des Lices
84000 Avignon
Tél : 04 90 14 07 49

Entretien vidéo avec les comédiennes Morgiane El Boubsi et Hoonaz Ghojallu et lecture
Comme on nous parle, Pascale Clark, France inter, 23 mars 2010

 

Babis ! Un spectacle migrant

En suivant d’anciennes routes migratoires, deux artistes itinérants partent de l’Italie pour la France, des Pouilles vers Marseille, rejouant les destins de milliers de migrants italiens (de la fin du 19ème siècle aux années soixante).
Ils sont marionnettistes itinérants. Le premier est d’origine italienne, le second d’origine algerienne ; l’un est musicien et danseur, l’autre conteur. Au fur et à mesure de leur avancée, ils rendent publics les récits personnels de ces grands mouvements historiques qu’ils ont récoltés, par le biais d’un spectacle de théâtre de rue, fantastique et onirique, qu’ils jouent de lieu en lieu, de villes en villages.
A travers la fiction qu’ils incarnent, ils font revivre les migrations du passé, leurs histoires et leurs perceptions afin de provoquer réactions et prises de paroles : ils viennent s’insinuer dans le réel actuel et dans les questions induites par les plus récentes vagues migratoires, en Italie comme en France.

Représentations gratuites

  • MENTON, plage des Sablettes, le 13 octobre de 16h à 17h30.
  • MARSEILLE, les puces de la Madrague (15°), le 16 octobre de 10h30 à 12h.
  • GARDANNE, place Roger Bossa, Biver, le 17 octobre de 16h à 17h30.
  • AIX EN PROVENCE, place des Martyres de la Résistance, le 19 octobre de 16h à 17h30.
  • MARSEILLE, place des Pistoles (2°), le 21 octobre de 16h à 17h30.
  • PORT ST LOUIS DU RHONE, place des Docks, le 23 octobre de 16h à 17h30.
  • MARTIGUES, place Mirabeau, le 24 octobre de 16h à 17h30.
  • AIGUES-MORTES, remparts sud, porte des Moulins, le 26 octobre de 16h à 17h30.
  • FONTVIEILLE, place Fernand Arnaud, le 27 octobre de 16h à 17h30

Contact : batoutos (@) gmail.com / 06 32 41 81 23

Présentation du projet sur le site Héritages culturels

La bonne étoile des Romani

" Riche d’une culture où l’oralité fait partie du quotidien, une femme se souvient et nous emporte sur les chemins sinueux de sa culture, sur les traces de sa famille de musiciens… Issue de cette communauté extrêmement pauvre, femme mûre au caractère bien trempé, elle réussit à obtenir un diplôme universitaire et sera la première rom à écrire en langue romani. Toute sa vie, elle oeuvrera pour la reconnaissance des siens.
C’est à cette femme que nous voulons rendre hommage et à travers elle, raconter comment malgré l’adversité, les roms ont survécu et sont parvenus à traverser ce siècle, quelque part en Slovaquie. Malheureusement, toute ressemblance avec des situations existantes ne sont pas fortuites. "

Présentation complète sur le site de la compagnie (tournée « Bibliothèques en Fête » organisée par la BDP 13)

Le spectacle sera joué dans les bibliothèques suivantes :

  • Lambesc mardi 05/10 à 18h
  • Jouques vendredi 08/10 à 20h30
  • Mouriès samedi 09/10 à 19h
  • St Rémy de Provence samedi 16/10 à 16h
  • Barbentane vendredi 15/10 à 19 h
  • Roquevaire mardi 19/10 à 20
  • Mimet mercredi 20/10 à 15h
  • Le Rove vendredi 22/10 à 18h

Il est inspiré par « Je suis née sous une bonne étoile, ou ma vie de femme tsigane en Slovaquie », autobiographie d’Ilona Lackovà et « Couleur de fumée » de Menyhért Lakotos, auteur rom hongrois.

Chin na na poun

Au départ, il y eut pour Patrick VAILLANT (mandoline), Daniel MALAVERGNE (tuba) et Manu THERON (voix), un engouement pour les cançons tout à fait singulières de Victor Gélu, poète majeur de la culture populaire marseillaise. (...) Plus tard, leur répertoire s’enrichit de compositions ou d’emprunts à diverses musiques populaires, sicilienne, napolitaine, sévillane ou même française !
Pour donner une pertinence à cette diversité, chaque membre du trio distille ses ingrédients, l’unité se faisant dans le goût partagé pour la mélodie populaire. Ainsi, Manu Théron (Còr de la Plana) apporte sa connaissance du chant d’essence patrimoniale. Patrick Vaillant (Melonius Quartet) en réfère à une érudition musicale à cheval sur le savant et le traditionnel. Daniel Malavergne (Auprès de ma blonde) fait appel à son expérience de la fanfare, de l’harmonie et des arts de la rue.

Cette clôture festive du cycle MARSEILLE LA MEDITERRANEENNE est gratuite mais la réservation est obligatoire au 04.91.08.61.00

Jeudi 14 avril 2011 à 19h00
Auditorium des Archives et Bibliothèque départementales
18-20, rue Mirès 13003 Marseille
Tram station Euromed Arenc / Métro station Désirée Clary

Présentation, extraits sonores et vidéos sur le site de la compagnie du Lamparo

Sale août. Comédie triste en 4 actes à la mémoire des ouvriers italiens massacrés à Aigues-Mortes en 1893

« Cette « comédie triste » qui emprunte au vaudeville nous plonge au cœur d’une famille bourgeoise confrontée, presque par hasard, à un évènement tragique. Et c’est là, dans ce décalage, dans ce croisement entre « petite » histoire familiale et « grande » histoire tragique que se trouve tout le talent de Valletti. Il distille au fur et à mesure du déroulement de l’histoire, ces trois jours où tout va basculer, tous les questionnements qui traversent aujourd’hui encore la société française confrontée à la présence de l’étranger, le bouc émissaire parfait, celui qui apparaît souvent comme une menace dans une société en perte de repères, de certitudes et de confiance en elle-même. » 

 

Vendredi 28 janvier 2011
CNCD Châteauvallon, Ollioules
Présentation et infos pratiques

Mercredi 26 janvier 2011
Théâtre de la Colonne, Miramas
Présentation et infos pratiques


Mercredi 15 au 18 décembre 2010
Théâtre de la Criée, Marseille
Présentation

Journée "Théâtre, Histoire et Politique" le 18 décembre : lecture et rencontre avec l’historien Gérard Noiriel.

Vendredi 3 décembre 2010
Théâtre de la Passerelle, Gap
Présentation (dont vidéo de travail)

La pièce est créée à la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau en novembre 2010.

Cochon d’Allemand

 ... une histoire politique...
" Construisant un espace-temps original à même de mettre en scène des périodes historiques reliées mais éloignées, Knud Romer restitue le cours de l’Histoire. Derrière le destin de la famille, il y a celui de l’Allemagne (Est et Ouest) et du Danemark, il y a les nazis et les résistants communistes, le IIIe Reich agonisant et l’Europe en construction. D’un récit sur la violence contre sa mère, Romer parvient à faire un récit sur la violence de l’Histoire. D’une grande force. ... "
et une histoire d’époque...

Vendredi 25 et dimanche 27 novembre 2011
Théâtre Isle 80
18 place et rue des Trois Pilats
84000 Avignon

Tél : 04 88 07 91 68

A partir de cette oeuvre littéraire, la compagnie Peanuts propose une nouvelle création théâtrale sur les figures de bouc émissaire

Nour

" Membre d’une fratrie de neuf enfants, Nour El Yacoubi, d’origine algéro-marocaine et arabo-berbère, est née en France en 1983. À Hennaya et à Oujda ses parents étaient paysans. Sa mère chantait et dansait, son père était acrobate et musicien. Aujourd’hui en France, Djamila s’occupe de la maison et Amin est saisonnier et maçon. Ils regardent avec inquiétude et tendresse le parcours de Nour qui, grâce à la danse urbaine, s’exprime, transforme un héritage, s’éprouve pour affirmer une place. Nour est à la recherche de ses origines, elle fabrique une identité. "

Le GdRA joue avec les frontières, les respecte ou les transgresse, se soucie peu des clivages présumés, communautaires ou artistiques, tout en portant un grand amour aux parcours culturels et singuliers. Chant et musique au plateau, images documentaires, texte, cirque et danse fondent un théâtre anthropologique pétri de témoignages d’habitants d’Arles, de Calais, de Marseille ou de Périgueux.

 

Spectacle les 15, 16 et 17 mars 2012
Théâtre du Merlan
avenue Raimu 13014 Marseille
Tél : 04 91 11 19 30
Places de 3 à 20 €

Présentation complète sur le site de la compagnie

 

Les oiseaux migrateurs

Un spectacle sur la migration d’une famille italienne vers le Bassin Houiller de Provence, racontée par une femme. L’épopée de gens ordinaires qui fuient la précarité, la pauvreté pour construire leur légende personnelle ailleurs et ouvrir des possibles.
Musique, théâtre d’ombre et manipulations d’objets accompagnent la mère, le personnage principal, dans sa dimension onirique et dans les situations du réel comme le voyage, son arrivée dans la ville, les autres communautés, L’univers de la mine et celui de la lumière.
Même si ce projet s’articule autour des phénomènes d’immigration dans le bassin minier, il y est question avant tout de voyage et même plus d’épopée, cet acte, qui, s’il est parfois bordé de tragédie, accompagne la légende personnelle de chaque individu, du groupe qui l’entreprend.

Présentation et représentations du spectacle sur le site Mines2mémoire

Présentation du projet " Mémoires des migrations en pays minier "

Vendredi 14 janvier 2011 à 10h00 (scolaire) et 20h30 (tout public)
Espace Culturel Busserine
rue Mahboubi Tir
13014 Marseille
Tél : 04 91 58 09 27

 

La vie c’est à nous

Deux Kabyles intellectuels, l’un né en 1960 en France, l’autre en Algérie vers 1945, se retrouvent lors d’un colloque sur l’Art est-il différent de la Culture. L’histoire se déroule dans un jardin de Séville, en Espagne. Après quelques bières, nos deux compères s’inventent un univers peuplé de personnages du passé, voici que la nostalgérie prend le dessus.
Un spectacle ou l’on découvre plusieurs fantômes, des récits de vies qui nous transportent tout autour de la Méditerranée. Un voyage surprenant, comique et triste à la foi, le tout accompagné d’une musique arabo-andalouse.

Vendredi 25 mars à 20h30
Espace culturel Busserine
Rue Mahboubi Tir 13014 Marseille
Téléphone : 04 91 58 09 27

Site de la compagnie Théâtre et sociétés

Site de l’espace culturel Busserine

Mise en scène : Kamel Boudjellal.
Avec : Kamel Boudjellal, Djamel Belhouchat, Dora Céla, Marie Favereau.
Musique : Péna Flamenca de Rapa.

L’homme-pain

De quoi sommes nous faits ? De terre natale ou d’héritage familial ? Du pain que l’on mange ou de celui que l’on fait ?
Une boulangerie, la nuit. Un boulanger et son mitron. Tout en fabriquant le pain, Denis Barré et Karim Dehdouh rejouent l’histoire de leurs ancêtres, destins de Français d’Algérie auxquels font écho ceux de travailleurs immigrés algériens, italiens, turcs.
Sur un ton léger, subtil ou provocateur, les multiples récits se répondent et les identités s’entremêlent...
Denis Barré est comédien, auteur de spectacles au sein de la cie Kartoffeln. Karim Dehdouh est pizzaïole, danseur hip-hop et chorégraphe du groupe Massilia Force. Ils n’ont rien en commun si ce n’est qu’ils sont nés en 1971 à Marseille et que leurs pères respectifs ont grandi en Algérie.

Présentation complète et infos sur le site de la compagnie

Mardi 7 juin 2011 à 19h30 dans le cadre de FestiVallon
Centre d’Animation Culturelle de Frais-Vallon
13013 Marseille
Tél. 04 91 66 10 72
Entrée libre et gratuite

 

Se questionner sur l’école ...

Je ne veux plus aller à l’école
Création partagée née dans nos ateliers

Mercredi 6, jeudi 7, vendredi 8 avril 2011 à 20h30, la Cité Maison de théâtre
Rien… il n’y a rien… rien que des paroles qui tournent en rond… un système éducatif qui pèse et empêche tous ses acteurs d’avoir une parole personnelle… et puis un jour, des paroles d’élèves qui nous éclairent… On découvre des pistes de réflexions… des chemins possibles…

Jusqu’ici tout va bien...
Une enquête-performance de Maude Buinoud accompagnée par Michel André

le samedi 9 avril 2011 à 20h30, la Cité Maison de théâtre
Des profs, des élèves, une comédienne... Relations croisées. Maude Buinoud investit le collège Henri Wallon, rencontre et s’entretient avec des professeurs, se place au fond de la classe et observe. En parallèle, elle mène un atelier-théâtre avec une classe de 3e dans cet établissement, pour éprouver la place d’adulte face à ces adolescents. Un journal de bord, compagnon de route, garde les traces des sourires rencontrés, des colères accumulées et des interrogations suscitées : qu’est-ce qui bloque ? où est le lien ? quelle ado j’étais ?

Une autre histoire de l’éducation
une conférence gesticulée de Franck Lepage

Vendredi 15 avril à 20h, Cartonnerie de la Friche Belle de Mai
En 1792, la Convention auditionne le rapport du marquis de Condorcet sur l’instruction publique. Qui se souvient des autres projets d’éducation, dont celui de Mirabeau, de Talleyrand, et celui de Lepeletier de St Fargeau.
A la différence de ce dernier qui organisait vraiment les conditions d’une égalité des apprentissages et des savoirs, le plan de Condorcet comporte un fort risque d’élitisme et une différenciation des citoyens par le savoir, difficulté habilement contournée par le recours ambigu au concept de méritocratie”. Deux siècles et 182 ministres plus tard, on pose toujours la question : Comment concilier égalité des savoirs et méritocratie ?

Comment organiser les conditions d’un débat public sur l’école ?
Stage avec Franck LEPAGE et Joackim REBECCA

Samedi 16 et dimanche 17 avril (10h-17h), la Cité Maison de Théâtre
Deux jours d’atelier ouverts aux enseignants, éducateurs, parents d’élèves, et personnes impliquées autour des enjeux de l’éducation, pour s’interroger et préparer l’école que nous voudrions.

Présentation et infos pratiques sur le site de la Cité.

La Cité, Maison de Théâtre
54 rue Edmond Rostand
13006 Marseille
Tél : 04 91 53 95 61

Singularités ordinaires

S’offrant comme un spectacle-documentaire, “Singularités Ordinaires” met en scène les parcours de trois récits de vie : Arthur Genibre, 86 ans, habite dans le Quercy. Dans un contexte fait d’injonctions fortes "tu seras cultivateur et rien d’autre" il a trouvé une position de musicien guérisseur, se cachant pour apprendre la musique et lisant ses oeuvres dans les astres. Wilfride Piollet, 64 ans, est danseuse étoile retraitée de l’opéra de Paris. Elle dit s’être marginalisée en créant les principales pièces post-modernes du répertoire des années soixante-dix et quatre-vingt. Elle a lâché la barre pour créer sa propre pédagogie. Michèle Eclou-Natey, 41 ans, femme d’origine algéro-togolaise éduquée par une famille italo-arménienne à Marseille, passe son temps dans un bar où tout laisse à penser qu’elle est malvenue. On l’y appelle "la nègre". Mais elle renvoie les mots, déjoue le racisme et laisse voir le bar comme un terrain de sincères élections affectives.
Ces trois personnes, entre exceptionnel et ordinaire, vocation et bricolage biographique, dans des situations parfois très difficiles et conflictuelles, inventent des places et parviennent finalement à se raconter  : elles tiennent debout, partagées entre la fragilité et la capabilité de l’être.

Présentation et vidéos sur le site de la compagnie

Présentation et infos pratiques sur le site du Merlan

Des êtres magnifiques

"Une femme magnifique est debout au milieu de la mer Méditerranée. Je suis la française, je suis l’algérienne. Je suis la femme, l’épouse, la mère. Je ne sais pas laquelle je suis. Ma langue est sur le ventre jamais elle ne te lâche.
Un homme formidable là où il vit n’existe pas. Mes origines, ma culture, les traditions elles sont là, accrochées à moi. L’exil, retourner, ça ne veut plus rien dire...
L’histoire a changé... Elle a changé l’histoire, elle nous a fait d’ici "

Zohra Aït-Abbas et Kamel Boudjellal écrivent leurs propres textes, tirés de récits de vie populaire et adaptent des extraits de l’oeuvre de l’écrivain Jean Cagnard.

Vendredi 20 mai 2011 à 20h30
Centre culturel municipal Mirabeau
5, impasse Albarel et Malavasi 13015 Marseille
Tél : 04 91 60 05 15

Un R de lire : paroles d’habitants au creux des Zoreilles

Avec cette quatrième édition des lectures conviviales à la Busserine, Saint-Jérôme et la Joliette, le Théâtre de la Mer vous invite à feuilleter et entendre les écrits rédigés par des habitants de Marseille.

Site du Théâtre de la Mer

 

Les racines du futur

Un spectacle sur l’histoire et l’identité de Port de Bouc, issu de l’accueil en résidence de la Cie Mémoires vives et d’une année de travail avec des jeunes de la ville.
Un spectacle entre danse, théâtre urbain, rap, slam et vidéo, pour donner des « racines au futur » en permettant aux nouvelles générations de savoir d’où ils viennent pour savoir où ils vont …

Samedi 2 juillet 2011 à 20h30
Théâtre le Sémaphore
Rue Turenne 13110 Port-de-Bouc
Tél : 04 42 40 51 92 (service culturel)

Reportage vidéo sur le site de Med’in Marseille

Le monde est en région

La véritable richesse culturelle de notre région réside dans sa capacité, en puisant aux sources de la Provence et de la langue d’oc, à se renouveler au contact des traditions de la Méditerranée et à s’ouvrir sur le monde.

Faisant suite à l’opération « Le monde est chez nous », réalisée à Aubagne dans le cadre de la Capitale Européenne de la Culture, « Le Monde est en région » ce sont deux jours de musiques et de danses avec des groupes provenant de toute la région qui vont se succéder sur scène : les danses provençales côtoient les tarentelles calabraises, les musiques et danses des Balkans s’enchaînent aux pas de la danse « kathak », le rap s’associe aux chants comoriens…

Le monde est en région
Samedi 13 et dimanche 14 septembre 2014
Digne-les-Bains

Programme complet sur le site de la Régie culturelle régionale


Histoire universelle de Marseille d’après Alessi Dell’Umbria

 

Ce spectacle permet de découvrir la citoyenneté à partir de la création même de la Cité. L’organisation politique et culturelle des villes du moyen âge inspira les mouvements populaires de la révolution française. La république est la « res publica » ; la chose publique. La comédienne interprète avec humour et panache les protagonistes de différentes époques : Henri IV, Louis XIV, Robespierre ; mais aussi les troubadours, les poissonnières, les prisonniers... Un théâtre épique pour découvrir une riche expérience d’émancipation. Un combat qui se poursuit avec les mutations urbaines que connaissent aujourd’hui les grandes villes européennes. S’offre alors, à la sagacité du spectateur, le modèle d’intégration républicain, et crée à nouveau ce lien indispensable entre le local et l’universel.

Adaptation : Virginie Aimone & Jeremy Beschon
Mise
 en scène : Jeremy Beschon
Comédienne
 : Virginie Aimone / Lumière : Fabrice Giovansili
Avec le soutien du théâtre de Lenche, de la Ville de Marseille, de la DRJSCS PACA, de DILCRA et du CGET, du conseil départemental des Bouches-du-Rhône et du théâtre de la Mer.


Vendredi 9 décembre à 14h et 18h30
Atelier Canopé de Marseille

Salle Cézanne
31, boulevard d’Athènes - Marseille 1er

Entrée libre sur réservation : manifesterien@gmail.com

Représentation suivie d’un débat.

Dans le cadre de la Semaine de la laïcité.
Avec la collaboration d’ACT.

Contact : manifesterien@gmail.com

+ d’infos sur le site du Collectif Manifeste Rien


Ya’oulidi

Pièce créée en1981 à l’Espace Culturel Busserine, « Ya’oulidi » est le cri d’une mère pleurant son fils qu’elle chérissait… C’est le cri d’une bande de copains apprenant qu’ils ne reverront plus jamais l’un d’entre eux… C’est le cri d’une cité des quartiers nord de Marseille qui s’est mobilisée pour que justice se fasse…
Ce cri a retenti un soir, le soir du 18 Octobre 1980 à Marseille, le soir où mon frère a été tué sans raison et sans sommation.
Le combat pour la justice fut long et difficile.
Aujourd’hui les mémoires reviennent.

J’ai décidé de faire revivre la pièce de théâtre « Ya’oulidi », écrite par les amis de mon frère.
J’ai décidé de participer à la réalisation d’un film documentaire, avec Joseph Marando, qui retracera cette histoire et celle de mon quartier des Flamants. J’ai décidé d’écrire un livre en partenariat avec Alex Panzani, afin qu’aucun détail de cette affaire ne soit oublié.
Hassan Ben Mohamed

Samedi 15 octobre 2011 à 20h30
Mardi 18 octobre 2011 à 14h30 et 20h30
Espace culturel Busserine
Entrée gratuite sur réservation au 04 91 58 09 27

Avec Moussa Maaskri, Brahim Maaskri, Kamel Boudjellal, Nacer Belhaoues, Nasser Lazreg, Hakim Bagdad, Mohamed Bouzidi.

Petits chocs des civilisations

“En sortant de chez moi, un matin, j’achète comme à mon habitude la presse du jour, puis je rentre dans un bistro. J’ouvre l’un des journaux, et, un gros titre, étalé de tout son long, de la deuxième à la troisième page, me saute aux yeux. C’est pas possible ! Stupéfaction ! Ahuri, je parcours rapidement l’article… Je n’en reviens pas… J’ouvre les autres magazines… Pareil ! La même nouvelle partout : "Un sondage d’opinion affirme que le couscous est devenu le plat préféré des Français."… C’est pas vrai... Je rêve ! Qu’est-ce qui leur arrive aux Gaulois ? Le ciel leur est tombé sur la tête ?… C’est le syndrome de Stockholm culinaire ou quoi ?... Incroyable... le couscous est arrivé en tête de toutes les recettes qui concourent sur le tour de France de la bonne bouffe…
Dites-moi… chers Français de souche… derrière ce compliment exceptionnel adressé à notre plat emblématique, se cacherait-il une déclaration d’amour ? N’est-ce pas une façon détournée de nous dire que vous nous aimez enfin ?…”

Site dédié au spectacle

Mardi 13 et mercredi 14 mars 2012 à 20h30
Théâtre des Salins
13600 Martigues

Tél : 04 42 49 02 00

 

La Domination Masculine

Les Emporte Pièces de Manifeste Rien

vous proposent une représentation suivie d’un débat en présence de T.Yacine-Titouh

La Domination Masculine
de Pierre Bourdieu (édition Seuil) et les textes de Tassadit Yacine-Titouh.

 

Pierre Bourdieu a analysé les mécanismes d’une domination qui s’exerce aujourd’hui sur la femme, en faisant « le détour » par l’étude de la société kabyle. Cette société est inscrite dans la tradition méditerranéenne dont participe la société française et plus largement la société euro-américaine. Au montage du texte de P. Bourdieu s’ajoutent des extraits de mythes et de poésie populaire kabyle transcrits et analysés par Tassadit Yacine-Titouh.
Cette adaptation scénique expose de manière ludique une domination que l’on pense d’ordre naturel, alors que celle-ci est d’ordre culturel.
La comédienne fait surgir des personnages, des situations, des lieux qui métamorphosent et remplissent l’espace de jeu.

Montage textes et mise en scène : Jeremy Beschon
Comédienne : Virgine Aimone

"... j’ai aussi toujours vu dans la domination masculine, et la manière dont elle est imposée et subie, l’exemple par excellence de cette soumission paradoxale, effet de ce que j’appelle la domination symbolique, violence douce, insensible, invisible pour ses victimes mêmes, qui s’exerce pour l’essentiel par les voies purement symboliques de la communication et de la connaissance ou, plus précisément, de la méconnaissance, de la reconnaissance, ou à la limite, du sentiment." P.Bourdieu

Tassadit Yacine-Titouh / Directrice d’études à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, chercheuse au Laboratoire d’anthropologie sociale, directrice de la revue Awal, Cahiers d’études berbères de la Maison des sciences de l’homme.
Elle a participé à des ouvrages collectifs sur et autour de Pierre Bourdieu. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages (dont Si tu m’aimes, guerris moi ! ed MSH) et d’articles (dans le Monde Diplomatique, Libération, Le Nouvel Observateur...).

Samedi 8 octobre 2011, 16h00
L’Alcazar
58, cours belsunce
13001 Marseille

Entrée libre
Réservation : manifesterien@hotmail.com

Avec le soutien de la Ville de Marseille

 

Souffles d’R

Pour baptiser le lieu, des artistes mêlent leurs voix et souhaitent " Bon vent " à l’R de la mer ! Vous les avez déjà écoutés et vus dans les créations du Théâtre de la Mer. Ils nous feront l’amitié d’être avec nous pour tourner cette première page de vie en textes, en chants et et en musiques.
Vous pourrez notamment entendre qui fut de la toute première aventure de la comapgnie dans Harrouda, d’après Tahar Ben Jelloun.

Samedi 3 décembre 2011 à 20h00
Théâtre de la Mer - L’R de la mer
53 Rue Joliette 13002 Marseille
Tél : 09 53 29 03 53

Voir en ligne le portrait vidéo consacré à Akel AKIAN

 

Exposition universelle

Exposition universelle nous invite à voyager dans l’histoire des rapports entre corps et pouvoir. Qu’il soit tour à tour ou dans un même mouvement, maître et esclave, objet et matière, le corps délivre ici un langage physique des différentes idéologies qu’il épouse, endosse, affronte puis traverse.
Les révolutions dans lesquelles il progresse, chute et recommence sont autant de possibles impossibles. Des rêves - en constante - évolution. Des cauchemars du réel. Des masques sublimes. Étiquette politique, production industrielle ou progrès virtuel. Inextricable métronome. Miroir aux alouettes, culte du surhomme, nouvelles technologies, statue sous cloche, antiquité grecque ou rock’n’roll star…

Présentation et réservation sur le site de la Minoterie

Vidéo, dossier de presse et critiques sur le site de la compagnie

 

Pour mémoire, en 2009 Rachid Ouramdane présentait LOIN, pièce issue d’un périple au Vietnam, là où cinquante ans auparavant son père se battait sous la bannière de l’armée française pour conserver une terre qu’on appelait Indochine.

Invisibles

« Tout le monde sait que ces hommes ont souffert, tout le monde connaît l’exploitation industrielle dont ils ont été victimes. Tout le monde a entendu parler, de près ou de loin, de cette génération qui a dû baisser la tête pour survivre, intériorisant ainsi la honte, l’humiliation et la haine.
Maintenant qu’est ce qu’on fait avec ça ? Comment rire et s’amuser de ça par exemple ? Comment briser ce cliché ?
J’ai vu mon père joyeux, ayant des fous rires pas possibles avec ses amis. Ils se charriaient les uns les autres et tous finissaient la soirée en parlant du bled, de la famille et de tous leurs projets futurs. Ils riaient car ils étaient conscients de leur décalage et de la dureté du monde dans lequel ils vivaient. ».

Présentation complète et dates de tournée sur le site de la compagnie Repères


Mardi 12 mars 2013 / Vendredi 15 mars 2013
Théâtre des Salins Théâtre d’Arles
19, quai Paul Doumer Bld Georges Clemenceau
13500 Martigues 13200 Arles
Tél : 04 42 49 02 00 Tél : 04 90 52 51 51


Chocolat, clown nègre

Né esclave à Cuba, acheté par un riche portugais qui l’amène en Europe, Rafael de Leïos, devenu Chocolat, deviendra célèbre après sa rencontre avec un clown anglais, Foottit, qui en fait son Auguste, sa victime préférée, son nègre stupide, « battu et content » comme on le présente dans les publicités.
Marcel Bozonnet réunit quatre interprètes venus du cirque, du théâtre et de la danse pour reconstituer ludiquement mais exactement ce que fut la vie de cet incroyable artiste talentueux luttant contre les préjugés d’une époque qui découvre le monde noir à travers la colonisation de l’Afrique.

Chansons, poèmes, musique, danse, documents journalistiques, archives sonores et visuelles sont utilisés pour cette fresque-performance qui, à travers l’histoire de ce duo, rend aussi hommage au Nouveau Cirque qu’ils ont inventé. Au sommet de leur carrière ils ont inspiré des peintres comme Toulouse-Lautrec, des musiciens comme Debussy, des écrivains comme Samuel Beckett qui s’inspirera d’eux pour imaginer Pozzo et Lucky, les héros d’En attendant Godot. Mais de ce succès incroyable il ne restera rien à Chocolat, prisonnier de sa condition, tombé dans l’oubli et la misère.

Mercredi 22, jeudi 23 et vendredi 24 février à 20h30
Théâtre du Gymnase
4, rue du Théâtre français 13001 Marseille

Site du collectif DAJA
 

Latcho Divano 2012, festival des cultures tsiganes

Parce que de l’ignorance naissent la peur et le rejet, le Festival propose deux semaines aussi festives que militantes, grâce à une programmation qui transcende les domaines artistiques. Autant de passerelles vers la découverte de toutes les cultures tsiganes : concerts, expositions, théâtre, lectures, films, conférences-débats, mais aussi des stages pour partir à la découverte de la langue romani, la cuisine ou les danses tsiganes. (...)
Toute l’année, par des actions de sensibilisation à la pratique artistique sur le plateau de l’Arbois (le plus grand bidonville de France) ou dans d’autres quartiers de Marseille, Latcho Divano oeuvre, comme nombre d’associations, pour que les peuples roms soient connus et reconnus et qu’enfin cessent les injustices et les discriminations dont ils sont victimes.
À Marseille, en France, en Europe, nous avons plus que jamais le devoir de combattre l’ignorance et de défendre la cause de ceux à qui l’on dénie le statut d’Être humain.

Retrouvez le programme complet du festival sur le site internet de Latcho Divano.

 

Biennale des écritures du réel #1

Aujourd’hui, des artistes de plus en plus nombreux choisissent de se confronter au réel, éprouvant le besoin de construire une autre relation au monde et aux autres, de déplacer les rapports de maîtrise qui les lient habituellement à leurs sujets. L’artiste n’est plus là seul propriétaire des écritures qui s’inventent, mais essaie de faire naître avec l’autre, face à l’autre, un espace de récits communs.
Cette biennale nous plonge au coeur de ces gestes artistiques, de leur diversité, de comment ils traversent le théâtre, la littérature, le cinéma.... Avec au fil des propositions : des tables rondes et des rencontres, et l’invitation de philosophes à dérouler leurs pensées. Car il s’agit aussi de questionner le présent mouvement à l’oeuvre, et la société dans laquelle il s’inscrit, d’engager de nouveaux dialogues entre le monde des arts, de la recherche et la société civile.

Programme consultable sur le site de la Cité - Maison de théâtre.

édition#1 > 14 mars > 7 avril 2012 : PROMENADE THEMATIQUE

> De personne à personne

L’Alphabet des oubliés • Un Homme debout • Nour • Trouble pictural

> Démarches et Filiations

Table ronde Le Réel en jeu • Héritage James Agee par Robert Mc Liam Wilson

> Ecrire la guerre

Anna Politkovskaia : non rééducable • Congo my body • Jérusalem plomb durci • Ecrire la violence vécue

> Etrangers familiers

D’une rive à l’autre • Celui qui se moque du crocodile n’a pas traversé la rivière • Sortie de circuits • Un arabe dans mon miroir • The Visitors

> Explorations partagées

Chemin faisant • Francesco Masci, L’ordre règne à Berlin • Rrom-romani, un peuple, une langue • Le(s) visage(s) de Franck • Bernard Stiegler, Vers une économie de la contribution • Naz • Mc Liam Wilson, La langue de la race • Jusqu’ici tout va bien • Filaments • Ce n’est qu’un début • Honk

> Algérie(s)

Obstruction brusque d’un vaisseau par un corps étranger • Je vous ai compris • Il était une fois Germaine Tillion • Rencontre avec Boualem Sansal

> Le temps des amateurs

Atlas, fragments de récits du monde • Ivresse de la parole • Flacky et camarades & CinéNord • Stefan Kaegi du Rimini Protokoll, récit d’expérience • Un toit et des étoiles, journée particulière pour un cinéma et un théâtre des égaux

Amnésie internationale

 

Amnésie Internationale vise à sensibiliser l’opinion publique aux drames que vivent les peuples persécutés à travers la planète, à combattre le racisme et la xénophobie qui en sont à l’origine et, donc, à diffuser les valeurs de tolérance, de compréhension mutuelle et de fraternité qui sont les fondations de nos sociétés.

Cette sixième édition propose comme fil conducteur la transmission. Intellectuels et artistes se succèderont sur la scène du Dock des Suds autour de cette thématique.

Amnésie Internationale
Samedi 24 mars 2012 à partir de 15h
Aux Docks des Suds, Marseille

Consulter le programme sur le site d’Amnésie internationale.

 

Les étrangers : réguliers, irréguliers, indésirables, espions

 

En lien avec l’exposition « Vos papiers SVP ! Identités de papier dans les Basses-Alpes de 1789 à 1944 » : les Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence organise une lecture sur le thème « Les étrangers : réguliers, irréguliers, indésirables, espions ».
 
 
Jeudi 5 avril à 18h30
Maison de pays de Seyne-les-Alpes
Entrée libre

Baraque de Foire

Une madame loyale survoltée nous présente la cérémonie des Art and Business Award. Quoi de mieux qu’un grand coup de marketing pour cacher l’injustice et la violence ? Mais si lors du show des capitales culturelles européennes, les technocrates et les PDG maîtrisent leur rôles à la perfection, il n’en est pas de même au quotidien, de l’autre côté de l’écran, dans le monde « réel ». Là, les gens s’affrontent, résistent, délirent aux fanfares des propagandes. La valse de l’Etat et du libre marché s’accélère, et malheur à celui qui voudrait changer de tempo... La comédienne, accompagnée d’une musique électro live explosive, interprète un foisonnement de personnages. Une pièce drôle et cinglante qui prend source dans des évènements historiques et contemporains. Car malheureusement, l’auteur n’a rien inventé, travaillant à partir d’articles et d’archives pour éclairer notre lutte au sein des sociétés modernes.

Représentation le vendredi 6 avril, à 21h à L’Escale, MJC d’Aubagne 
Informations et réservations : L’Escale, les Aires Saint-Michel 13400 - Aubagne. Téléphone : 04 42 18 17 17

Texte et mise en scène : Jérémy Beschon / Comédienne : Virginie Aimone / Lumière : Flore Marvaud / Musique électro live : Franck Vrahidès / Costume : Aurore Melloni / Communication : Cloé Sébille.

Plus d’informations sur le site de Manifeste Rien.

Trois femmes à la mer

Trois femmes à la Mer est un spectacle de narration avec une conteuse et un musicien.

Trois ans d’enquête, de rencontres entre Naples, Oran et Marseille. Trois ans d’écoute d’histoires de femmes à travers la Méditerranée. Un choix parmi les histoires a été fait et le noyau de la dramaturgie est né. Le récit de trois femmes différentes qui partent à un moment critique de leur vie, et finissent par se retrouver à Marseille. Depuis des siècles terre d’exil et de refuge.

Ceci est un travail sur la migration vue du point de vue des femmes, mais c’est aussi un travail sur la transformation et sur la possibilité que la perte devienne ressource, force.

Le spectacle raconte trois parcours qui se croisent : celui de Giuseppina, femme de Procida dont le mari est émigré en Amérique et qui l’oblige à trouver du travail à Marseille, elle finit par entreprendre un long voyage avec sa soeur et sa mère. Celui de Venturina, fille et épouse de pêcheurs italiens en Algérie coloniale qui, un jour, se retrouve seule dans un cargo destination Marseille. Et enfin Emma, jeune femme du Nigeria, qui un jour part à pieds du delta du Niger et pendant le voyage se transforme...

Chacune de ces histoires est inspirée de récits de vie, de témoignages recueillis pendant trois ans et ensuite transformés en contes.

Mardi 22 mai 2012 à 19h (entrée libre)
Dans le cadre de la journée "Dernier refuge : traces d’exil"
Archives départementales des Bouches-du-Rhône
20, rue Mirès - 13003 Marseille

La révolution des chibanis

 

Ce spectacle raconte le parcours tragicomique de deux immigrés algériens à Marseille, des années 60 jusqu’à nos jours. Porté par des comédiens-auteurs décapants, et rythmé par deux guitaristes arabo-andalous, il évoque avec beaucoup de drôlerie, de liberté et de tendresse, les vies de Boubiche et Farhat : l’arrivée à la porte d’Aix, le foyer Sonacotra, la vie de chantier, de quartier, de famille.. 

Ce spectacle, a été créé en 2003 par la Compagnie Théâtre et Sociétés.

La révolution des chibanis
Au Théâtre du Toursky
Mardi 15 mai à 21h

Réservation auprès du Théâtre du Toursky.

Retrouvez le portrait de Kamel Boudjellal réalisé dans le cadre de Pièces de mémoire. 

Gruppo Incanto

 

Ce spectacle, sur l’histoire de l’émigration italienne, né de la publication de l’ouvrage « Italiens 150 ans d’émigration en France et ailleurs », est un parcours de 90 minutes en chansons, images et réflexions, sur le plus grand exode de l’histoire moderne. Plus de 27 millions d’italiens quittèrent la Péninsule pour les quatre coins du monde.

Le Gruppo Incanto est composé de 25 chanteurs, 5 musiciens et 2 récitants, tous originaires d’Italie. Textes de Gian Antonio Stella, journaliste et écrivain, Gualtiero Bertelli, chanteur et fondateur de la Compagnia della Acque, et Rocco Femia, journaliste et éditeur. Musiques de Gualtiero Bertelli. Recherche historique et iconographique de Gian Antonio Stella, EDITALIE, Fototeca Storica Nazionale.

Un événement exceptionnel présenté par l’Institut Culturel Italien de Marseille, le Consulat Général d’Italie à Marseille et la Chambre de Commerce Italienne pour la France de Marseille, en collaboration avec la revue RADICI, le COM.IT.ES. de Marseille, l’Université d’Avignon et l’Association Approches Culture(s) et Territoires.

Vendredi 25 mai à 20h00
A l’Institut Culturel Italien de Marseille

6, rue Fernand Pauriol – 13005 Marsiglia

Réservation obligatoire : 04 91 48 51 94 – iicmarsiglia@esteri.it

Le même soir l’Institut inaugure l’exposition de sculpture :

Les 150 personnalités qui ont fait l’histoire de l’Italie
Exposition de sculptures du caricaturiste Umberto Di Gradimonte
du 25 mai au 21 juin 2012
De Garibaldi à Napolitano, de Pinocchio à Antonioni, en passant par Umberto Eco et Sophia Loren, de la musique à la politique, du sport au cinéma, Umberto di Gradimonte, médecin, chercheur, artiste nous présente sa passion pour l’Italie au travers de ses sculptures, des figurines en terre, peintes et vernies.

Et toujours dans les locaux de l’ICI et jusqu’au 15 juin 2012 l’exposition :

Italiens 150 d’émigration en France et ailleurs
L’exposition sur l’histoire de l’émigration italienne a été inspirée par la publication de l’ouvrage homonyme « Italiens 150 ans d’émigration en France et ailleurs ».
La photographie constitue une trace inestimable de cette histoire commune et unique qui a vu en l’espace d’un siècle et demi, 27 millions d’italiens partir dans tous les coins du monde, particulièrement en France et en Amérique.

Horaires d’ouverture des expositions : du lundi au jeudi 10h-12h30 et 14h30-17h, le vendredi 10h-12h.

Toutes les informations sur le site de l’Institut.

 

Festival Tamazgha

 

Sud Culture organise depuis 2006 un festival dédié aux musiques nord-africaines. L’association entend offrir à ces musiques, longtemps jouées dans les cafés, fêtes familiales et autres lieux improvisés, un événement spécifique dans un lieu exceptionnel des quartiers Nord de Marseille : le Théâtre de la Sucrière, au sein du parc verdoyant François Billoux.

Entre mémoire des traditions et métissages actuels, le festival se déroule alors selon un concept d’expression partagée, mêlant professionnels et amateurs, musiciens et mélomanes, petits et grands.

C’est en ce sens que « cafés nord-africains » et ateliers musicaux sont devenus des constantes du festival, favorisant l’échange de savoir et l’interaction avec un public-acteur de l’événement.

Festival Tamazgha
2, 9 et 23 juin 2012
Théâtre de la Sucrière et Centre Culturel Mirabeau (Marseille 15e)

Programmation et billetterie sur le site du Festival.

On t’appelle Vénus

Dans ce solo, Chantal Loïal, s’inspire de l’histoire de la Vénus hottentote pour interroger le regard de nos sociétés sur la différence. Cette femme sud-africaine à la morphologie hors norme, fut montrée en Europe comme un animal exotique au début du 19° siècle. Mais pas question de rejouer le drame. Il s’agit de mettre les pas de tous dans ceux de la Vénus hottentote, lui offrir une victoire sur l’histoire et mettre en échec un certain regard sur l’Autre, qui subsiste encore aujourd’hui.

On t’appelle Vénus
13 au 16 juillet 2012 à la Chapelle du Verbe incarné
21G, rue des Lices, Avignon

Spectacke de la Cie Difé Kako
De Chantal Loïal, chorégraphie Chantal Loïal et Philippe Lafeuille

Présentation sur le site de la Chapelle du Verbe incarné.

Le soleil brille pour tout le monde ?

Que font aujourd’hui de jeunes artistes issus des scènes slam, rock et jazz françaises avec un tel monument de poésie dont on a oublié la vigueur et dont il ne reste souvent dans les manuels scolaires qu’une vague référence à des écrits « engagés », ou « naïfs » ?
Dans les archives grandes ouvertes par l’héritière du poète, Nevchehirlian a assemblé un corpus de textes connus, obscurs ou inédits parmi ses plus engagés. La guerre, les conflits sociaux, la misère mais aussi l’amour nous apparaissent ainsi évoqués avec une irrévérence et une profondeur qu’un demi siècle d’oubli n’ont pas réussi à entamer. Bien au contraire.

Mardi 5 et mercredi 6 février 2013 à 20h30 Théâtre des Salins
19, quai Paul Doumer 13500 Martigues


Infos pratiques et dossier pédagogique sur le site du théâtre

Extraits sonores et vidéos sur le site de Nevchehirlian

 

Second tour

« On est parti gitan, un trait de morve sur la joue ; un trait en forme de "Z" pour marquer notre clan. Parti dans le boucan d’une estafette à essence et l’odeur des corps emmêlés.

On est parti heureux ! Sûr de ne pas perdre le peu à perdre, si ce n’est pères et mères, et la fratrie qui va avec…

On est parti avec la chance des familles qui vous laissent un bagage : "Va, mon fils ! Et bonne chance !". Parti comme Pinocchio qui quitte son bon vieux Geppetto pour le pays des joujoux. »

Zebda en concert
28 septembre 2012, 20h30
Salle polyvalente de Guillestre (05)

Informations et dates de concert sur le site de Zebda.

Damas ! Fragments

 

On rapporte de Léon-Gontran Damas qu’il resta muet jusqu’à l’âge de six ans, qu’il garda de son enfance un bégaiement qui ne le quitta jamais et qu’il mourut d’un cancer de la gorge. On rapporte aussi de lui que, pour la première fois, un poète noir cria sa souffrance. On dit que Damas eut trois origines, que trois sangs coulaient dans ses veines, qu’il était créole et qu’il était français. On dit aussi qu’il était un nègre. Musique, danse, théâtre, chant. Les chemins artistiques qu’emprunte le spectacle tendent à faire voir, entendre, sentir, vibrer les mots du poète révolutionnaire Guyanais.

Damas ! Fragments
7 au 28 juillet 2012 à la Chapelle du Verbe incarné
21G, rue des Lices, Avignon

Spectacke de la Compagnie de l’Homme aux Semelles
D’après l’œuvre de Léon-Gontran Damas
Mise en scène Patrick Moreau et Raffaele Giuliani

Présentation sur le site de la Chapelle du Verbe incarné.

 

Chacal, la fable de l’exil

 

« … ils disent que c’est qu’une histoire de sauvages, une histoire d’indigènes, une histoire d’exilés... d’immigrés comme vous dites maintenant... Je sais maintenant pourquoi c’qu’j’ai entendu était si triste... aujourd’hui plus personne sait où y va ; plus personne sait d’où y vient... comme si on vous avait dévoré le passé, et qu’on vous avait jeté que les restes... Nous les dominés, nous les femmes, nous les démunis de tous les pays, nous que l’on divise, nous que l’on fragmente, tant que que nous aurons la mémoire, nous serons là, nous aurons le pouvoir...  »

Chacal, la fable de l’exil
par le collectif Manifeste Rien
18 septembre à 18h, théâtre de Verdure de la Maison des Familles et et des Associations
Avenue Salvador Allende - 13014 Marseille 

Avec l’association Approches Cultures et Territoires

Représentation suivie d’un débat et d’un barbecue !

Télécharger la présentation.

Coproduction Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, avec le soutien de la Ville de Marseille

Texte : Jérémy Beschon d’après Tassadit Yacine-Titouh. Mise en scène : Jérémy Beschon. Comédienne : Virginie Aimone. Musique : Franck Vrahidès

    

A quoi on joue ? Tais-toi et bosse !


" Plus que jamais...
Se mêler de ce que l’on regarde.
Et de ce que l’on écoute...
Ecouter les hommes.
Les vidés, les déchirés, les rayés des listes...
Leurs lendemains qui tremblent.
Ecouter partout où la rentabilité a détruit, usé... ou tué.
Ecouter aussi les acharnés, ceux qui n’ont pas fait une croix sur l’avenir.
Puis ouvrir sur la scène, au centre du public rassemblé,
le livre de bord de ces deux ans de voyage et de témoignages.
Dire les mots et les maux du monde du travail.
Faire passer. "



Présentation et infos pratiques sur le site du théâtre de Lenche

Site de la compagnie le Temps de dire

Vendredi 5 au dimanche 13 octobre 2012 (divers horaires)
Friche du Panier / Théâtre de Lenche
96, rue de l’Evêché 13002 Marseille
Tél : 04 91 91 52 22


Texte et mise en scène : Paul Fructus
Avec : Florence Pasquet, Paul Fructus, Patrick Fournier (accordéon et percussions), Jean-Louis Morell (piano et cuivres)

Les pieds tanqués


 4 personnages, joueurs de pétanque, seront en scène dans cette partie de boules de tous les dangers :

  • un Français provençal de « souche » - Loule

  • un Francilien fraîchement arrivé en Provence - M. Blanc

  • un Français de la deuxième génération issue de l’immigration algérienne - Yaya

  • un Français rapatrié d’Algérie - Zé


Chacun des personnages aura sa propre revendication identitaire et territoriale, chacun d’eux aura sa déchirure secrète et un lien avec les évènements d’Algérie, chacun livrera sa vérité. Ils s’opposeront ou se ligueront, mais chacun aura à cœur de continuer et finir cette partie qui les lie et les rassemble au delà de tout.



Les Pieds Tanqués
Avec Sofiane Belmouden, Philippe Chuyen, Gérard Dubouche, Thierry Paul et, à l’accordéon, Jean-Louis Todisco


Représentations :
13 juin à 19h30 au parc de la Mirabelle (Mairie des 11e et 12e arrondissements)
le 15 juin à 21h au Musée du Terroir marseillais (5, place des Héros - Marseille 13e)


Présentation sur le site de la compagnie.

 

Kara’ une épopée comorienne

Sur ces terres entre Madagascar et la corne de l’Afrique de l’Est, un pan de l’histoire coloniale française.

Dans un verbe joueur qui traduit les paraboles et métaphores des langues africaines, les sultans batailleurs s’affrontent aux confins d’un monde déchiré à la fin du 19e.

Kara’, figure légendaire de l’archipel des Comores, donne chair à un passé oublié, aux guerres que nous n’avons pas connues, dans une tradition qui pourrait être commune à tous, celle de l’épopée. Les acteurs africains et européens traversent cette épopée avec des jeunes femmes marseillaises, un chœur de Deba, tradition héritée du soufisme.

Le texte de Salim Hatubou, auteur et conteur franco-comorien, s’est appuyé sur la collecte de la mémoire orale réalisée par l’anthropologue comorien Damir Ben Ali. Très librement adapté par Julie Kretzschmar, le texte s’affranchit de toute forme de reconstitution et le spectacle déplace les repères historiques et les motifs traditionnels.

Dans un passé légendaire, un récit pour accompagner nos défaites contemporaines.


Mise en scène Julie Kretzschmar. Texte Salim Hatubou & Damir Ben Ali. Adaptation Julie Kretzschmar
 
Mercredi 15 octobre à 19h30
Jeudi 16 octobre à 20h30

Friche de la Belle-de-Mai
Marseille 3e

Présentation sur le site des Bancs Publics.

Bouli Puissance 3

Bouli est une enfant qui grossi très, très vite, trop vite même ! Cela n’empêche pas que sa cousine Petula est amoureuse de lui. Bouli, gros de toutes ses peurs, se décide à faire de la gymnastique : une nouvelle vie commence... mais cette fois, ce sont ces parents qui débloquent !

Dans cette adaptation de trois textes de Fabrice Melquiot, le Théâtre de la Mer nous invite à découvrir les aventures de deux familles apparemment pas comme les autres et pourtant si proches de la nôtre.

Bouli Puissance 3
Cie Théâtre de la Mer

En hommage à Akel Akian.
Mardi 2 octobre 2012 à 14h30 et 20h30
Espace Culturel Busserine - Rue Mahboubi Tir - 13014 Marseille

Texte : Fabrice Melquiot
Adaptation et mise en scène : Frédérique Fuzibet
À partir d’un travail d’Akel Akian
Avec : Marine Chabot-Vercellino, Manuel Diaz, Raffaela Pflüger

Les trois exils d’Algérie


Un voyage entre mémoire et histoire, entre quête personnelle et enquête historique, qui nous mène du début de la colonisation française à l’indépendance algérienne...



Les trois exils d’Algérie. Une histoire judéo-berbère
Collectif Manifeste Rien, d’après Benjamin Stora
30 avril 2014 à 19h
Maison de la Région - La Canebière - Marseille 1er

Présentation sur le site de Manifeste Rien.

Kerakoum « Strasbourg, Marseille, Alger »

50 ans après la signature des accords d’Évian, la compagnie Mémoires Vives, invite dans son périple du souvenir, les Marseillais du groupe Naïas à embarquer pour l’Algérie ; de cette rencontre naît un spectacle musical original qui n’a pas fini son voyage. La chanteuse, rappeuse Sévère (Choriste de Diam’s, Les Sons d’la Rue) rejoint vite la traversée. Les plus grands poètes algériens parmi lesquels Kateb Yacine, Jean Amrouche, Jean Sénac, Salah Oudahar, sont convoqués pour prendre le temps de se rappeler, de commémorer, de s’interroger… et par delà les évènements, retrouver au son vibrant et chaud du mandole et du oud, l’histoire fraternelle de la France et l’Algérie...


Présentation et vidéos sur le site de la compagnie Mémoires vives



Vendredi 26 septembre 2014 à 20h30
Espace Culturel Busserine



 

Sous la peau

Frantz Fanon le Martiniquais, après être allé en France se battre contre le nazisme, s’engage aux côtés des Algériens. Psychiatre directeur de l’hôpital de Blida, en pleine guerre, il pense la psychanalyse pour les colonisés et repère quelle lutte il faut mener contre l’inconscient, contre ce mutisme terrifié qui saisit ceux qui ont été arrachés d’eux-mêmes. Lui-même dictant ses écrits en marchant pour forcer la délivrance de sa parole. Camel Zekri a proposé à Thierry Bédard, qui met en scène depuis une dizaine d’années des auteurs contemporains de ces cultures dévastées, de concevoir un théâtre musical à partir d’un montage de ses textes. Il crée la composition musicale à partir d’un traitement d’éléments sonores et vocaux (dont la voix de Frantz Fanon). Sur scène, il joue d’instruments à cordes (guitare, gombri) aussi bien que de l’électro, en écho à la voix de Sharif Andoura, un comédien brillant, belge expatrié en France et d’origine syrienne. Sous la peaucampe un dispositif pour un corps-à-corps sonore avec la parole.

Sous la peau
Création de Camel Zekri à partir de textes de Frantz Fanon
Mise en scène Thierry Bédard
Avec Camel Zekri et Sharif Andoura
Lumières Jean-Louis Aichhorn

10 novembre 2012 à 20h30
Théâtre Gyptis, Marseille
Normal 12€, réduit 8€

Présentation sur le site des Rencontres à l’échelle

Sur les traces de nos pas

En Septembre 2011, la Compagnie Mémoires Vives rencontre un groupe de jeunes artistes Marseillais. Ils projettent de travailler ensemble sur la création d’un spectacle traitant de l’histoire des immigrations et des territoires à Marseille … des mémoires combattantes des campagnes de libération de la seconde guerre mondiale, aux mémoires ouvrières de la reconstruction et du développement industriel et économique, questionnant alors le devenir de la descendance.
Tous ces acteurs de cette mémoire ici narrée, ces descendants des « acteurs » de l’Histoire ignorée, se retrouvent au quartier, en bas des tours … ils débattent de tout ça. Se forme au fil du débat, de l’évolution de l’argumentaire, du contenu et de la forme des discours, le nouveau gouvernement de la France de demain, de la France multiculturelle.


Vendredi 20 décembre 2013
Théâtre Toursky - 16, promenade Léo Ferré - 13003 Marseille

Le spectacle est précédé du forum « Quartiers populaires, cultures, populaires : quel bilan ? quel avenir ? » de 17h à 19h

Contact : qpcp13@gmail.com

Spectacle à 20h00
PAF : 3 €
Réservations : 09 54 55 21 67 / com@cie-memoires-vives.org

Direction Artistique et mise en scène : Yan Gilg

Interprètes : Rania Yahyaoui, Djamila Francomme, Antoisse Said, Farouk Youssoufa, Abou Mouridi, Mohamed Mhoumadi, Issa Youm, Adnane Rizki, Nouidine Houdi, Adi Hadj
Création chorégraphique : Adi Hadj
Création et Régie Lumière : Barthélémy Small

Production : Compagnie Mémoires Vives

Coproduction : Association Alafou

Les aventures de Huckleberry Finn

En écrivant ce livre, Marc Twain a dû effectuer trois opérations en même temps : conserver l’enfance comme refuge idéal de sa rêverie, condamner l’esclavage et préserver ses parents qui possédaient eux-mêmes des esclaves.
Avec cette adaptation d’un grand classique de la littérature américaine, la Compagnie Peanuts se propose d’amorcer réflexions et interrogations sur la banalité des mécanismes de ségrégation.
La fuite de Huckleberry Finn, dans les méandres du Mississipi, c’est l’expérience de la vie, de la liberté, l’éveil d’une conscience...

Présentation et infos pratiques sur le site de la Compagnie


Lecture théâtralisée pour tout public à partir de 8 ans
Vendredi 3 octobre 2014, centre social Del Rio
Mercredi 29 octobre 2014, association culturelle Amazigh

 

Latcho Divano 2013, festival des cultures tsiganes

Pour sa 6e édition, le Festival Latcho Divano (« le bel échange », en romani) investit de nombreux lieux culturels à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône.
Parce que de l’ignorance naissent la peur et le rejet, le Festival propose une semaine d’évènements aussi festifs que militants, grâce à une programmation qui transcende les domaines artistiques. Autant de passerelles vers la découverte de toutes les cultures tsiganes : spectacle musical, expositions, films et documentaires, rencontres, débats, mais aussi des stages pour partir à la découverte de la langue romani, la cuisine ou les danses tsiganes...


Jeudi 28 mars : ouverture du festival
18h-19h au Pavillon M (place Bargemon, Marseille) - Entrée libre

Démonstration de danse Rrom d’Europe Centrale par Elodie Tenant, Lecturbulences de textes traditionnels et contemporains à lire mais surtout à écouter, des fragments de l’exposition de Lena Jakubcakova et Laurence Janner réalisée à Kosice en Slovaquie, des frénétiques trompettistes tsiganes roumains ainsi qu’une dégustation de spécialités tsiganes préparées par Mo Abbas.

Programme du festival du 30 mars au 8 avril 2013 sur le site Latcho Divano.

Le chameau, le lion, le léopard, le corbeau et le chacal

Dans le cadre d’un travail autour des figures de bouc émissaire, la Compagnie Peanuts propose des lectures théâtralisées d’un conte de Bidpaï, fabuliste indien qui inspira Esope et Jean de la Fontaine.

« Il était une fois un jeune chameau malade (…) recueilli par un lion qui, en tant que roi, avait à cœur d’être tenu pour juste et bon (…)
Tout allait bien, et le temps passait comme coule la rosée sur la feuille. Jusqu’au jour où … »

Samedi 26 janvier 2013 à 15h
Théâtre Isle 80
18, place des Trois Pilats - Avignon
​Tél : 06 42 69 0026

Présentation du spectacle sur le site de la compagnie

Présentation du projet Espèces de bouc : les ateliers du bouc émissaire

Parmi n(v)ous

Une réflexion sur la clandestinité , « les sans papiers », « les sans voix », « les sans droits », … celles et ceux, qui, de l’Est à l’Ouest, du Sud au Nord, rêvent d’un ailleurs, d’un Eldorado… l’Europe, la France comme point de chute ou de recommencement.

Parmi n(v)ous raconte par le corps, le mouvement ou le non mouvement, le geste comme verbe, l’invisibilité, l’absence, la fuite permanente, l’enfermement, l’indifférence, la négation du corps de l’autre, de sa présence.

Le texte, le verbe, la voix comme présence singulière, pour dire la poésie de parcours d’exils. Des visages, témoignages d’itinéraires, des images clandestines, des sons sans-papiers récits.

La dramaturgie est une énigme en soi. Qui joue quoi ? Qui se joue de qui ? D’ailleurs, où sommes nous ? Sur le terrain ou le théâtre des « opérations » ?

Qui sont ces 4 clandestins ? Et ce type qui passe, qu’est ce qu’il veut, qu’est ce qu’il cherche ? Lui ou un ailleurs ?

Présentation sur le site de la Compagnie Mémoires vives.


Séances scolaire et tout public le 17 mai 2013
Espace culturel Busserine (ECB), Marseille

Site de l’ECB

Ouvrière

Le Centre Social Agora invite la Cie Gaf’Alu à présenter Ouvrière de Franck Magloire.

Une lecture spectacle, pour les vies invisibles, pour en dire une, c’est trop court mais je veux que ça s’entende.
Que soit public les mots innommables, qu’ils entrent en littérature, parce que le mot « ouvrière » n’existe pas dans les dépliants des actionnaires et de la clientèle, parce qu’il est rare dans le langage politique et parfois même un gros mot, lors des élections...
Ce livre raconte Nicole, et une vie passée à l’usine. Une dame qui essaie de garder sa dignité, sa féminité…sa beauté…
Elle résiste, quand l’usine lui colle à la peau, comme une armure En dedans les mots ne peuvent plus naître. Sont-ils coincés ? Rien ne sort ?!?
Alors le fils prend la plume, et arrache à sa mère le témoignage d’une existence rompue par la mécanique des machines.

-Lionel Jamon

Jeudi 11 avril 2013 à 19h

Centre social L’Agora
34 rue de la Busserine - 13014 Marseille

Le chameau qui voulait être mangé

Il était une fois un chameau malade, recueilli par un lion qui, en tant que roi, avait à coeur d’être tenu pour juste et bon... jusqu’au jour où...
Cette pièce inspirée d’une fable vieille de 2200 ans, met en jeu l’étranger, bouc émissaire historique... Ce spectacle drôle, attachant, poétique mais aussi violent, suscite un champ de réflexion au delà des murs du théâtre.
C’est à un rituel que le public est convié. Celui du sacrifice !

Spectacle tout public à partir de 7 ans.

Samedi 6 avril 2013 à 11h et Dimanche 7 avril 2013 à 11h
Pavillon M - Place Villeneuve-Bargemon - 13002 Marseille
Entrée au spectacle gratuite

Mercredi 10 avril 2013 à 15h
Salle Emilien Ventre - 13790 Le Rousset
Tarifs : 10€/8€ - Réservations : 04.42.29.82.53

Le monde est chez nous

Les 800 artistes réunis à Aubagne pour « Le Monde est chez nous » vous invitent à un voyage exceptionnel à travers plus de 35 cultures du monde.

Nés ici, en Algérie, à Mayotte, en Roumanie, au Brésil, ou encore ailleurs, amateurs de haut niveau de musiques et danses traditionnelles ou artistes professionnels, ils représentent la diversité de la Provence en même temps que celle du monde.

Les 40 spectacles auxquels vous êtes conviés ont été préparés depuis des mois au sein de nombreuses associations culturelles de Marseille, de Provence et de la région. Certains d’entre eux sont le fruit d’Ateliers pluriculturels créés spécialement pour « Le Monde est chez nous » avec des partenaires du territoire. Les cultures vivantes se nourrissant à la fois de patrimoine et de création, on pourra y découvrir des musiques transmises depuis des siècles, comme la musique arabo-andalouse ou chinoise, ou données en création ici pour la première fois.

Vous êtes invités à vous joindre aux artistes pour chanter et danser ensemble, en particulier pendant le Passo-carriero ou les bals. « Le Monde est chez nous » n’est pas un festival de plus, mais une rencontre inédite : un temps fort pour rassembler et reconnaître nos singularités comme nos parentés. Un temps fort pour réaliser le rêve de Darius Milhaud d’une « Provence idéale qui irait d’Istanbul à Rio de Janeiro ». Un temps fort pour chanter tous ensemble à haute voix que la diversité n’est pas un problème mais un bonheur !


Le Monde est chez nous
8 et 9 juin 2013
Aubagne

Présentation sur le site de la Régie culturelle régionale.

Approches Cultures & Territoires sera présent dans le village associatif.

 

La parabole des papillons

Des « ateliers de parole » menés dans les quartiers populaires d’Avignon sont l’un des points de départ de ce projet. Pendant quatre mois, régulièrement, Michèle Addala, la poète Valérie Rouzeau et l’écrivain Jean Cagnard ont parlé et fait parler des habitantes sur ce que signifie pour elles « l’être femme ». Autour d’une table, sur une scène ou dans une caravane, ils ont écouté, échangé des mots et des histoires.
Suivant leurs instincts, leurs sensibilités et leurs cultures, les auteurs se sont imprégnés de paroles et de silences, de colères ou de rires, pour en extraire une « écriture commune » mêlant parole brute et poésie. Par ailleurs, Michèle Addala intègre dans le spectacle les travaux de certains ateliers à l’année de la compagnie comme le groupe de jeunes « steppeurs » autour de Cheikh Sall.
Le théâtre de Michèle Addala heurte et se heurte aux clichés culturels, empile joyeusement l’imaginaire des habitants et celui des professionnels, le noble et l’ignoble, le rire et les larmes, l’attente et l’éclat. Ces collages, télescopages, juxtapositions de cadres mouvants, tentent de rendre compte d’une expérience collective menée à Avignon en 2013.

La parabole des papillons
du 5 au 9 juillet à 16h00 (entrée gratuite sur réservation)
Auditorium du Grand Avignon - Le Pontet

Avec Ana Abril, Pascal Billon, Mardjane Chémirani, Mylène Richard, Cheikh Sall, Maria Simoglou et des habitant(e)s d’Avignon

Présentation sur le site du Festival d’Avignon.

Site de la Compagnie Mise en Scène.

Ave Césaire

Ave Césaire est une adaptation du recueil de textes Afriques Diaspora Négritude de Marc Alexandre Oho Bambe, où se retrouvent le slam, la poésie, le théâtre et la musique. C’est un cri nègre et un manifeste contre l’oubli qui invite à la rencontre des mondes et à une réflexion sur la transversalité des mémoires et de l’héritage. C’est un hommage aussi, à Aimé Césaire, dont la parole incandescente symbolise la respiration de l’homme debout.

Capitaine Alexandre (poète camerounais) et Fabrice Di Falco (contre-ténor martiniquais) incarnent sur scène une hybridité culturelle et un humanisme contemporain qui célèbrent une nouvelle région du monde créole.

Les 11 et 12 juillet à 12h10

La Chapelle du Verbe incarné
21G, rue des Lices
Avignon

Présentation sur le site de la Chapelle du Verbe incarné.


Et le 13 juillet à 11h
Au bout du petit matin, Aimé Césaire (55’) de Sarah Maldoror.
Ce film est un portrait d’Aimé Césaire, poète, humaniste et chantre de la négritude, enraciné dans sa terre natale de Martinique.
Suivie d’une rencontre avec Romuald Fonkoua, directeur du Centre International d’Études Francophones à La Sorbonne

Discours à la Nation

Connu pour son écriture inimitable à l’humour ravageur et pour son engagement civique et politique, l’auteur est l’une des figures marquantes du « théâtre- récit » né à la fin des années 80 dans la lignée de Dario Fo.
Dans Discours à la nation il rend compte de l’état d’esprit dans lequel les puissants gouvernent et s’adressent au peuple… et cela fait froid dans le dos ! C’est David Murgia qui donne vie à ces politiciens ou chefs d’entreprise dont le discours, débarrassé de son vernis de respectabilité, se pare d’un grotesque aussi comique qu’effrayant.La docilité du peuple, la démission des syndicats, le marché globalisé, tout cela est salué par des personnages hilares et dénués du moindre remords.

Présentation et vidéos sur le site du Théâtre National


Vendredi 12 décembre 2014 à 21h
Théâtre Durance, Château-Arnoux Saint-Auban

Mardi 16 décembre 2014 à 20h00
Théâtre de l’Olivier, Istres

Barbès Café

Un spectacle qui raconte en chansons l’histoire de l’immigration maghrébine !

La fête, la musique, la danse, l’humour et l’émotion seront au rendez-vous, grâce à l’orchestre de ce bar de banlieue où nous convie chaque soir Lucette, la patronne française du bistrot « Barbès Café ». À travers ses souvenirs et ses anecdotes, se dessine l’histoire de l’immigration nord-africaine en France.

Un hommage aux chanteurs, aux musiciens d’ici ou de là-bas et à la musique arabo-andalouse avec Lili Boniche, Salim Hallali, la grande Rimitti, impératrice du raï, Hanifa la « diva punk » kabyle, mais aussi Edith Piaf, Léo Ferré, Barbara…

Un spectacle qui jongle avec bonheur entre musique, mémoire et actualité.


Du 22 au 30 novembre
Théâtre du Gymnase

4, rue du Théâtre français - 13001 Marseille
04 91 24 35 24 lestheatres.net
 

OFFRE SPÉCIALE du Théâtre du Gymnase dans le cadre de la Biennale pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et Territoires :

  • 14€ la place au lieu de 20€ (en 1ère catégorie)

  • 12€ la place au lieu de 18€ (en 2ème catégorie)

Réservation (pour bénéficier de l’offre spéciale : préciser « offre ACT »)

  • Par mail : mariejulieamblard@lestheatres.net

  • Par téléphone : 08 2013 2013 (du mardi au samedi de 11h à 20h)

  • Au guichet du Théâtre du Gymnase (Marseille) ou du Jeu de Paume (Aix-en-Provence)
     

Jean Zay

Avocat, journaliste, député à 27 ans, ministre à 31 ans, prisonnier politique à 36 ans, assassiné à 39 ans, l’itinéraire de Jean Zay est dense, fulgurant et tragique.
L’homme incarne tout ce que l’extrême droite déteste : juif par son père, protestant par sa mère, antimunichois, ouvertement franc-maçon et partisan de l’union des gauches et de la fermeté avec Hitler, il incarne la compétence et la réussite des grands axes politiques du Front Populaire. Ministre de l’Education Nationale et des Beaux-Arts, grand défenseur de l’Ecole publique et laïque, son oeuvre politique sous le gouvernement du Front Populaire de 1936 à 1939 a été décisive dans l’histoire des politiques éducatives et culturelles.

Jean Zay
Spectacle de Raymond Vinciguerra et Jean-Manuel Bertrand, 
Théâtre Toursky
17 octobre 2013

Présentation sur le site du Théâtre Toursky.

Discours à la Nation

Avec sa langue inimitable, à la poésie sautillante, à l’humour ravageur, à la fois tendre et vipérine ; avec sa conscience politique et un véritable amour des “petites gens” ; avec son sens aigu de la musicalité des mots : avec tout ça, Ascanio Celestini a construit en quelques années une grande oeuvre de théâtre. Et, s’il évoque une nouvelle fois la relation entre la classe dominante et la classe dominée, Celestini renverse ici son point de vue : cette fois, ce sont les puissants qui parlent.
Dans des harangues enflammées ou des discours d’un cynisme suffoquant, au milieu d’un tas de caissettes de bois, David Murgia donne vie avec férocité et un plaisir visible à ces politiciens ou chefs d’entreprise dont le discours, débarrassé de son vernis de respectabilité, se pare d’un grotesque aussi comique qu’effrayant. La docilité du peuple, la démission des syndicats, le marché globalisé, tout cela est salué par des personnages hilares et dénués du moindre remords.


Lundi 11 novembre 2013 à 19h00
10€ (tarif plein) • 5€ (tarif réduit)

Présentation et infos pratiques sur le site de la Cité Maison de théâtre

Extrait vidéo du spectacle sur le site du Théâtre National de Bruxelles

Enquête sur un grand chantier

« L’objet du pouvoir souverain, c’est le territoire. » Machiavel

Faire spectacle du réel. Un territoire : Fos-sur-Mer, du petit coin de paradis à l’enfer industriel qui conjugue gestion des risques, pollution et chômage.

Faire spectacle du réel. Un territoire : Fos-sur-Mer, du petit coin de paradis à l’enfer industriel qui conjugue gestion des risques, pollution et chômage. Des hommes et des femmes : leurs mots teintés de nostalgie, des paroles fières ou inquiètes. La metteure en scène Agnès Régolo s’empare du sujet avec légèreté.

Une enquêtrice et son indispensable acolyte mènent une investigation facétieuse riche en suspens. Les rencontres avec l’ouvrier lorrain « déplacé », le syndicaliste, le bistroquet autochtone ou le militant écolo retracent l’histoire d’un territoire emblématique et questionne, au-delà des particularismes, notre rapport au monde. Penser local, penser global. Cette Enquête sur un grand chantier interroge en filigrane le modèle planétaire d’un développement univoque dans lequel l’homme cherche sa place.


Enquête sur un grand chantier
Du 24 au 26 janvier au Théâtre Joliette-Minoterie
2, place Henri Verneuil - Marseille 2e

Présentation et réservation sur le site du théâtre.

Le couloir des exilés

Depuis la nuit des temps, l’homme se déplace pour trouver le lieu où habiter, où poser son existence, tel est son destin. Sur scène, Marcel Bozonnet est Le Nomade, figure éternelle qui nous invite à le suivre à la rencontre des exilés d’hier et des réfugiés d’aujourd’hui, qui n’ont plus aux yeux du monde la même légitimité. Leur mobilité dérange, ils sont devenus les indésirables au monde. L’espace qu’on leur a réservé se présente comme un couloir sans issue et sans fin, où ils n’ont d’autre horizon que l’attente. La mise en scène éclaire ce propos en installant les spectateurs dans un dispositif bifrontal.
Véritable figure du théâtre contemporain, Michel Bozonnet a dirigé la Comédie Française de 2001 à 2006. Dans ce spectacle, il poursuit sa réflexion sur l’immigration et le droit à la différence fondée, ici sur les regards de l’anthropologue Michel Agier et de la journaliste Catherine Portevin.

Le couloir des exilés
Théâtre de Fos, 25 janvier à 20:30

Présentation sur le site du théâtre.

Texte de Michel Agier et Catherine Portevin
Adapté de l’essai Le Couloir des exilés, Être étranger dans un monde commun de Michel Agier (éditions Le Croquant, 2011)
Mise en scène et interprétation Marcel Bozonnet
Avec les voix de Nawel Ben Kraiem, Atiq Rahimi
Avec la collaboration artistique de Natalie van Parys

La randonnée de Samba Diouf

Le duo joue, chante, raconte comment Samba Diouf, jeune pêcheur sénégalais, doit soudainement quitter pour la première fois son village natal. Un contraste saisissant entre sa vie à priori toute tracée et la réalité de ce qui l’attend : la rencontre des ethnies voisines, les tranchées françaises de la guerre 1914-1918, le retour au pays. Ce voyage initiatique se déploie dans une mise en scène inventive à la musicalité omniprésente, à l’image des rythmes et mélopées des griots. Une collaboration intime quasi chorégraphique, entre conte traditionnel et histoire contemporaine, qui porte un regard nouveau sur l’Afrique et le Sénégal en particulier.

Ce spectacle a reçu le label Centenaire, attribué par la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale.

Dossier complet et extrait vidéo sur le site du conteur


Mardi 18 février 2014 à 20h30
Daki Ling / L’éolienne
45A rue d’Aubagne 13001 Marseille
Tarifs : 5€ / 8€ / 10€

Latcho Divano 2014

Du 28 mars au 8 avril, le Festival Latcho Divano propose une programmation qui transcende les domaines artistiques, à la découverte de toutes les cultures tsiganes : spectacle musical, expositions, films et documentaires, rencontres, débats, mais aussi des stages pour partir à la découverte de la langue romani, la cuisine ou les danses tsiganes...

Latcho Divano
7e festival des cultures tsiganes
Du 25 mars au 8 avril 2014
Marseille

Le programme sur latcho-divano.com.


Point information du festival
16, quai de Rive-Neuve - Marseille 7e
Ouvert tous les jours du festival de 14h à 18h

Territoire

De son itinérance personnelle de Santiago du Chili à Briançon, Sally Campusano Torres fait un spectacle choral sur l’exil, le déracinement, la différence. Sur "l’étranger", cet "autre" dont la présence en terre montagneuse est presque invisible. Marginale. La vie parallèle de centaines d’immigrants venus de toutes les latitudes du monde, tel un courant souterrain, vivifiant, riche d’autres cultures, d’autres climats, d’autres odeurs, d’autres langues, transforme le paysage...
La comédienne et dramaturge a posé ses bagages au théâtre du Briançonnais et est partie à la rencontre d’étrangers, comme elle, les invitant à sa création dramatique. Non pas en spectateurs, mais en acteurs de leur histoire commune. Celle de l’immigration.


Mercredi 7 mai 2014 à 19h
Théâtre du Briançonnais

Tarif : 4€ / 8€
Billetterie auprès de la MJC-CS : 04 92 21 25 76

Exposition de photographies, objets, musiques et vidéos
Du 1er au 30 avril 2014

MJC-CS du Briançonnais
35 rue Pasteur 05100 Briançon

Histoire universelle de Marseille


Pourquoi une ville de deux mille six cents ans garde si peu de traces de son histoire ? Pourquoi les enfants d’immigrés se sentent si fortement attachés à leur ville ? Pourquoi la mauvaise réputation a fait si soudainement place à la mode, au "fun" touristique et culturel ?

Autant de questions et d’affects que la comédienne expose et résout en interprétant les protagonistes des différentes époques. Charles Ier, Henri IV, Louis XIV, affrontent les héros méconnus de Marseille. Se mêlent les troubadours, ces chevaliers maniant la plume et l’épée ; des poissonnières guidant la révolte ; des prisonniers devenus viguiers ; des artistes au style flamboyant tel Pierre Puget...

Une adaptation faite de combats, de trahisons, de poésie, qui se clôt sur lesdites mutations urbaines que connaît aujourd’hui Marseille...


Un opus des Emporte Pièces (adaptations d’oeuvres de sciences humaines) avec le soutien de la Ville de Marseille.

Texte : Alèssi Dell’Umbria (Éditions Agone) / Adaptation : Virginie Aimone & Jeremy Beschon
 / Mise en scène : Jeremy Beschon / Comédienne : Virginie Aimone

Lundi 17 novembre 2014 à 20h30
Théâtre de Lenche
Marseille 2e

Représentation suivie d’un débat en présence de Charles Jacquier.

Présentation sur le site du Collectif Manifeste Rien.
Infos pratiques sur le site du Théâtre de Lenche.

La Marseillaise et cætera

Nous verrons comment, au travers de l’actualité médiatique et d’interférences mémorielles, les personnages d’une famille se débattent avec des problèmes qui les dépassent complètement, mais qui les affectent au plus profonds d’eux mêmes. Sur un registre baroque — qui mêle le passé et le présent, le savant et le vulgaire — nous décryptons la redondance historique des actuels discours politiques et médiatiques en découvrant la construction de l’espace public de la Troisième République, ou pour le dire autrement, la matrice des mass médias...
Contrairement à ce que disent les journalistes, les incidents concernant l’hymne ou le drapeau national n’ont rien de nouveau. Le premier épisode a eu lieu à Marseille, rue de la République, en juin 1881. Cette même rue, qui un peu plus d’un siècle plus tard, sera expurgée de ses pauvres...

Samedi 24 mai à 18h30
Friche du Théâtre de Lenche

Rue de l’Évêché - Marseille 2e

Réservation : 04 91 91 52 22 / lenche@wanadoo.fr

Texte et mise en scène : Jeremy Beschon / Comédiens : Virginie Aimone, Olivier Boudrand, Jocelyne Vignon - Musicien : Franck Vrahidès

Présentation sur le site de Manifeste Rien.

Origines

Le slameur franco-comorien explore un genre nouveau après son premier album, « Être », mixant programmation hip hop et world acoustique. Ahamada Smis nous transporte aujourd’hui dans une fusion entre musiques traditionnelles des Comores et poésie urbaine (slam/rap), dans un esprit afro-ngoma (afrobeat comorien)., Enregistré avec un studio mobile à la source du sambé, du twarab, du mgodro, du maloya, ce projet s’inspire de l’héritage musical arabo-bantu de l’océan Indien.

Ahamada Smis : slam/rap ; Atoumane Soubira dit Soubi : gaboussi, dzenzé, chant ; Mohamed Issa Matona : violon, oud, ngoma, chant.

Présentation et extraits sur le site de Colombe records

Vendredi 27 juin 2014 à 21h
Jardin des Archives et Bibliothèque départementale Gaston Defferre
18-20, rue Mirès - Marseille 3e

Gratuit, dans le cadre de l’opération « L’été au jardin »

Les Belsunciades

Du 10 au 16 juin 2014, le théâtre Le Pied nu organise le festival « les Belsunciades »

  • spectacle « Anou et Ouna » programmé à la Cité de la musique,
  • soirée Musique du Monde le vendredi 13 juin au café Mounir,
  • déambulation dans le quartier Belsunce le samedi 14 juin.


Présentation sur le site Le Pied Nu.

Chœur multiculturel Ibn Zaydoun

Créée en 2008 au Festival d’Aix-en-Provence, la formation chorale amateur interprètera dans sa version concert une création autour d’une fable animalière issue du très ancien recueil Kalila wa Dimna (Ibn Al-Muqaffa), sur une composition originale de Moneim Adwan et une ré-écriture de Khaled Juma. Quelques chants traditionnels arabes, anciens et contemporains, viendront compléter cette soirée musicale.

20 juin 2014 à 20h30
Cité de la Musique
4 rue Bernard du Bois - Marseille 1er

Entrée libre.


Présentation sur le site de la Cité de la Musique.

Théâtres d’outre-mer

Cette saison, la Chapelle du Verbe incarné défend un souvenir et une fidélité. Le plateau du théâtre sera l’endroit d’une mémoire encore vive. On y racontera les enfants soldats, on y jouera l’apartheid, on y criera la négritude, on y revivra les premiers pas de l’écrivain Maryse Condé.

Programme détaillé sur le site du TOMA


  • FEM/Around Lucy (danse)
  • Léon Léon, ègres des Amériques (théâtre/slam)
  • Boesman et Lena (théâtre)
  • Les écrans du Tout-Monde (projections et rencontres en partenariat avec l’Institut du Tout-Monde)
  • Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui aime Hector qui est mort (théâtre)
  • L’enfant de demain (théâtre)
  • La vie sans fards (théâtre)
  • La faute à la vie (théâtre)
  • Le berceau dnes Esprits (danse)
  • La Sorbonne nouvelle en Avignon (université d’été avec l’IRET/Paris 3 et Africultures)
  • Seuils lassés (exposition)

C’est bon alors, j’irai en enfer

Les aventures de Huckleberry Finn débutent par le retour du père de Huckleberry. Ce dernier, cupide, violent et alcoolique, souhaite récupérer son fils qu’il avait abandonné. Huckleberry Finn fuit son père et fait croire qu’il a été assassiné. Il se retrouve sur les routes aux côtés de Jim, un esclave noir en fuite, qui est recherché, car on le soupçonne justement d’être le meurtrier de Huck.
Les deux fugitifs souhaitent gagner ensemble, en radeau, le Nord abolitionniste. Egarés sur le fleuve à la suite d’une tempête, ils sont rattrapés et ne doivent leur salut qu’à deux escrocs, qui s’empressent de revendre Jim... à l’oncle de Tom Sawyer...

C’est bon alors, j’irai en enfer
Du mardi 24 au jeudi 26 février à 15h
le vendredi 27 février à 15h et 20h30
le samedi 28 février à 19h
L’Embobineuse - 11 boulevard Bouès 13003 Marseille

Réservation au 06 65 46 10 20

Site de la compagnie Peanuts


Textes de Stéphane Gisbert. Musique de A Band of Buriers. Mise en scène collective de la compagnie Peanuts.

Spectacle de l’atelier théâtre des Flamants-Iris

Un groupe de 7 femmes se saisit d’un atelier théâtre amateur pour parler de l’éducation des enfants, du rôle de la femme, du père absent.

« ça parle de la société dans la vie de tous les jours »...
« Malgré la souffrance et après la souffrance je veux rentrer dans la gaieté, je ne veux pas sombrer dans la tristesse, je veux remonter la pente… Alors, laissez moi chanter... »

Vendredi 10 octobre 2014 à 14h30
Espace culturel Busserine

Avec Nadia, Sonia, Amina, Marie, Taourati, Fatima

Atelier dirigé et mis en scène par Jule KURLBAUM du centre social Flamants iris en partenariat avec Karim DOUMIA du Théâtre de la Cité.

Le Massacre des Italiens

 

Le peuple est-il « raciste » ? Comment combattre le fléau du racisme ? Quelle relation établir entre les discours républicains exaltant l’identité nationale et les comportements xénophobes ?

L’ouvrage de Gérard Noiriel (aux éditions Fayard) pose ses questions essentielles en analysant un événement historique refoulé dans la mémoire collective : Le 17 août 1893 a eu lieu à Aigues-Mortes (Gard) l’un des plus sanglants massacres d’immigrés de toute l’histoire contemporaine de France. Une centaine d’ouvriers italiens, venus travailler dans les salins, sont tués ou blessés. Les assassins, identifiés par les gendarmes, seront néanmoins tous acquittés par le jury populaire de la Cour d’assises...

Texte : Gérard Noiriel / Mise en scène : Jérémy Beschon / Comédienne : Virginie Aimone / Visuel : Jean-Battiste Couton & Jeremy Beschon/ Production Martine Derrier (Les Petits Ruisseaux)

Un opus des Emporte Pièces, avec le soutien de la Ville de Marseille

Le 6 novembre à 19 H aux Archives Municipales de Lyon

1 place des Archives
69002 Lyon

Représentation suivie d’un débat en présence de Gérard Noiriel dans le cadre de l’exposition Lyon l’Italienne


« Brecht plaidait pour des formes d’innovation théâtrale fondées sur la collaboration entre artistes et savants. Malheureusement, ce type d’expérience a été laissé en friche après sa mort, en raison de la séparation de nos milieux professionnels respectifs. Parmi les projets que j’ai impulsés en tant que président de l’association DAJA, ce spectacle sur le « massacre des Italiens », fruit d’un travail mené en commun avec le collectif Manifeste Rien , est celui qui mobilise le plus fortement le principe brechtien de la fable, comme forme dramaturgique permettant de transposer un problème historique en langage théâtral. Les philosophes et les psychologues ont confirmé récemment les intuitions géniales de Brecht à ce sujet. Raconter une histoire, c’est « mettre de l’ordre dans l’expérience » et donner une intelligibilité au réel. Grâce au récit, et grâce à sa mise en scène, on peut ainsi rendre accessible à tous, les aspects en apparence les plus abstraits et les plus compliqués de la grande Histoire. Le sens (ou le non sens) de l’histoire n’a plus besoin d’être dit, il suffit qu’il soit montré. » Gérard Noiriel

Retrouvez toutes les infos sur le site du Manifeste Rien.

Diaba, l’Ange Tirailleur. Destin d’une femme africaine dans la Grande Guerre

Les graines d’arachide viennent d’être vendues aux négociants de Saint Louis. Les pièces de monnaie sonnent et circulent dans toutes les poches des habitants ; tout le village de Darou est en liesse. Une séance de lutte s’organise ce lundi. C’est ce moment que choisit le commis colonial pour venir annoncer la grande guerre dans ce terroir paisible du Sénégal. Mbissane, le patriarche d’une grande lignée se doit de choisir parmi ses fils ceux qui partiront vers la Métropole. Diaba, l’aînée de la grande famille, se déguise en homme pour accompagner ses frères à la guerre, à la Mort. Feu, Larmes, Cendres, Diaba l’Ange Tirailleur est une comédie dramatique qui nous plonge dans l’histoire d’une famille africaine frappée par la lourde tragédie de la première guerre mondiale.


Vendredi 14 novembre à 20h30
Espace Culturel Folard
Morières-les-Avignon

Représentations scolaires les 13 et 14 novembre à 14h30

Ce spectacle est organisé dans le cadre de la commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale.

Texte de Babacar M’baye

Metteur en Scène : Yanecko Romba

Avec : Machita Doucouré, Nanyadji Kagara, Pol White, Yanecko Romba, Ornela debonot

Durée du spectacle : 1h30

Tarifs : 13/10euros – Billetterie associative

Réservations au 07 81 12 25 51 – occitanafrica@gmail.com

La domination masculine

La comédienne nous conte l’histoire de la première femme et du premier homme, à la mystérieuse fontaine d’une ancestrale Kabylie. Il semblerait qu’aujourd’hui, la vie des européens, ou plutôt la vision qu’ils en ont, ne soit guère différente de cette rencontre mythique...

Au montage du livre du sociologue français s’ajoutent mythes et poésies populaire kabyles, ainsi que des témoignages des deux rives de la Méditerranée, transcrits et analysés par l’anthropologue algérienne.

La comédienne mêle avec humour et panache le savant et le quotidien : la standardiste & le patron ; le week-end raté des amoureux ; une conversation téléphonique entre la mère et le fils ; l’angoisse du mâle de ne pas être à la hauteur. Elle fait surgir des personnages, des situations, des lieux qui métamorphosent et remplissent l’espace de jeu.

Le samedi 6 décembre à 18h30
Bibliothèque de la Grognarde
2, Square Berthier - Marseille 11e

Entrée libre / 04 91 89 57 04


La domination masculine de Pierre Bourdieu et les textes de Tassadit Yacine. (extraits de Pierre Bourdieu © Editions du Seuil, 1998, publié par les Editions Points)

Adaptation : Virginie Aimone & Jeremy Beschon / Mise en scène : Jeremy Beschon / Comédienne : Virginie Aimone

Un opus des « Emporte pièces » (adaptations d’œuvres de sciences humaines). Avec le soutien de la ville de Marseille.

Le site du Collectif Manifeste Rien

Les trois exils d’Algérie, une histoire judéo-berbère à Marseille

Un voyage qui nous mène des débuts de la colonisation française à l’indépendance algérienne. Un voyage entre mémoire et histoire, entre quête personnelle et enquête historique... La comédienne donne vie à des photos de famille qui révèlent d’arbitraires ruptures qui marqueront plusieurs générations. Elle crée les lieux d’échanges et de batailles, interprète les personnages de différentes époques : leaders algériens, grands rabbins, un enfant et sa mère débarquant dans cet autre pays qu’est la France... Cette adaptation du livre de Benjamin Stora nous fait découvrir la richesse et la complexité des relations entre juifs et musulmans, en reconstituant les trois exils des juifs d’Algérie. Ils sont sortis par trois fois de ce qui était leur univers familier : passant de l’indigénat à la citoyenneté française avec le décret Crémieux en 1871 ; rejetés hors de cette citoyenneté en 1940 avec les lois de Vichy ; enfin, quittant les rives algériennes avec l’exode de 1962...

Les trois exils d’Algérie, une histoire judéo-berbère
D’après Benjamin Stora par le collectif Manifeste Rien


Vendredi 12 décembre à 16h à l’Alcazar (Marseille 1er)

Entrée libre.

Représentation suivie d’un débat en présence de Benoît Larbiou, docteur en science politique.


Un opus des « Emporte pièces » de Manifeste Rien avec le soutien de la ville de Marseille et l’aide du musée de l’Histoire de l’immigration

Adaptation : Virginie Aimone & Jeremy Beschon avec la collaboration de l’auteur
Comédienne : Virginie Aimone / Mise en scène : Jeremy Beschon

Le site du collectif Manifeste Rien.

N°187

La Compagnie Mémoires Vives, le Centre socio-culturel Jean-Paul Coste, et la Fondation du Camp des Milles - Mémoire et Éducation présentent N°187, une adaptation libre et pluridisciplinaire du Diable en France de Lion Feuchtwanger, écrivain interné au Camp des Milles.

Mercredi 3 décembre 2014 à 19h30
Au Site-Mémorial du Camp des Milles
Billets en vente sur place au tarif de 5 euros
Réservation conseillée : culture@campdesmilles.org

 


 

"Nous sommes dans un futur, proche ou lointain. Un pouvoir autocratique et totalitaire s’est installé par les urnes, porté par le populisme et nos abandons successifs aux sombres desseins. La haine de l’Autre, le racisme, l’antisémitisme. La déshumanisation des êtres. L’élimination par la sélection. La création et l’exploitation des superflus. L’Homme doit être vidé de son humanité pour en faire une superfluité efficiente, une individualité sans identité, indéfinie, utile et nécessaire à la production et à la consommation." Yan Gilg, metteur en scène, Cie Mémoires Vives.

Le Camp des Milles, devenu lieu de mémoire, est ré-ouvert et affecté à l’internement, à la mise en quarantaine et à la guérison des “inutiles”, des “malades” et des “déviants”. S’y retrouvent des artistes libres penseurs d’origines et d’horizons divers.

Comme d’autres avant, ici même, ils vont réaffirmer l’art comme outil de résistance et d’humanité. Comme le firent avant eux les “internés” de 1940, victimes de l’indolence administrative, du “je-m’en-foutisme”, du Diable en France.

En phase avec la dimension réflective du mémorial du Camp des Milles, la pièce interroge les mécanismes qui ont conduit et peuvent conduire au fascisme, questionne la mécanique du « bouc émissaire », la résurgence des « vieux démons » qui dans les temps de crise se nourrissent de nos peurs et nos angoisses les transformant peu à peu en haine de l’autre et en abandon de soi. C’est bien cette dimension qui nous interpelle et nous intéresse, qui donne au lieu de mémoire sa fonction fondamentale : se souvenir pour ne pas reproduire.

Avec cette création, l’objectif est de permettre aux jeunes du territoire de comprendre et s’approprier l’histoire des camps à partir de l’ouverture du Mémorial du Camp des Milles, et de créer un objet culturel pluridisciplinaire autour de la mémoire afin de devenir à leur tour des passeurs de mémoire.

Hip-hop / rap / slam : Nicolas Dumont, Riadh Remili, Jules Sauvage, Melissa Cherit, mathieu Mimart, Salah Kouiel, Camille Lozzi, Arthur Serfaty, Laura Serfaty, Robin Zanger

Graff : Servan Robert, Diego Konicheckis

Bande son : Thomas Deschamps, Julien Martinez, Bastien Oza

Théâtre : Stéphanie Beltramo, Sofy Joradna, Flora Gervais, Chloé Droulin, Morgane Lacasse, Arthur Dumas, Florian Onnéin

Danse contemporaine : Cindy Renaudie, Manon Trompowsky, Hélène Mohamed, Chloé David

Vidéo : Agnès Maury, Romain Menu

Graphisme : Diego Konicheckis, Armand Maurin

Retrouvez toutes les infos et le dossier artistique du spectacle en consultation sur le site de la Compagnie Mémoires Vives.

Chantiers 14

La Compagnie Mémoires Vives récidive avec quelques uns des artistes de l’équipe du spectacle Sur les traces de nos pas.

En partenariat avec l’APECB et l’ECB, 2 résidences de création ont permis l’ouverture des Chantiers 14. Un projet artistique autour de 2 pièces : Usines, une pièce chorégraphique pour 4 danseurs, et Les raisons d’un retour au pays natal, une pièce théâtrale pour 2 comédiens.

Après leur résidence de création artistique du 8 au 11 décembre 2014 à l’Espace Culturel Busserine de Marseille retrouvez le spectacle :

Vendredi 12 décembre 2014 à 20h30
Espace Culturel Busserine
Rue Mahboubi Tir
13014 Marseille

Renseignements : 04 91 58 09 27

Usines, pièce chorégraphique pour 4 danseurs :

Usines questionne notre rapport au travail, l’humain comme force de travail, réduit à cette seule fonction dans un marché du travail de plus en plus concurrentiel, de moins en moins solidaire.

Le progrès technologique facteur d’augmentation de la productivité aurait pu permettre aux individus d’être moins sollicités dans les chaînes de production, lui offrant des espaces de liberté et d’émancipation, la possibilité de consacrer du temps à son développement, de s’impliquer dans la vie de la cité …

Au contraire, depuis près d’un siècle, la domination d’un capitalisme financier, de la spéculation, du libéralisme sauvage défient les droits humains élémentaires, le droit du travail et les acquis sociaux historiques, continuant de faire de l’individu une variable économique, un moyen de production.

Sur la scène se déroule une journée de travail, une journée d’une durée de plus d’un siècle. De la révolution industrielle à nos jours. Ils nous raconteront par le corps, leur rapport au travail, leurs souffrances et leurs espérances. Ils nous parleront de leurs origines, de leurs vies, de leur rapport à l’altérité. Ils danseront leur humanité en péril.

Dramaturgie et Mise en Scène : Yan GILG
Direction Chorégraphique : Abdelhadi HADJ BENAICHOUCHE
Avec : Jessica BICHY, Mariam BACAR-YOUSSOUF, Abdillah MDAHOMA et Abdelhadi HADJ BENAICHOUCHE
Création et Régie Lumière : Félix DOULLAY
Régie Son et Vidéo : Laura DEVOITIN
Production : Compagnie MEMOIRES VIVES
Coproduction : APECB, ECB
Soutiens : Région PACA, DRJSCS PACA

http://cie-memoires-vives.org/wp-co...


 


 

Les raisons d’un retour au pays natal, pièce théâtrale pour 2 comédiens :

2 jeunes « sans papiers » se retrouvent par le hasard de la météo et d’une traversée hasardeuse de la Méditerranée sur une plage du Sud de la France. Ils ne se connaissent pas, ne partagent pas entièrement la même histoire, la même trajectoire, la même filiation mais le même rêve : celui d’une vie nouvelle dans un Eldorado fantasmé.

L’un, joué par PAT, est Sénégalais, jeune diplômé de la classe moyenne, sans perspective d’embauche, qui veut compléter ses études supérieures en Europe et rêve de changer le destin de l’Afrique. L’autre, joué par TENINW, est Comorien, fils d’un paysan déshérité, qui veut faire fortune et racheter la dignité de sa famille qui croupie dans un bidonville de Moroni.

Leur amitié va se construire au fil du chemin tortueux et chaotique, les entraînant dans les méandres de l’administration, les couloirs des hôpitaux civils et des foyers d’immigrés. Situations rocambolesques, quiproquos, intimités, disputes et réconciliations, discussions philosophiques, rencontres impromptues vont rythmer ce parcours initiatique.

Vont-ils réussir ou échouer, s’échouer une fois encore ? Vont-ils rester ou partir ?

Dramaturgie et Mise en Scène : Yan GILG
Textes : Mohamed Nour MHOUMADI, Issa YOUM, Yan GILG
Avec : PAT’ et NINW
Création et Régie Lumière : Félix DOULLAY
Régie Son et Vidéo : Laura DEVOITIN
Production : Compagnie MEMOIRES VIVES
Coproduction : APECB, ECB
Soutiens : Région PACA, DRJSCS PACA

L’écrivain et la conscience

Poète et romancier à succès dès ses 22 ans, les choses semblaient bien se présenter pour Stig Dagerman. Mais comment se construire avec un père poseur de rails et une enfance passée avec des grands parents paysans si l’on veut rester fidèle à sa classe ? Si l’on veut écrire pour les classes populaires et que l’on sait que seuls ceux qui ont assez à manger ont le loisir de s’apercevoir de son existence ? Sans parler du fait que l’engagement anarchiste du poète se heurte inévitablement aux représentants auto-proclamés du peuple qui aimeraient rester les seuls garants de l’art et de la lutte populaires. Et puis il y a les femmes à qui l’on offre son cœur brulant, et la poésie qu’il faut poursuivre comme un patient travail d’artisan si l’on ne veut pas gâcher son talent dans les salons des gendelettres de la culture « légitime ».

Du court article de presse au long roman existentialiste en passant par la poésie et le théâtre, Stig Dagerman fouille les états d’âme aux prises avec les rôles sociaux dans les sociétés modernes. Il est notamment l’auteur de Notre besoin de solitude est impossible à rassasier.



Les 22 et 23 janvier à 20h30
Théâtre de Lenche
4, place de Lenche (Marseille 2e)

L’Écrivain et la Conscience, d’après Stig Dagerman par le collectif Manifeste Rien. Un création des « Emporte pièces » (adaptations d’œuvres de sciences humaines).

Comédienne : Virginie Aimone
Mise en scène : Jeremy Beschon
Texte aux éditions Agone : La Dictature du chagrin & autres écrits amers (1945-1953).

La représentation sera suivie d’un débat en présence de Charles Jacquier. Ancien directeur de la collection « Mémoires sociales » (Agone), Charles Jacquier s’intéresse à l’histoire du syndicalisme révolutionnaire qui revendique l’autonomie ouvrière et la nécessité d’une culture prolétarienne, notamment en littérature – un courant dans lequel s’inscrit Stig Dagerman.

Le site du Collectif Manifeste Rien

La légende noire du soldat O

La légende noire du soldat O retrace le drame qui s’abattit sur la Provence et sur ses soldats au tout début de la guerre. Devant l’échec total de la stratégie choisie par l’état-major et le recul des armées françaises sur tous les fronts on accusa injustement les soldats provençaux du XVe Corps d’en être responsables en ayant fui devant l’ennemi. S’en suivirent contre les « Midis », insultes, stigmatisations, refus de soins aux blessés et exécutions pour l’exemple. La légende noire du Soldat O évoque à travers le cas du soldat Auguste Odde de Six- Fours, victime expiatoire d’une volonté de trouver des boucs émissaires, ce drame dans le drame. Sur un fond de légèreté va-t-en-guerre entretenue par une Madelon exaltant le courage des « piou-piou », le soldat O écrit entre deux obus. On l’appelle. Pour la relève ? Pour tenir son nid de poule ou monter à l’attaque ? Dans un procès tragi-comique, suscitant un rire grinçant, il va alors se prêter au jeu de l’ethnotype méridional inventé par les plus grandes célébrités littéraires.

Vendredi 9 janvier 2015 à 20h45
Espace Comedia
10, rue Orves - Le Mourillon
Toulon (83)
Tél. : 04 94 42 71 01

Plus d’informations sur le site du Centre Dramatique Occitan


« Il faut courir voir “La légende noire du soldat O” /.../ Avec une grande économie de moyens, qui produit une efficacité théâtrale des plus grandes, servie par quatre comédiens de qualité, Neyton mêle la réalité et le rêve, le front et la maison, l’écrit raciste séculaire et le drame présent. Une réussite. » La Marseillaise

« Ce spectacle, très bien conçu, porté par quatre beaux comédiens va droit au cœur. Mêlant humour (souvent) noir et gravité du propos, il ne se laisse pas oublier. » La Provence Avignon

Texte et mise en scène : André Neyton.
Avec : Alain Aparis, Blanche Bataille, Xavier Laurent, et Jacques Maury. Musiques : Miquèu Montanaro.
Scénographie : Suzanne Laugier.
Création éclairages : Michel Neyton.
Création costumes : Isabelle Denis.
Création vidéo : Claude Ciccolella, P’Silo.
Banque d’images : ECPAD.
 
Le spectacle sera également donné pour les établissements scolaires le jeudi 8 à 10h et 14h et le vendredi 9 à 10h.


Vers un chœur de femmes

Un atelier d’écriture, chant et théâtre, ouvert à des femmes de tous horizons, s’ouvre à La Cité. Il se tiendra les mardis après-midi et sera conduit par la comédienne et auteure Leila Anis et le comédien Abdelkarim Douima. À partir de ces ateliers se construira peu à peu un spectacle choral, mis en scène par André, directeur artistique de La Cité - Maison de théâtre.

Un premier rendez-vous d’informations et d’échange se tiendra le mardi 20 janvier à 14h30. Et pour débuter l’aventure, deux petites formes théâtrales (45’) vous seront présentées, récits d’expérience des premières rencontres avec des femmes des quartiers nord (par Abdelkarim Douima et Dana Al Hajji-Loric).


LEILA ANIS © Denis Couvet

Mardi 20 janvier à 14h30
La Cité - Maison de théâtre
54, rue Edmond Rostand - Marseille 6e
resa@maisondetheatre.com
04 91 53 95 61

Toutes les informations sur le site de la maison de théâtre La Cité

Médée Kali

Après Euripide, Sénèque ou Corneille, entre autres, Laurent Gaudé relève le défi d’écrire une suite à l’un des mythes les plus terribles de l’antiquité grecque. Dans une langue acérée et forte au rythme percutant, il s’empare de cette figure emblématique de femme trahie qui, par désespoir, a tué ses propres enfants.

La Médée de Laurent Gaudé

Dans ce texte contemporain, quoique d’une facture qui touche à l’épique, l’auteur éloigne Médée, l’infanticide, de l’Occident. Il en fait une intouchable venue des bords du Gange, une « extrême étrangère », issue de la fange, d’un univers gouverné par les pulsions. Il dynamite l’habituelle figure de fille de roi et établit une distance d’autant plus troublante pour nous que cette Médée est tout à la fois rapprochée du commun des mortels et radicalement lointaine. Médée Kali revient sur ses pas pour récupérer le corps de ses enfants et les inhumer conformément aux rites de sa culture d’origine. Au long de cette quête, elle est suivie par un homme. Que lui veut-il ?

Médée et Kali, explorer l’entre-deux extrêmes

Dégager cette figure féminine étrangement humaine, une et entière, du poids de la tragédie et lui donner sa dimension charnelle sera l’enjeu de cette création. Par où est-ce que Médée nous est proche, nous touche, nous émeut, nous renvoie à nous-mêmes, à ce qui se vit aujourd’hui ? Comment aborder les blessures profondes qui affleurent au milieu de tant de débordements de violence ?

La metteure en scène Frédérique Fuzibet choisit de distribuer la parole de Médée devenue ici Médée Kali, un personnage à trois visages - à la fois Médée, Gorgone et Kali, la déesse hindoue de la mort – entre trois interprètes, trois femmes qui font entendre les mots de Laurent Gaudé en y mêlant la puissance de la danse et la voix.


Vendredi 13 Février à 20h
Samedi 14 Février à 19h
Dimanche 15 Février à 15h


Théâtre Joliette-Minoterie

2, place Henri Verneuil - Marseille 2e
Tél. : 04 91 90 07 94

Texte : Laurent Gaudé
Mise en scène et scénographie : Frédérique Fuzibet
Avec : Christiane Cayre, Rukmini ChatterjeeHélène Force et la participation active de groupes de spectatrices associées à la création
Direction du travail corporel : Louisa Amouche
Création et réalisation des costumes : Nicole Autard
Régie générale et lumières : Nicolas Benoit
Production Théâtre de la Mer

La compagnie Théâtre de la Mer mène depuis plus de trente ans un travail de création toujours soucieux de son rapport au public. En novembre 2011, la compagnie ouvre l’R de la mer, un lieu de création mais également un espace de dialogue, de confrontations et de transmissions entre les artistes et les populations de Marseille et de la Méditerranée. Le spectacle « Médée Kali », premier volet du projet « genres et exils » qui se poursuivra jusqu’en 2017, sera construit avec la participation active d’un groupe de spectatrices.


La marseillaise et cætera

Une pièce qui traite, avec humour et poésie, de la liberté de la presse et des médias de masse, du droit - ou non - de bafouer les symboles de la république, de la stigmatisation et de l’intégration de certaines populations, de la laïcité et du rôle des Etats. Un trio de comédien déjanté interprète les différents personnages du passé et du présent. Accompagnés par une musique électro-live envoûtante, ils font surgir des situations qui métamorphosent l’espace de jeu...

Un couple heureux et aimant vit, comme tout un chacun, baigné par les discours sécuritaires. Mais lorsque la Marseillaise est « copieusement sifflée » lors du match de foot France-Algérie, les repères identitaires de la famille basculent, des failles spatio-temporelles s’ouvrent et les mémoires refoulées resurgissent...

Cette comédie de moeurs, qui mêle histoire de l’immigration et science fiction, s’appuie sur une recherche historique ; une étude de la presse de masse ; et une enquête auprès des habitants des quartiers populaires de Marseille.

Texte et mise en scène : Jérémy Beschon / Avec : Virginie Aimone, Olivier Boudrand, Jocelyne Vignon / Enquêtes : Marie Beschon (EHESS Paris) / Musique : Franck Vrahidès / Lumière : Cyrille Laurent / Diffusion : Iris Kaufmann – FEM.


Samedi 27 juin 2015 à 20h30
Théâtre de la Comédie
107, bis Boulevard Jeanne d’Arc
13005 Marseille / 04 91 63 53 02
Tarif : 5 euros.

Le site du Collectif Manifeste Rien

Écoutez en ligne la rencontre-débat avec Marie Beschon et le Collectif Manifeste Rien autour des thématiques de ce spectacle, organisée dans le cadre du cycle de conférences Paroles & Actes le vendredi 27 février 2015 en cliquant ici.

L’épopée du grand Nord

Depuis près de deux ans, François Cervantes et les membres de la compagnie L’entreprise rencontrent des personnes qui habitent et travaillent dans les quartiers Nord de Marseille. A partir de ces conversations, est né un texte, à la frontière entre fiction et réalité. Projet théâtral hors norme, François Cervantes a imaginé accueillir au plateau ou dans l’entourage de la création, toutes les personnes rencontrées désireuses d’intégrer cette aventure. Aujourd’hui, elles sont près d’une trentaine, accompagnées par une équipe de treize comédien-ne-s, régisseurs, cinéaste et photographe, pour 3 semaines de répétitions, avec un rendez-vous donné le 3 juin pour quatre représentations exclusives !

Dans cette épopée, il y a l’histoire de ce territoire toujours en mouvement, les fantasmes qu’il provoque, les échanges vécus, le partage et la transmission au plateau et à ses abords, la complicité entre une compagnie et un théâtre et il y a le texte de François Cervantes. Un texte donnant naissance à cette expérience théâtrale unique.

Synopsis
Jacques Mero, un grand homme d’affaire, qui à la naissance de son premier enfant, découvre qu’il n’est pas le fils biologique de ses parents, il retrouve sa mère biologique dans les quartiers nord de Marseille, là où il est né. Dans un premier temps, sa mère nie les faits, alors il décide de s’installer dans le quartier et de tout racheter : le centre commercial, avec son commissariat et sa mairie, le théâtre du Merlan qu’il transforme en lieu de fête, de spectacle et de rencontre ouvert 24h/24. Il décide même de reprendre la tête du trafic de drogue, pour faire de ce lieu, un lieu incontournable. Mais voilà, cela ne peut se passer sans embûche, sans obstacle, sans drame…


Mercredi 3 juin à 19h30
Jeudi 4 & vendredi 5 juin à 20h30
Dimanche 7 juin à 15h
Théâtre du Merlan
Avenue Raimu
13014 Marseille

durée estimée : 2h30
tout public
navette sur réservation
tarifs : 20 - 10 - 5 - 3€
carte d’embarquement : 13 - 7€

Toutes les infos sur le site du Merlan

Sur les traces de nos pas

À l’origine de ce spectacle, s’exprime le souhait du Centre Social l’Agora, de développer un projet avec la compagnie Mémoires Vives, particulièrement engagée autour des questions d’immigration, d’intégration, de pluralité des cultures. L’envie était de retracer par le sensible, le corps, le verbe et l’image, l’histoire des différentes communautés de cette ville-monde qu’est Marseille. Vingt artistes, professionnels et amateurs, d’ici et d’ailleurs, tous acteurs d’une création partagée, s’immiscent dans les mémoires collectives de ceux qui ont construit une France plurielle, au travers de leur exil, de leur lutte, de leur trajectoire migratoire et, au final, de leur enracinement. Ils portent ainsi une réflexion sur les quartiers populaires, territoires de relégation et d’exclusion mais terreau fertile de talents et d’énergies.


Vendredi 13 mars 2015 à 21h
Théâtre Le Merlan
Avenue Raimu, 13014 Marseille

Le spectacle sera précédé d’une rencontre publique autour du thème Art & Mémoire :

MÉMOIRES, HISTOIRE ET CRÉATION
Vendredi 13 mars à 19h30
Au Merlan 
en partenariat avec Approches Cultures et Territoires

Avec une approche de la représentation scénique et la volonté de mettre en partage le sensible, la Cie Mémoires Vives se saisit d’abord du travail mémoriel comme un matériau artistique à part entière et, notamment, dans une visée plus large de réinscription de toutes les mémoires dans le récit national. Cette approche pose la question des enjeux du travail mémoriel et de sa traduction sur un plateau de théâtre (écriture, dramaturgie, discipline, participation...).

Intervenants prévus : Jérémy Beschon, metteur en scène du collectif Manifeste rien et Yan Gilg, directeur artistique de la compagnie Mémoires vives 

Modérateur : Ramzi Tadros, (co-directeur de Approches Cultures et Territoires)

Réservations pour le spectacle sur le site du Théâtre du Merlan

Présentation du spectacle sur le site de la Cie Mémoires Vives

Direction Artistique et mise en scène : Yan Gilg
Interprètes : Rania Yahyaoui, Djamila Francomme, Antoisse Said, Farouk Youssoufa, Abou Mouridi, Mohamed Mhoumadi, Issa Youm, Adnane Rizki, Nouidine Houdi, Adi Hadj
Création chorégraphique : Adi Hadj
Création et Régie Lumière : Barthélémy Small
Production : Compagnie Mémoires Vives
Coproduction : Association Alafou

Mangimos - La demande en mariage

S’il est un événement majeur dans la vie des roms, c’est bien le mariage de leurs enfants. Patrick Williams, ethnologue et chercheur au CNRS, a analysé une demande en mariage chez les roms Kalderash de Paris. Il en fait le récit, décrivant les divers enjeux et moments qui vont ponctuer la « cérémonie ». Qu’est-ce qui s’y joue, puisque les nombreux participants savent tout des intentions du père de la jeune fille et du père du jeune homme qui présente sa demande ? Pourtant cela va durer des heures, on boit, on mange, on plaisante, on frise la rupture, on demande pourquoi on est là, et l’on assiste à de véritables joutes verbales entre les membres de la communauté pour inciter et contraindre les deux pères à enfin se prononcer sur la raison de ce rassemblement. Quand le père de la jeune fille, acculé, prononce enfin : « Dav les mura sia » (Je lui donne ma fille) la fête peut commencer. Ce récit bilingue nous plonge au coeur d’un événement coutumier, et révèle bien des aspects de la culture et de l’esprit rom.

Ce spectacle est présenté dans le cadre de la Semaine Rroms, Rromani proposée par la Biennale des écritures du réel # 2.


Jeudi 10 et vendredi 11 avril 2015 à 20h et samedi 12 avril 2015 à 19h

Théâtre Joliette-Minoterie
2 Place Henri Verneuil
13002 Marseille
04 91 90 07 94

Retrouvez toutes la billetterie et les rencontres autour de ce spectacle sur le site du Théâtre Joliette-Minoterie.


Mise en scène : Xavier Marchand, d’après un texte de Patrick Williams, ethnologue et chercheur au CNRS
 
Avec Sasha Zanko, Nicolas Zanko, Iorga Ghiorghita (dit Guitsa), Xavier Marchand
 
Dispositif scénique : Julien Fresnois
 
Coproduction : Théâtre La Cité - Compagnie Lanicolacheur

La Marseillaise et cætera

Une pièce qui traite, avec humour et poésie, de la liberté de la presse et des médias de masse, du droit - ou non - de bafouer les symboles de la république, de la stigmatisation et de l’intégration de certaines populations, de la laïcité et du rôle des Etats. Un trio de comédien déjanté interprète les différents personnages du passé et du présent. Accompagnés par une musique électro-live envoûtante, ils font surgir des situations qui métamorphosent l’espace de jeu...

Un couple heureux et aimant vit, comme tout un chacun, baigné par les discours sécuritaires. Mais lorsque la Marseillaise est « copieusement sifflée » lors du match de foot France-Algérie, les repères identitaires de la famille basculent, des failles spatio-temporelles s’ouvrent et les mémoires refoulées resurgissent...

Cette comédie de moeurs, qui mêle histoire de l’immigration et science fiction, s’appuie sur une recherche historique ; une étude de la presse de masse ; et une enquête auprès des habitants des quartiers populaires de Marseille.

Texte et mise en scène : Jérémy Beschon / Avec : Virginie Aimone, Olivier Boudrand, Jocelyne Vignon / Enquêtes : Marie Beschon (EHESS Paris) / Musique : Franck Vrahidès / Lumière : Cyrille Laurent / Diffusion : Iris Kaufmann – FEM.


10 avril 2015 à 20h
Archives Départementales
18 Rue Mires
13003 Marseille
Gratuit sur réservation : 04 13 31 82 00

18 avril 2015 à 20h30
Auditorium Pierre Magnan
Médiathèque, Square Élie Pallet
04230 Saint-Étienne-les-Orgues
P.A.F. 8/5 euros

Le site du Collectif Manifeste Rien

Les trois exils d’Algérie, une histoire judéo-berbère

Un voyage qui nous mène des débuts de la colonisation française à l’indépendance algérienne. Un voyage entre mémoire et histoire, entre quête personnelle et enquête historique... La comédienne donne vie à des photos de famille qui révèlent d’arbitraires ruptures qui marqueront plusieurs générations. Elle crée les lieux d’échanges et de batailles, interprète les personnages de différentes époques : leaders algériens, grands rabbins, un enfant et sa mère débarquant dans cet autre pays qu’est la France... Cette adaptation du livre de Benjamin Stora nous fait découvrir la richesse et la complexité des relations entre juifs et musulmans, en reconstituant les trois exils des juifs d’Algérie. Ils sont sortis par trois fois de ce qui était leur univers familier : passant de l’indigénat à la citoyenneté française avec le décret Crémieux en 1871 ; rejetés hors de cette citoyenneté en 1940 avec les lois de Vichy ; enfin, quittant les rives algériennes avec l’exode de 1962...

Les trois exils d’Algérie, une histoire judéo-berbère
D’après Benjamin Stora par le collectif Manifeste Rien


Mardi 14 avril 2015 à 18h
Lycée Daumier
46, Avenue Clot BEY
13008 Marseille

Entrée libre.

Un opus des « Emporte pièces » de Manifeste Rien avec le soutien de la ville de Marseille et l’aide du musée de l’Histoire de l’immigration

Adaptation : Virginie Aimone & Jeremy Beschon avec la collaboration de l’auteur
Comédienne : Virginie Aimone / Mise en scène : Jeremy Beschon

Le site du collectif Manifeste Rien.

Chacal, la fable de l’exil

La conteuse est « Settoute », d’abord première Mère du Monde kabyle, puis sorcière... Celle ci fut jadis déchue, ce qui donna aux hommes le prétexte pour dominer les femmes et le monde. Elle a vu l’Histoire de la méditerranée depuis la Kabylie. D’après elle, nous ne sommes guère différents de nos ancêtres. En ce temps là, les animaux parlaient encore comme vous et moi... le Lion avait le pouvoir ; Chacal était sa couverture, son conseiller en quelque sorte ; et le Hérisson avait toujours une ruse qu’il prêtait à ses amis.

Les hommes et les femmes voyagent, mais on oublie que les histoires, elles aussi, voyagent à travers les siècles. En passant les montagnes et les mers, la tradition orale (soit raconter des histoires) a créée un fond commun méditerranéen qui garde la trace de notre Histoire. A l’instar de Chacal, juif dans une première période (fils de Jacob) et musulman par la suite (il s’appelle Si Mohammed)...
 


Dimanche 9 octobre à 16h à Forcalquier (04)
Espace culturel Bonne Fontaine
Avenue Saint-Promasse, Forcalquier
PAF : 10 et 5 € ; gratuit - de 12 ans
Accueil du public dès 15H30 
Réservation : femcollectiu@gmail.com. 

Texte : Jeremy Beschon, d’après Tassadit Yacine-Titouh
Mise en scène : Jeremy Beschon
Comédienne : Virginie Aimone

Coproduction Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration
Avec le soutien de la Ville de Marseille.

contact & info : manifesterien[@]gmail.com
 
Tassadit Yacine-Titouh est directrice d’études à l’EHESS
, chercheuse au Laboratoire d’anthropologie sociale,
directrice de la revue Awal, Cahiers d’études berbères de la Maison des sciences de l’homme.
 Elle est l’auteur de nombreux ouvrages 
dont Chacal ou la ruses des dominés (La Découverte) et Si tu m’aimes, guéris moi ! (MSH).

Toutes les informations sur le site du Collectif Manifeste Rien.

T’es qui toi ? T’es d’où ?

Tékitoi Tédou, fils d’immigré, se heurte à la question lancinante des identités plurielles qui font le quotidien de son vécu. Il entre alors dans un grand voyage intérieur où se télescopent souvenirs d’enfance, mythologies, scènes de vie, rencontres avec la mer Méditerranée mais aussi des êtres dont il comprend peu à peu qu’ils sont tous comme lui, des’ Nomades intérieurs’ dont la mémoire plonge dans des images, des odeurs, des histoires, des racines, composées et recomposées sans cesse à partir de rivages multiples.

Qui suis-je ? Où vais-je, et par quel chemin ? Migrant aux mille chemins de vie possibles, migrant figure de la liberté et que l’on envie parfois lorsque mille ans d’histoires familiales, culturelles et territoriales vous donnent l’impression d’être prisonnier de votre identité, migrant migrateur dont on ne voit pas que ses ailes ont été cousues au reste du corps.

Chaque homme est constamment là et ailleurs, et son obsession à s’enraciner de partout n’est- elle pas simplement la peur de n’être de nulle part parce que de partout à la fois ?

Le spectacle parle d’eux. Si vous les trouvez sur la plage, ils regardent la mer qu’ils interrogent inlassablement. A la terrasse d’un café, ils ont la mine silencieuse de ceux qui portent un destin sans témoin.


T’ES QUI TOI ? T’ES D’OÙ ?
Théâtre
Du 28 au 30 avril 2015
Mardi 28 et jeudi 30 à 20h30 / Mercredi 29 à 19h
Friche du Panier
96, rue de l’Evêché
13002 Marseille

Par la Cie un mot une voix
Texte : Gilles Desnots (Éditions Les cahiers de l’Égaré)
Voix : Vittoria Faccili et Maryse Courbet
Musique : Philippe Festou
Lumière : Michel Neyton
Son : Olivier Duluc
Interprétation : Abdel Bouchama

Avec l’aide de : Conseil Général du Var, Ville d’Ollioule.

Tarifs : 
Général : 8 € 
/ Bénéficiaires minimas sociaux : 2€ 

Réserver vos places :

Par téléphone : 04 91 91 52 22 
ou par mail lenche[@]wanadoo.fr 


Les places sont à retirer en caisse au plus tard 15 minutes avant le début du spectacle. 
Pour éviter une attente fastidieuse en caisse les soirs de représentation, nous vous recommandons d’acheter vos places à l’avance sur notre site internet (paiement sécurisé).

Ce spectacle est programmé dans le cadre du festival Voyages en solitaire(s) au Théâtre de Lenche qui aura lieu du 21 avril au 16 mai.

Toutes les infos sur le site du Théâtre de Lenche

Fatma, le bruit des autres

5 juillet, jour anniversaire de l’indépendance en Algérie. Jour de lessive pour Fatma. Seule sur sa terrasse, elle évoque la difficulté d’être femme de ménage, sa condition de femme, ses voisins, son amour, se joies et colères…son pays : l’Algérie.

Fatma est un texte écrit par un homme qui raconte aussi cette différence fondamentale faite entre les hommes et les femmes. Les mouvements féminins de lutte pour la réalisation des aspirations des femmes se développent au Maghreb, bien que violemment étouffés dès la guerre civile de 1989, ils sont de plus en plus actifs.

Les stratégies que chacune développe pour tenter de prendre part à l’Algérie, Fatma les raconte. Elle raconte ces personnages féminins qui prennent la place de leurs maris ou qui décident de faire de la politique pour tenter de se faire une place, une vraie. Une vraie folie douce ou un véritable changement possible ?

Ce texte, représenté pour la première fois en 1990, nous raconte aussi le processus de démocratisation qui tente alors de se frayer un chemin dans le paysage politique algérien. L’effondrement du parti unique et l’instauration du pluralisme qui suivront les événements d’octobre 1988 vont profondément bouleverser le pays et ouvrir la voie à dix ans de guerre civile.

C’est aussi cette complexité politique que M’Hamed Benguettaf traduit dans ses mots. Comme Fatma, le peuple algérien n’a plus de maître, pas de parents ni de mari, il n’est « la femme de personne, la fille de personne ».

Mais comment rendre la parole à un peuple qui ne l’a jamais prise ? Comment faire entrer tout un peuple en démocratie ? La petite Fatma en est le témoin, elle ne comprend pas grand-chose à tout ça et pourtant d’étonnements en étonnements, de personnages en personnages, elle tisse avec humour, émotion et naïveté son histoire et devient miroir des femmes et de leurs paroles et miroir de la Grande Histoire.


Théâtre
7 au 9 mai 2015
Jeudi 7 à 19h / Vendredi 8 et samedi 9 à 20h30
Friche du Panier
96, rue de l’Evêché
13002 Marseille

Cie Caractère(s)
Texte : M’hamed Benguettaf
Mise en scène : Cécile Le Meignen et Mikaëlle Fratissier
Interprétation : Mikaëlle Fratissier

Pour cette création, la compagnie a bénéficié d’un accueil en résidence au Théâtre de Lenche.

Tarifs : 
Général : 8 € 
/ Bénéficiaires minimas sociaux : 2€ 

Réserver vos places :

Par téléphone : 04 91 91 52 22 
ou par mail lenche[@]wanadoo.fr 


Les places sont à retirer en caisse au plus tard 15 minutes avant le début du spectacle. 
Pour éviter une attente fastidieuse en caisse les soirs de représentation, nous vous recommandons d’acheter vos places à l’avance sur notre site internet (paiement sécurisé).

Ce spectacle est programmé dans le cadre du festival Voyages en solitaire(s) au Théâtre de Lenche qui aura lieu du 21 avril au 16 mai.

Toutes les infos sur le site du Théâtre de Lenche

Les étrangers pendant la grande guerre

En partenariat avec la Mobile Compagnie et les Archives Départementales des Alpes-de-Haute-Provence, la Maison Nature & Patrimoines organise une lecture d’archives sur le thème "Les étrangers pendant la Grande Guerre".

Règlements, surveillance, permis de séjours, carte d’identité pour les étrangers, accords frontaliers… ce qui va changer pour les étrangers résidant sur le territoire des Basses-Alpes avec l’entrée en guerre de la France.

Cette animation fera écho à l’exposition "Vivre au Pays pendant la Grande Guerre" présente dans le musée du Moyen Verdon et labellisée par la mission Centenaire.

Elle fait partie de la programmation culturelle des Archives départementales 04 et sont en entrée libre dans la mesure desplaces disponibles.


Samedi 16 mai 2015 à 19h
Maison Nature & Patrimoines
14 Place Marcel Sauvaire

04120
, Castellane

Les Airs en Commun

Comme chaque année, le Théâtre de la Mer et ses partenaires associatifs vous convient à venir voir les travaux réalisés durant les ateliers danse, écriture ou théâtre au fil de la saison, à l’R de la mer ou à Frais Vallon.


Vendredi 12 juin à 20h

• Atelier avec le CIERES : « Le Conteur »
Sortie de résidence associative
Un groupe de jeunes adultes qui viennent de différents pays et apprennent le français, investissent la pratique orale du français à travers un conte juif tiré de « L’arbre aux trésors » d’Henri Gougaud. Avec Hatip Cetin, Usman Azram, Soukaina Sadki, Hanane Dlellouli, Linda Louhabi, Jenny Anne Tan, Makya Drame / Dirigé par : Jérôme Beaufils.

• Atelier Théâtre Adultes de la Joliette : « Nos Marseille(s) »
Une question simple : « Qui est Marseille pour toi ? » Ce groupe invite à partager « nos Marseille(s) » au travers de prises de paroles intimes, d’extraits de textes littéraires de Jean Giono, Albert Camus, du poète Louis Brauquier et du cinéaste Robert Guédiguian avec des scènes de Marius et Jeannette.
Avec Alba, Alaedinne, Aurore, Elisabeth, Juliette, Keira, Hortensia, Monique et Serge / Dirigé par : Sarah Dropsy.
 
 Samedi 13 juin à 18h

 • Atelier Théâtre Adolescents Joliette : « Héroïques ados ! »
C’est une bande de Héros-Ados ou Ados-Héros, on ne sait pas trop. Parfois pour lutter contre ce qui fait peur, il suffit de se persuader qu’on a peur de rien. Mais si l’on a plus peur de rien… Qu’advient-il alors des autres sensations ?
Inspiré d’une pièce de Régis Duqué.
Avec Adilson, Inesse, Jérémy, Khadidja, Ornella et Sonia / Dirigé par : Sarah Dropsy.

• Atelier Théâtre Adulte Ménages en Scène de Frais Vallon : « J’ai une petite Pierre qui me suit partout »
C’est un spectacle d’histoires. C’est un spectacle qui dit « il faut raconter ! » pour se connaître, pour ne pas s’oublier… C’est une aventure humaine, une aventure de mots, de souffles dans l’air.
Avec Cécile, Fatiha, Fouzia, Gisèle et Nadia / Dirigé par : Sarah Dropsy / Accompagnement : Sissi Balaguer.

• Clôture Musicale en collaboration avec la Compagnie Catastrophe

Vendredi 12 juin à 20h et samedi 13 juin à 18h
Infos et Résas :

Tarif : Entrée Libre
Théâtre de la Mer / L’ R de la Mer
53 rue de la Joliette
13002 Marseille
04 86 95 35 94 / contact[@]letheatredelamer.fr

Site du Théâtre de la Mer

ELLES DISENT | LES HÉROÏNES DE BELSUNCE

 « Citoyennes, quittez la faiblesse de votre sexe et rangez vous sous mon étendard. Un millier de citoyennes comme moi et la révolution serait faite. Du courage, entrez avec moi dans la Révolution pour l’égalité et la liberté de tous ! De toutes ! »

Louise Michel engage les femmes à prendre la parole, à se faire entendre. Les Héroïnes de Belsunce font résonner les voix de femmes du quartier, elles livrent leurs histoires, inspirations, coups de gueule politique et poétique !

Louise Michel invite aussi des collectifs d’autres quartiers à dire : les femmes de la Belle de Mai, de la Castellane, du Collectif Femmes + … Avec humour et dérision, on déconstruit nos rôles sociaux, on s’interpelle, on joue avec de nouveaux codes, on invente des nouvelles manières d’être libres.

Direction artistique : Sarah Champion-Schreiber

Intervenante danse : Mélusine de Maillé

Avec les Héroïnes de Belsunce : Mounira Allouche, Emma Bester, Mordjene Boumali, Soraya Boumali, Marilou Gaillard, Kris Keller, Martine Lalbat, Yasmine Mouloud, Vanessa Pedrotti, Tiffanie Taveau, Rebecca Wilm.

Et aussi avec : Les femmes de Mot à mot, la Baguette Magique, les femmes du Réseau Santé Marseille Sud.

Plus d’infos sur : http://theatre-oeuvre.com/disent-femmes-resistances/

Samedi 13 octobre 18h00 Hors-les-murs Gratuit 

Représentation plein air à la terrasse du Café Citoyen

31 rue des Petites Maries 13001 Marseille

Dans le cadre de l’inauguration officielle de la Place Louise Michel

La Domination Masculine de Pierre Bourdieu et des textes de Tassadit Yacine

 La domination masculine n’est-elle pas la première des inégalités à appréhender avant de traiter les autres qui nous séparent ? Au montage du livre du sociologue français s’ajoutent mythes et poésies populaires kabyles, ainsi que des témoignages des deux rives de la méditerranée, transcrits et analysés par l’anthropologue algérienne Tassadit Yacine. Un solo comique et savant où l’on retrouve l’employée et le patron ; les relations mère-fils ; l’angoisse du mâle de ne pas être à la hauteur...

Dimanche 14 octobre à 16h

Espace culturel la Bonne Fontaine

Forcalquier

12 € plein - 8 € réduit 

plus d’infos sur : http://manifesterien.over-blog.com

Comment je suis arrivée là ! Récits de vie de femmes d’Alès et de Marseille

Ce spectacle, rythmé de chants kabyles, est un message, une transmission orale, une mémoire pour les plus jeunes. L’histoire de leurs mères, de leurs grand-mères, venues de Kabylie, d’Algérie, du Maghreb dans les années 50-60. (…)

Comment imaginer l’arrivée en France à 20 ans de ces femmes aujourd’hui vieillies que l’on croise dans les rues de nos villes sans toujours les voir ? Quelles étaient leurs conditions de vie, leur quotidien pour elles qui ne comprenaient pas et ne parlaient pas français ?

Mardi 19 Juin 2018 à 18h00

Centre Social / MPT du Grand Saint Antoine
12, Boulevard du Commandant Thollon
13015 Marseille

Entrée Libre

Se rendre au CS du Grand St Antoine : Bus n°26, arrêt Gare de Saint-Antoine

Présentation, vidéos, photos et articles sur le site dédié :

http://zohraait-abbas.e-monsite.com

 

Mille et une odyssées / Contes et Oralités

Entendre et écouter, prendre la parole et partager… C’est ce que proposent les conteurs depuis la nuit de l’humanité, ce sont les chemins partagés auxquels nous vous convions en articulant la création d’Ulysse à Bagdad et le projet Contes et Oralités pour un voyage commun au cœur des imaginaires.

Mille et une odyssées

De retour de Troie, le héros grec ou la belle Shéhérazade dans le palais aux mille dangers de son sultan de mari, vous entraîneront d’île en île, de pays en pays. Ils vous conteront...
… comment Nausicaa aux bras blancs reçut un inconnu, un étranger échoué sur le rivage...
… par quelles ruses de pauvres naufragés en exil échappent à l’horrible Cyclope borgne...
… bref, comment on peut différer l’heure de sa propre mort en imaginant des histoires fantastiques !

Les 1001 Odyssées : Quatre épisodes en feuilleton

Mardi 10 novembre  : Première nuit : Ruses et séductions féminines...
Mardi 17 novembre : Deuxième nuit : Du rire à la peur, histoires d’hommes...
Mardi 24 novembre  : Troisième nuit : Entre monde des ténèbres et monde de lumière
Mardi 1er décembre : Dernier épisode : Tout est bien qui finit... ou pas !

A 14h (sur réservation de groupes) et à 19h30 (Tarif plein : 4€, tarif réduit 2€). Reprise également dans le 13e arrondissement.


Tous les mardis du 10 novembre au 1er décembre 2015
L’R de la Mer
53, rue de la Joliette
13002 Marseille


Si vous souhaitez participer, veuillez contacter le Théâtre de la Mer au 04 86 95 35 94
ou par mail à communication@letheatredelamer.fr


Contes et Oralités
Partager nos paroles et récits...

Ateliers contes des uns et des autres avec des habitants du 2e , 13e et 14e de Marseille afin de recueillir et mettre en forme écrite et/ou orale leurs propres récits.

S’associer à la recherche en création...
Nous vous proposons de suivre de façon très privilégiée le processus de création d’Ulysse à Bagdad en assistant à des répétitions, en rencontrant les équipes artistiques, en intégrant nos « Groupes de spectateurs associés »...

+ d’infos sur le site du Théâtre de la Mer

À mots ouverts : cabaret intimiste

L’association « A mots ouverts », qui travaille sur la parentalité dans les quartiers nord de Marseille, a commandé à la compagnie L’atelier du possible, une création originale pour son dixième anniversaire. A partir d’échanges et interviews avec des femmes des réseaux des centres sociaux Kléber et Del Rio, de participations aux rencontres des réseaux et journées à thème, Dominique Duby a écrit le texte de ce projet comme une photographie du chemin parcouru au sein de l’association par les participantes et les animatrices. Ce cabaret convivial, théâtral, musical et culinaire, mêlant acteurs, musiciens professionnels et amateurs (principalement des femmes participant aux ateliers de parole), porte l’histoire de cette association créatrice de lien et d’autonomie.

Ce spectacle, mis en scène par Bernard Colmet, sur une proposition de Chantal Marion, avec Dominique Duby et Julia Poggi, sera travaillé à La Régie, avant sa création au centre social du Grand Saint Antoine, le vendredi 11 décembre, puis présenté le vendredi 18 décembre à l’Espace Culturel Busserine et le mardi 22 décembre à l’Espace Léo Ferré du Théâtre Toursky de Marseille.



Vendredi 11 décembre 2015
Création au
 Centre Social Del Rio
38 Avenue de La Viste
13015 Marseille

Vendredi 18 décembre à 20h30

Espace Culturel Busserine
Rue Mahboubi Tir
13014 Marseille

Mardi 22 décembre

Théâtre Toursky. Espace Léo Ferré
16 Prom. Léo Ferré
13003 Marseille

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Production : Association A mots ouverts / Fondation Abbé Pierre / CAF / ESC Busserine / Le contrat de ville 15ème/16ème

Une création de l’Atelier du Possible

Ecriture Dominique Duby

Mise en scène Bernard Colmet

Sur une proposition de Chantal Marion
Distribution : Dominique Duby
, Julia Poggi

A partir d’échanges et interviews avec des femmes des réseaux des centres sociaux Kléber et Del Rio, de participations aux rencontres des réseaux et journées à thème, Dominique Duby écrit le texte de ce projet : impressions et photographie du chemin parcouru au sein de l’association par les participantes et les animatrices, récits de vie.
Un cabaret convivial, théâtral, musical et culinaire, mêlant acteurs, musiciens professionnels et amateurs (principalement des femmes participant aux ateliers de parole), pour porter l’histoire de « A mots ouverts », association créatrice de lien et d’autonomie, et des réseaux parentalité.

Un spectacle comme une fête, où des femmes célèbrent la vie.

Le lieu du spectacle
Un espace scène salle de 10 mètres sur 10 entouré de voilages transparents, des petites tables, des spécialités piquantes et sucrées, du thé, du cidre, convivialité et proximité. Dedans il est possible de dire, possible de crier et dénoncer, dedans il y a des mains pour soutenir, des oreilles pour entendre et des yeux pour voir la vérité toute nue.
Mais si les voiles protègent, ils ne séparent pas, il suffit d’avancer la main et ils s’ouvrent sur la lumière de l’extérieur. Les frontières entre les mondes sont poreuses, et elles le savent bien, celles qui font lien entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’ombre et la lumière, entre la tradition et le présent de leur vie ici et maintenant, les gardiennes du foyer, les guerrières de la vie.

L’association « A mots ouverts » a pour but :
 • D’animer des actions d’échange et de partage.
 • Développer la communication (bienveillante, écoute empathique, gestion et prévention des conflits familiaux, scolaires…).
 • D’accompagner des personnes dans l’expression de leurs besoins et de leurs difficultés.

Responsables mais non coupables

Le collectif Mémoires en Marche,
Les Filles et Fils de la République,
vous convient à une soirée théâtrale : 

L’immigration, la transmission de la mémoire, les luttes passées et présentes des Chibanis, la citoyenneté... des thèmes toujours d’actualité. Trois générations se font face dans cette histoire qui tord le cou aux préjugés portée avec émotion, humour et engagement.

Entre rêve et réalité, un grand père retrace son parcours migratoire à son petit fils, quelque peu déviant, le tout sur fond de révolte des banlieues, de violences policières et de campagne présidentielle…

Un spectacle familial, par la troupe de théâtre Kahina et Cie.

Le spectacle sera suivi d’un débat.


Samedi 5 décembre à 18h
Centre Culturel Municipal Mirabeau
5, impasse Albarel-Malavasi
13015 - Marseille

Contact et réservations : 04 91 63 59 88
Tarif : 10 euros

Avec le concours financier de la LDH Marseille 15/16ème et le soutien d’ACT


Jazz, dentelle et taffetas

Chemin Faisant Marseille // Création théâtrale
Jazz, dentelle et taffetas, une pièce de Julien Mabiala Bissila

Il était une fois... Une batterie, une machine à coudre, des tissus, des voix. Voici à quoi ressemblerait l’atelier à coudre les mots et les histoires.

Comme un train, la pédale de la machine roule dans Saint-Mauront, passe devant le poste de police, de bar en bar, embrasse quelques personnes autour d’une bière, d’un café, traverse de l’autre côté du passé et de l’imaginaire d’une couturière. Moi dans tout ça, je suis celui qui retranscrit le passage de cette locomotive. Bon voyage...


« Je suis arrivé dans le quartier de Saint-Mauront un peu comme on débarque dans un nouvel appart. On essaie de prendre ses marques, de rencontrer les gens qui y vivent. On est vite tenté de faire ce qui se fait déjà, c’est-à-dire remettre en lumière les clichés de la cité, le côté sensationnel des choses... On est tenté car les gens vous présentent cela en premier ! C’est dingue d’entendre qu’ils ne veulent plus qu’on parle de leur quartier comme si c’était une infection, et celui qui te raconte finit par tomber dans son propre piège en te dressant l’autopsie même de l’infection... Heureusement que j’ai vu pire dans ma vie. Je peux me retrouver dans ce pathos l’instant d’une clope et, tout juste après, les centaines de morts qui logent dans mes souvenirs, ces jeux olympiques du crime vu au Congo, me demandent d’aller voir du côté de la vie. C’est comme ça que j’ai eu un coup de foudre pour cette femme, couturière rue Felix Pyat, qui me parlait du Jazz et de Jean Ferrat. »

Julien Mabiala Bissila


Photo © Sandrine Delrieu

Jeudi 3 mars et vendredi 4 mars 2016 à 19h
Théâtre Joliette-Minoterie
2 Place Henri Verneuil
13002 Marseille

Co-réalisation Théâtre Joliette-Minoterie et Théâtre La Cité
Durée 1h10
Tarifs : 8€ - 6€ - 4€
Réservations sur le site du théâtre
 
Un spectacle écrit et mis en scène par Julien Mabiala Bissila

Avec Julien Mabiala Bissila, Rabia Zeroual, Gilles Campaux

Lumière Guillaume Parmentelas

Production Théâtre La Cité

Soutiens ACSE, Ville de Marseille, Région Paca (Politique de la ville), Fondation Daniel et Nina Carasso.

Soutien à la production La Marelle-villa des auteurs.

Partenariats l’Espace-Lecture Edouard Vaillant, l’association Fil Harmonie et l’Asprocep.
 

Les 3 exils d’Algérie, une histoire judéo-berbère

Les 3 exils d’Algérie, une histoire judéo-berbère
par le collectif Manifeste Rien

Un voyage qui nous mène des débuts de la colonisation française à l’indépendance Algérienne. Un voyage entre mémoire et histoire, entre quête personnelle et enquête historique. La comédienne donne vie à des photos de famille qui révèlent d’arbitraires ruptures qui marqueront plusieurs générations...

D’après Benjamin Stora / Adaptation : Jeremy Beschon & Virginie Aimone / Comédienne : V. Aimone / Mise en scène : J. Beschon / Lumière : Cyrille Laurent / Diffusion : Iris Kaufmann – FeM


Samedi 19 mars à 18h30
Bibliothèque Grognarde
2 Boulevard Berthier
Marseille 11e

Entrée libre / info : manifesterien@gmail.com

Et aussi :

Représentation scolaire au MuCEM le vendredi 11 mars à 14h
Dans le cadre de l’expo Made in Algéria
70 € / classe. Réservation obligatoire : reservation@mucem.org

Plus d’infos en cliquant ici

Ulysse à Bagdad

Ulysse à Bagdad
Nouvelle création de la compagnie du Théâtre de la Mer
Du jeudi 3 au vendredi 25 mars 2016

A son retour en Grèce, Ulysse est invité à repartir, cette fois-ci dans un périple qui le mènera jusqu’à Bagdad.

Durant ce périple d’une époque à l’autre, d’une civilisation à l’autre, Ulysse croisera Pénélope - bien sûr ! -, Tirésias le devin et Sirènes, un étrange marin et Shéhérazade, poètes et seigneurs de guerre ... Quel regard le héros d’Homère portera-t-il sur l’évolution des temps ?

Au coeur de ce nouveau voyage, la quête de la connaissance, la tension entre devoirs et désirs, l’aspiration à la tranquillité et la paix ou l’attrait de l’aventure et de la découverte de mondes autres...

Ulysse à Bagdad jouera du rêve, des rêves, pour ouvrir les têtes et rappeler que l’imagination est la porte de l’avenir, depuis la nuit de l’humanité, dans toutes les civilisations... Pour nous questionner sur les conflits contemporains et, par-delà les drames qui obscurcissent nos réalités au quotidien, dévoiler, à travers écrits et poèmes partagés, nos rêves communs !
 


Les dates des représentations :

Jeudi 3 Mars – 20h
Jeudi 10 Mars – 14h30 & 19h
Jeudi 17 Mars – 19h
Vendredi 18 Mars – 14h30 & 20h
Samedi 19 Mars – 20h
Dimanche 20 Mars – 15h
Mardi 22 Mars – 14h30 & 19h
Jeudi 24 Mars – 19h 
Vendredi 25 Mars – 20h

Le lieu :

L’R de la Mer
53, rue Joliette
13002 Marseille

Pour réserver :
- par téléphone au 04 86 95 35 94
- par mail : partenariats@letheatredelamer.fr

Toutes les infos sur le site du Théâtre de la Mer

Travailleur de la nuit

Entre roman noir et roman d’aventure, une pièce de théâtre qui mêle histoire locale (un marseillais des vieux quartiers) et histoire nationale (il transforme son procès à Amiens en tribune politique). Marius Jacob a été marin, pirate, typographe avant de financer la révolution anarchiste en braquant les plus riches fortunes de France. A travers le destin extraordinaire de cet homme nous découvrons notre propre histoire : de la 3ème république à nos jours, avec les spéculations boursières et les crises économiques ; la naissance du terrorisme et les contradictions de l’Etat d’urgence...

D’après la vie de Marius Jacob 1879 – 1954.

De Jeremy Beschon d’après un texte de Vincent Siano et les recherches de Jean Marc Delpech / Mise en scène : Jeremy Beschon / Avec : Roland Peyron / Lumière : Cyrille Laurent / Musique : Franck Vrahidès et Radio Artefact / Diffusion : Iris Kaufmann - FeM collectiu.


Travailleur de la nuit par le collectif Manifeste Rien

Vendredi 22 avril 2016 à 20h
Archives départementales des Bouches-du-Rhône
20 Rue Mirès
13003 Marseille

Entrée libre sur réservation : 04 13 31 82 00

Toutes les infos sur le site du Collectif Manifeste Rien

Le Massacre des Italiens

Représentation suivie d’un débat en présence de Benoit Larbiou, chercheur en science politique.

Une pièce sur les questions de racisme hier et aujourd’hui, car si les boucs émissaires changent, qu’en est-il des logiques de l’exclusion ? L’adaptation du livre de Gérard Noiriel pose ses questions essentielles en analysant un événement historique refoulé dans la mémoire collective : Le 17 août 1893 a eu lieu à Aigues-Mortes (Gard) l’un des plus sanglants massacres d’immigrés...


Mardi 10 mai 2016 à 20h30
Théâtre de Lenche
4 Place de Lenche
13002 Marseille

En collaboration avec le collectif DAJA / de Gérard Noiriel / Mise en scène : Jérémy Beschon / Comédienne : Virginie Aimone / Lumière Cyrille Laurent / Production Martine Derrier (Les Petits Ruisseaux).

Informations pratiques : manifesterien@gmail.com
+ d’infos sur le site de Manifeste Rien

La Marseillaise et caetera

Le personnage de notre prologue est un migrant sub saharien, coincé à Ceuta, au Maroc, devant les grilles de l’Europe. Il vit là : à la frontière. C’est à lui, qui ne pénètrera jamais le territoire français alors qu’il pensait en partager l’Histoire, que l’on a demandé de commencer l’histoire... celle de la famille des Grimaldi....

Les Grimaldi forment un couple heureux et aimant qui vit, comme tout un chacun, baigné par les discours sécuritaires des médias de masse.

Les Grimaldi se sentent parfaitement français, et de fait ils le sont.

Mais lorsque le directeur commercial,imposé au dernier moment par la direction de l’entreprise où travaille le Père, vient manger à la maison, et que tous deux regardent le match France-Algérie durant lequel la marseillaise est « copieusement » sifflée par le public du stade de France, les repères identitaires de la famille vont basculer... des failles temporelles vont s’ouvrir et les mémoires refoulées resurgir...

D’étranges personnages surgissent dans la maison. Les époques se brouillent. Et les histoires familiales en se révélant réciproquement, nous apprennent l’histoire de l’immigration française, et l’instrumentalisation de celle-ci qui nous mènera des débuts de la 3ème république à l’entre deux guerres...

Cet entrecroisement de saga familial et d’évènements historiques nous fait alors nous demander qu’est-ce qu’une Nation ? Quelles en sont les frontières (d’hier et aujourd’hui) ? Est-ce que la République peut tolérer les multiplicités sociales culturelles en son sein ? Ou est-ce que l’exclusion est constitutive de la République une et indivisible ?


Samedi 21 mai 2016 à 20h30
Théâtre d’Arles
34 boulevard Georges Clémenceau
13200 Arles

+ d’infos sur le site du Collectif Manifeste Rien

Les raisons d’un retour au pays natal

Deux jeunes « sans papiers » se retrouvent par le hasard de la météo et d’une traversée hasardeuse de la Méditerranée sur une plage du Sud de la France. Ils ne se connaissent pas, ne partagent pas entièrement la même histoire, la même trajectoire, la même filiation mais le même rêve : celui d’une vie nouvelle dans un Eldorado fantasmé.

L’un, joué par PAT, est Sénégalais, jeune diplômé de la classe moyenne, sans perspective d’embauche, qui veut compléter ses études supérieures en Europe et rêve de changer le destin de l’Afrique.

L’autre, joué par NINW, est Comorien, fils d’un paysan déshérité, qui veut faire fortune et racheter la dignité de sa famille qui croupie dans un bidonville de Moroni.

Leur amitié va se construire au fil du chemin tortueux et chaotique, les entrainant dans les méandres de l’administration, les couloirs des hôpitaux civils et des foyers d’immigrés. Situations rocambolesques, quiproquos, intimités, disputes et réconciliations, discussions philosophiques, rencontres impromptues vont rythmer ce parcours initiatique. Vont-ils réussir ou échouer, s’échouer une fois encore ? Vont-ils rester ou partir ?

Les raisons d’un retour au pays natal
Duo théâtral et musical

Le 24 mai à 20h30, le 25 mai 2016 à 14h30 et à 19h
Théâtre du Merlan
Marseille (14e)


Plus d’informations sur le site de la Compagnie.

A Filetta, polyphonies corses

Depuis plus de trois décennies, A Filetta est l’un des groupes phares du chant polyphonique corse. Composé de six voix d’hommes, ce choeur d’une créativité inouïe perpétue la tradition orale insulaire tout en explorant des créations d’oeuvres plus contemporaines.

SOS Méditerranée est une association lancée en 2015 par un groupe de citoyens européens face à la tragédie des noyades de migrants en mer Méditerranée (3771 morts en 2015, sur une route devenue la plus dangereuse pour les migrants). L’association est apolitique avec un seul impératif : sauver des vies en mer. Grâce à la mobilisation citoyenne, SOS MEDITERRANEE a collecté les fonds pour assurer plusieurs semaines de sauvetage en Méditerranée. Le 20 février dernier, l’association a mis à l’eau l’Aquarius un navire de 77m équipé d’une clinique mobile. Pré-positionné dans les eaux internationales au large des côtes libyennes, l’Aquarius est actuellement opérationnel. Pour pérenniser ses missions de sauvetage en mer, nous avons plus que jamais besoin des dons du public et des mécènes.

Lundi 04 juillet 2016 à 20h
Abbaye Saint-Victor
Place Saint-Victor
13007 MARSEILLE

Réservations :
marseille@sosmediterranee.org / 06 13 68 96 70

Participation libre sous forme de dons (déductible d’impôts)

Modes de paiement acceptés sur place : espèces et chèque

Baraque de foire

Baraque de Foire éclaire les luttes à mener dans nos sociétés. Que ce soit à l’école, à la télé ou au travail, les injustices sont souvent masquées par une histoire méconnue (ou mensongère) et par les techniques du marketing et du management. Cette pièce révèle avec humour les failles de ce système. Il est question de propagande, d’éducation, de colonialisme & de post colonialisme, de démocratie occidentale et de ses politiques culturelles en prise à la logique entrepreneuriale...

Baraque de Foire (édition l’Atinoir)
Lecture festival Avignon off 2016
, dans le cadre des Voyages d’auteurs



Samedi 16 juillet à 10h15
Présence Pasteur

13, rue Pont du Trouca
84000 Avignon

Entrée libre
Partenariat des Théâtre des 1001 Portes, des Eat Med et du théâtre de l’Espoir, avec le soutien des EAT.

+ d’info sur la pièce et le livre.
 
Retour presse :

« L’exercice est réussi et démontre l’utilité du travail de Jérémy Beschon et du collectif « Manifeste rien » Dans un paysage consensuel parfaitement insipide, le principal mérite de ce spectacle est de fournir les premières armes de la critique des nouveaux modes de fabrication du consentement dans une forme adaptée à un large public. » -
Courant Alternatif
 
« Tout sonne juste dans ces dialogues, par ce que Jérémy Beschon, les reprend du réel, jouant de leur composition mais point sur leur teneur. Il y a de l’authenticité dans les mots et les phrases de Baraque de Foire. On pense à Karl Kraus, pour cette inclusion dans l’œuvre de pans langagiers entiers du réel. Le théâtre prend dans ses filets les discours contemporains, il les tisse en une trame qui se resserre au fil du temps de la représentation . »
Lisez Jeunesse.

CHACAL, La fable de l’exil. Contes et Mythologie berbères

La conteuse est « Settoute », d’abord première Mère du Monde kabyle, puis sorcière... Celle ci fut jadis déchue, ce qui donna aux hommes le prétexte pour dominer les femmes et le monde. Elle a vu l’Histoire de la Méditerranée depuis la Kabylie. D’après elle, nous ne sommes guère différents de nos ancêtres. En ce temps là, les animaux parlaient encore comme vous et moi... le Lion avait le pouvoir ; Chacal était sa couverture, son conseiller en quelque sorte ; et le Hérisson avait toujours une ruse qu’il prêtait à ses amis. A travers ces histoires fabuleuses qui se sont déroulées en Algérie, nous comprendrons peut être mieux qui nous sommes et pourquoi nous continuons de nous entre-dévorer.
 
Les hommes et les femmes voyagent, mais on oublie que les histoires, elles aussi, voyagent à travers les siècles. En passant les montagnes et les mers, la tradition orale (soit raconter des histoires) a créée un fond commun méditerranéen qui garde la trace de notre Histoire. 


 
CHACAL - La fable de l’exil
Contes et Mythologie berbères

Samedi 24 septembre 2016 à 21h
Auditorium Pierre Magnan
Square Élie Pallet
04230 Saint-Étienne-les-Orgues

Info et Réservation : femcollectiu@gmail.com

Spectacle tout public, à partir de 8 ans.
Durée : 1h

+ d’infos sur le site du collectif Manifeste Rien

NUMÉRO 187

« Numéro 187 » est une création artistique pluridisciplinaire portée par le Centre Socio-Culturel Jean-Paul Coste. Ce projet rassemble plus de quinze artistes encadrés par la Compagnie Mémoires Vives, sous la Direction Artistique de Yan Gilg et en partenariat avec le Site Mémorial du Camp des Milles.

Nous sommes dans un futur, proche ou lointain. Un pouvoir autocratique et totalitaire s’est installé par les urnes, porté par le populisme et nos abandons successifs aux sombres desseins. La haine de l’Autre. La déshumanisation des êtres. L’élimination par la sélection. La création et l’exploitation des superflus. L’Homme doit être vidé de son humanité pour en faire une superfluité efficiente, une individualité sans identité, indéfinie, utile et nécessaire à la production et à la consommation.


Le Camp des Milles, devenu Lieu de Mémoire, est ré-ouvert et affecté à l’internement, à la mise en quarantaine et à la guérison des « inutiles », « des malades » et des « déviants ».

S’y retrouvent des artistes libres-penseurs d’origines et d’horizons divers.
Comme d’autres avant, ici même, ils vont réaffirmer l’art comme outil de résistance et d’humanité. Comme le firent avant eux les « internés » de 1940, victimes de l’indolence administrative, du « j’m’en foutisme », du Diable en France.

Réservez dès maintenant vos places auprès de Cindy Renaudie au 04 42 27 32 96 ou à cultures@cscjeanpaulcoste.com.

Tarif : 5 euros l’entrée


Mercredi 7 décembre 2016 à 14h30 et 19h30
Site Mémorial du Camp des Milles
40 Chemin de la Badesse
13290 Aix-en-Provence


Retrouvez toutes les infos sur le site de la Cie Mémoires Vives

Usines

Création partagée – pièce chorégraphique pour 4 danseurs, dans le cadre du projet CHANTIERS 14

USINES questionne notre rapport au travail, l’humain comme force de travail, réduit à cette seule fonction dans un marché du travail de plus en plus concurrentiel, de moins en moins solidaire.

Le progrès technologique facteur d’augmentation de la productivité aurait pu permettre aux individus d’être moins sollicités dans les chaînes de production, lui offrant des espaces de liberté et d’émancipation, la possibilité de consacrer du temps à son développement, de s’impliquer dans la vie de la cité …

Au contraire, depuis près d’un siècle, la domination d’un capitalisme financier, de la spéculation, du libéralisme sauvage défient les droits humains élémentaires, le droit du travail et les acquis sociaux historiques, continuant de faire de l’individu une variable économique, un moyen de production.

Sur la scène se déroule une journée de travail, une journée d’une durée de plus d’un siècle. De la révolution industrielle à nos jours. Ils nous raconteront par le corps, leur rapport au travail, leurs souffrances et leurs espérances. Ils nous parleront de leurs origines, de leurs vies, de leur rapport à l’altérité. Ils danseront leur humanité en péril.


Du lundi 19 au vendredi 23 septembre 2016
Espace Culturel Busserine
Rue Mahboubi Tir
13014 Marseille

Contact : 04 91 58 09 27

+ d’infos sur le spectacle sur le site de la Cie Mémoires Vives

Contes du Moyen-Orient

De passage en France, Nassim Alwan, conteuse libanaise vous propose un chemin dans la tradition orale du Moyen-Orient. Contes pour tous publics (en français et en arabe).


Dimanche 16 octobre à 18h
​3, impasse des Trois Poilus - Marseille 5e
​Tram / métro : Blancarde

Merci de confirmer votre venue par courriel à act@approches.fr

Nassim Alwan est comédienne, bibliothécaire et conteuse. Elle vit et travaille dans la montagne libanaise. Formée à l’Institut des Arts dramatiques de Damas, elle sillonne les routes du Liban mais aussi les grands festivals du conte en Algérie, Jordanie et en France.


La marseillaise et caetera

La marseillaise et caetera, un spectacle du Collectif Manifeste Rien :

Un couple heureux et aimant vit, comme tout un chacun, baigné par les discours sécuritaires. Mais lorsque la Marseillaise est "copieusement sifflée" lors du match de foot France-Algérie, les repères identitaires de la famille basculent, des failles spatio-temporelles s’ouvrent et les mémoires refoulées resurgissent…

Cet entrecroisement de saga familial et d’événements historiques nous fait alors nous demander qu’est-ce qu’une Nation ? Quelles en sont les frontières (d’hier et aujourd’hui) ? Est-ce que la République peut tolérer les multiplicités sociales culturelles en son sein ? Ou est-ce que l’exclusion est constitutive de la République une et indivisible ?

Le spectacle sera suivi d’une conférence d’Emmanuel Debono qui nous apportera une analyse historique des luttes contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations, ainsi que des pistes de réflexion au regard de la situation actuelle.

Emmanuel Debono est historien (Institut Français de l’Education, ENS Lyon). Ses recherches portent sur les racismes et les antiracismes dans la France contemporaine. Docteur en histoire contemporaine (IEP, Paris), il est l’auteur de l’ouvrage Aux origines de l’antiracisme. La LICA, 1927-1940 (CNRS Éditions, 2012). Il représente en France l’USC Shoah Foundation. Il est également l’auteur du blog Au coeur de l’anti racisme.


Samedi 30 janvier 2017 à 18h30
Les grands plateaux de la Friche de la Belle de Mai
41 Rue Jobin
13003 Marseille

Entrée libre
Réservations obligatoires sur le site de la Friche de la Belle de Mai

Dans le cadre de la Semaine départementale des Bouches-du-Rhône contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations liées à l’origine.

Retrouvez le programme complet en cliquant ici

Sans Nom Dit

« Sans nom dit » est un projet de création musicale participatif faisant intervenir plusieurs acteurs (éducatifs, sociaux, culturels) et impliquant la pérennisation d’une pratique artistique des populations concernées.

Cette création est née d’une collaboration de 18 mois entre le GMEM (Centre National de Création Musicale), Ose l’Art (association culturelle du CH Valvert), le Centre Culturel SAREV, l’école de la Busserine, le collège Vallon des Pins et l’ANEF.

La première de Sans Nom Dit a eu lieu lors du festival Les Musiques (GMEM) à la Friche Belle de Mai en Mai. La deuxième sur le festival "Caressez le Potager" en Juillet et enfin pour cette troisième représentation, rendez-vous le vendredi 9 décembre à 14h au CH Valvert.


Vendredi 9 décembre 2016 à 14h
Centre Hospitalier Valvert

72 boulevard des libérateurs
13011 Marseille

Bus lignes 10 et 91 : Terminus « Les Caillols Hôpital »
Tramway T1, Terminus « Les Caillols » puis bus 10
Métro M1, Terminus « La Fourragère » puis bus 10

+ d’infos sur le site du GMEM

On Which Wind Will You Ride ? (Quel vent t’emportera ?)

Auteur, comédien et metteur en scène iranien, Kamal Hashemi crée ici une fable allégorique et polyphonique. On Which Wind Will You Ride ? (Quel vent t’emportera ?), tresse les récits de cinq réfugiés abandonnés debout dans la forêt, immobiles dans la pénombre. Trois iraniens, une iranienne et une afghane, énoncent leur fierté intacte et, malgré la pudeur de leurs échanges, la brutalité des situations traversées. Un état du monde là où le monde n’est plus.

dramaturgie, mise en scène : Seyed Kamaleddin Hashemi
texte, collaboration à la mise en scène : Jamal Hashemi
avec : Shiva Falahi, Sonia Sanjari, Mohammad Abbasi, Kazem Sayahi Saharkhiz, Hamed Nejabat


Jeudi 12 janvier à 20h30
 et vendredi 13 janvier à 21h
Friche de la Belle de Mai
41, rue Jobin
13003 Marseille

+ d’infos sur le site des Rencontres à l’échelle

Layla, à présent je suis au fond du monde

« Fuir, c’est chercher une ligne, une direction, c’est très concret, ce n’est pas bien ou mal, ce sont des actes, c’est ce que l’on fait. »
Fruit des entretiens réalisés avec une amie algérienne par Jérémie Scheidler, Layla est un moment de vie, une bouffée délirante. Cette amie dont un pan de vie nous est livré, met toute son énergie, jusqu’à la folie, dans un geste d’arrachement aux assignations identitaires et cherche sa liberté dans le départ, dans la marche.

mise en scène Jérémie Scheidler avec Boutaïna El Fekkak
écriture, dramaturgie Arnaud Maïsetti & Jérémie Scheidler
regard extérieur Dieudonné Niangouna


Jeudi 12 janvier à 19h
 et vendredi 13 janvier à 19h30
Friche de la Belle de Mai
41, rue Jobin
13003 Marseille

+ d’infos sur le site des Rencontres à l’échelle

La domination masculine

Dans le cadre de la Semaine départementale des Bouches-du-Rhône contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations liées à l’origine.

La comédienne nous conte l’histoire de la première femme et du premier homme, à la mystérieuse fontaine d’une ancestrale kabylie. Il semblerait qu’aujourd’hui, la vie des européens, ou plutôt la vision qu’ils en ont, ne soit guère différente de cette rencontre mythique... Au montage du livre du sociologue français s’ajoutent mythes et poésies populaires berbères, ainsi que des témoignages des deux rives de la méditerranée, transcrits et analysés par l’anthropologue algérienne. Un solo comique et savant où l’on retrouve l’employée et le patron ; les relations mère-fils ; l’angoisse du mâle de ne pas être à la hauteur...

Représentation suivie d’un débat sur les racines communes entre les rapports de genre et les racismes.


La Domination Masculine
de Pierre Bourdieu et les textes de Tassadit Yacine
(extraits de Pierre Bourdieu © Editions du Seuil, 1998, publié par les Editions Points)
Collectif Manifeste Rien

Vendredi 3 février 2017 à 20h
Collège Mistral
Esplanade de la Laïcité
13200 Arles

Entrée libre sur réservation auprès de manifesterien@gmail.com

Retrouvez le programme complet de la Semaine départementale de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations liées à l’origine en cliquant ici

Ulysse à Bagdad

 

À son retour en Grèce, Ulysse est invité à repartir, cette fois-ci dans un périple qui le mènera jusqu’à Bagdad, la cité des Mille et une nuits mais aussi la ville actuelle. D’une époque à l’autre, d’une civilisation à l’autre, Ulysse croisera Pénélope – bien sûr ! – , Tirésias le devin et Sirènes, un étrange marin et Shéhérazade, pauvres ères et princes, poètes et seigneurs de guerre, hantises antiques comme obsessions, réminiscences et angoisses très actuelles. Au cœur du voyage, la quête de la connaissance, la tension entre devoirs et désirs, l’aspiration à la tranquillité ou l’attrait de l’aventure et de la découverte d’horizons autres… Ulysse à Bagdad joue du rêve, des rêves et nous rappelle que l’imagination est la porte de l’avenir, depuis la nuit de l’humanité, dans toutes les civilisations…

“Le texte aux accents à la fois poétiques et ancrés dans le quotidien entre en résonnance avec l’actualité, il y est en effet question d’errance, d’Ithaque à Bagdad. Ulysse, le guerrier sans repos, semble nous exhorter à l’action et l’engagement car il ne faut pas « rester les bras croisés et regarder passer l’histoire”.
Chris Bourgues – Zibeline (21 mars 2016)


Mardi 7 février à 14h et jeudi 9 février à 14h et 20h
L’R de la Mer
53, rue de la Joliette
13002 Marseille

Infos et réservations :
04 86 95 35 94 / communication@letheatredelamer.fr

Par le Théâtre de la Mer / compagnie - texte et mise en scène Frédérique Fuzibet
avec Lucas Challande, Hélène Force et Jérôme Beaufils
création son Bastien Boni
création lumière Nicolas Benoit
création costumes Nicole Autard
régies Nicolas Benoit et Corentin Abeille

N°187

Dans le cadre de la Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme qui se déroule du 18 au 26 mars 2017, le Centre socio-culturel Jean-Paul Coste et la Compagnie Mémoires Vives vous (re)proposent le spectacle N°187.

« Numéro 187 » est une création artistique pluridisciplinaire portée par le Centre Socio-Culturel Jean-Paul Coste. Ce projet rassemble plus de quinze artistes encadrés par la Compagnie Mémoires Vives, sous la Direction Artistique de Yan Gilg et en partenariat avec le Site Mémorial du Camp des Milles.


Nous sommes dans un futur, proche ou lointain. Un pouvoir autocratique et totalitaire s’est installé par les urnes, porté par le populisme et nos abandons successifs aux sombres desseins. La haine de l’Autre. La déshumanisation des êtres. L’élimination par la sélection. La création et l’exploitation des superflus. L’Homme doit être vidé de son humanité pour en faire une superfluité efficiente, une individualité sans identité, indéfinie, utile et nécessaire à la production et à la consommation.


Le Camp des Milles, devenu Lieu de Mémoire, est ré-ouvert et affecté à l’internement, à la mise en quarantaine et à la guérison des « inutiles », « des malades » et des « déviants ». 

S’y retrouvent des artistes libres-penseurs d’origines et d’horizons divers.
Comme d’autres avant, ici même, ils vont réaffirmer l’art comme outil de résistance et d’humanité. Comme le firent avant eux les « internés » de 1940, victimes de l’indolence administrative, du « j’m’en foutisme », du Diable en France.


Mercredi 22 mars 2017 à 19h30

Vendredi 24 mars 2017 à 19h30

Site Mémorial du Camp des Milles
40 Chemin de la Badesse
13290 Aix-en-Provence

À partir de 12 ans, durée 1h30 environ

Réservations auprès de Cindy Renaudie au 04 42 27 32 96 ou par mail à l’adresse : cultures@cscjeanpaulcoste.com

+ d’infos et teaser sur le site dédié au spectacle

Une passion dans le désert

Une passion dans le désert d’après Honoré de Balzac
une adaptation libre de la compagnie brésilienne Noir sur Blanc
une mise en scène de Brigitte Bentolila*
avec Antonio Manso**
 
Un soldat français, « le Provençal », se perd dans le désert. Il se réfugie dans une grotte et rencontre une panthère, l’apprivoise, la dompte. Elle le sauve des sables mouvants. Tout pourrait très bien se terminer comme dans les contes et pourtant…le réalisme de cette histoire nous ramène a une réalité plus cruelle, celle du présent qui dépasse l’imaginaire et le rêve…
 
* Brigitte Bentolila a co-créé à Marseille le Théâtre de la Mer, elle y a joué aux côtés d’Akel Akian avant de côtoyer Daniel Mesguish puis de s’envoler en Guadeloupe et au Brésil. Elle revient aujourd’hui en France, à Paris et Marseille, avec cette histoire d’un « Provençal » qui se perd dans le désert…

**On a pu apprécier les qualités du comédien Antonio Manso dans « Les Bonnes » de Jean Genet au TNM/La Criée il y a quelques années…

 

Jeudi 27 avril 2017 à 14h et 19h
Théâtre de la Mer
53, rue de la Joliette
13002 Marseille

Tarifs : 12€, 6€ (professionnels du spectacle, demandeurs d’emploi), 4€ (groupes, + 65 ans, étudiants, – 18 ans et adhérents Théâtre de la Mer), 2€ (allocataires RSA)

Sois re-belle et t’es toi !

Des femmes ordinaires, de toutes générations s’aventurent dans leur histoire personnelle livrant leur expérience intime et sociale à vivre dans le regard de la France d’aujourd’hui qui souvent les réduit à leur sexe, leur statut, leur origine, leur couleur, leur religion... Elles se questionnent, échangent, se confrontent, se rebellent, souffrent, se font complices et sourient aussi à la vie.

Bref, elles se racontent, se la racontent avec humour, émotion, engagement pour lutter contre les préjugés dont elles font l’objet...
(spectacle suivi d’un débat)


Samedi 22 avril 2017 à 20h
Théâtre Mazenod
88 rue d’Aubagne
13001 Marseille

Tél. : 0491540469

Tout public à partir de 12 ans
Paf 10€

+ d’infos sur la page Facebook de la compagnie Kahina & cie

L’épopée de Belsunce

L’Epopée de Belsunce est une création théâtrale participative sur l’histoire du quartier de Belsunce et du Théâtre de l’Oeuvre.

Qui sont les passagers de Belsunce, comment faire entendre les voix de ceux que l’on ne consulte pas, où sont les femmes, que va devenir Belsunce ?…

À travers des rencontres au-delà des à priori, au-delà des langues, des questions se tissent les unes aux autres pour donner à voir les multiples facettes de Belsunce quartier d’accueil, îlot de résistance.


L’épopée de Belsunce

Samedi 17 juin à 19h

Théâtre de l’Oeuvre
1 rue Mission de France
13001 Marseille

Mise en scène : Sarah Champion-Schreiber
Avec : Youcef Amour, Audrey Barré, Emma Bester, Soraya Boumali, Chadia Boukhobza, David Delthil, Mathilde Lefevre, Yasmine Mouloud, Vanessa Pedrotti.
Un projet mené par Le Théâtre de l’Oeuvre et la Cie Transbordeur et soutenu par le GIP Politique de la Ville et la DILCRA.

Prix libre
Réservations : reservation@theatre-oeuvre.com

+ d’informations et de programmation sur le site du Théâtre de l’Oeuvre

L’Epopée de Belsunce

L’Epopée de Belsunce est une création théâtrale participative sur l’histoire du quartier de Belsunce et du Théâtre de l’Oeuvre.

Qui sont les passagers de Belsunce, comment faire entendre les voix de ceux que l’on ne consulte pas, où sont les femmes, que va devenir Belsunce ?…

À travers des rencontres au-delà des à priori, au-delà des langues, des questions se tissent les unes aux autres pour donner à voir les multiples facettes de Belsunce quartier d’accueil, îlot de résistance.


Mercredi 28 juin à 19h

Sur la place de la Halle Puget
13001 Marseille

Mise en scène : Sarah Champion-Schreiber
Avec : Youcef Amour, Audrey Barré, Emma Bester, Soraya Boumali, Chadia Boukhobza, David Delthil, Mathilde Lefevre, Yasmine Mouloud, Vanessa Pedrotti.

Un projet mené par Le Théâtre de l’Oeuvre et la Cie Transbordeur et soutenu par le GIP Politique de la Ville et la DILCRA.

Gratuit
Dans le cadre du festival Place à l’Art

+ d’informations et de programmation sur le site du Théâtre de l’Oeuvre

Veillée de contes - Hors les murs

Veillée de contes - Hors les murs

Une veillée en plein air pour conter les mondes singuliers et les cultures voyagées. Ali nous accueille au Café Chez Mounir qui se trouve place Louise Michel à Belsunce. Venez dire et entendre, du haut du balconnet, les contes du monde entier !


Vendredi 30 juin à 18h30
Café Chez Mounir

Place Louise Michel
13001 Marseille

Pour participer, venez simplement avec un conte, et/ou prenez contact avec le Théâtre de l’Oeuvre : projets-participatifs@theatre-oeuvre.com

Histoire universelle de Marseille

Histoire universelle de Marseille
d’après Alèssi Dell’ Umbria (Éditions Agone)

Un spectacle pour découvrir la citoyenneté à partir de la création même de la Cité. La comédienne interprète avec humour et panache, Henri IV, Louis XIV, Robespierre ; mais aussi les troubadours, les poissonnières et prisonniers... Une riche expérience d’émancipation. Un combat qui se poursuit aujourd’hui avec les mutations urbaines. S’offre alors à notre sagacité, le modèle d’intégration républicain.
 
Mise en scène : Jeremy Beschon / Comédienne : Virginie Aimone / Lumière : Fabrice Giovansili / Production : Marie Anne Robveille / Avec le soutien du centre social de Frais Vallon

Ateliers éduc’ pop’ et enquête historique

Fainéant, rebelle et fier de l’être. Le marseillais s’est battu durant 1000 ans contre l’envahisseur du Nord. Aujourd’hui, coincé entre le trafic de drogue et les coups de Kalachnikov, entre la pagnolade et « plus belle la vie », c’est avec lui même qu’il se débat. Venez découvrir une autre histoire de France car la ville offre un point de vue imprenable sur la construction politique hexagonale ! A partir de musiques Rap, de photos et de dessins, depuis les clichés jusqu’aux grands événements de l’Histoire, ces ateliers interactifs développent les thématiques de la mémoire, de l’identité, de la double culture et de l’urbanisme.
 
Dirigés par Marie Beschon (doctorante en anthropologie à l’ Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), ces ateliers accompagnent la représentation du spectacle.


Mardi 13 juin - 19h (avec l’Or de la Plaine)
au Molotov
3 place Paul Cézanne
13006 Marseille

Vendredi 30 juin - 18H30
à la Maison pour Tous la Maurelle - Frais Vallon
20 Rue Marius Briata
13013 Marseille
Ligne 6 bus RTM arrêt Lotus / Jonquille.

Entrée libre

+ d’infos et réservations : manifesterien@gmail.com

From Mali to Mississipi

Projection de FROM MALI TO MISSISSIPPI (feel like going home)
Film documentaire de Martin Scorsese
Avec Taj Mahal, John Lee Hooker, Muddy Waters, Salif Keita, Ali Farka Touré…
USA - 2004 - 1h17 VOST

Premier volet d’un triptyque sur l’origine du blues, des rives du fleuve Niger aux plantations de coton du delta. Un film mêlant images d’archives rarissimes et performances musicales originales. Suivi d’une rencontre avec les chanteurs et guitaristes Taj Mahal et Keb’Mo (sous réserve).


Mercredi 26 Juillet 2017 à 15h00

Bibliothèque de l’Alcazar
Salle de conférence
58 Cours Belsunce
13001 Marseille

Public : Tout public
Proposé par : le département Musique
En partenariat avec : Festival Marseille jazz des 5 continents

+ d’infos sur le site de la BMVR Alcazar

Leimert Park

Projection de LEIMERT PARK, the story of a village in south central Los Angeles
Documentaire de Jeannette Lindsay - USA – 2006 – 1h28 - VOST

L’histoire d’un quartier qui est devenu LE carrefour de la culture afro-américaine de L.A. Les jazzmen Horace Tapscott, Billy Higgins et le poète Kamau Daaood y ont créé The World Stage, une scène musicale qui a permis l’éclosion de talents tel que le saxophoniste Kamasi Washington.

En présence de Kamau Daaood et de Kamasi Washington (sous réserve).


Mardi 25 Juillet 2017 à 15h00

Bibliothèque de l’Alcazar
Salle de conférence
58 Cours Belsunce
13001 Marseille

Public : Tout public
Proposé par : le département Musique
En partenariat avec : Festival Marseille jazz des 5 continents

+ d’infos sur le site de la BMVR Alcazar

Les derniers des Mohicans ou Marseille l’hiver


Une création qui brosse avec fantaisie et justesse le portrait du quartier de la Joliette à Marseille... et au-delà, interroge plus largement les mécanismes d’une métamorphose urbaine, sociale, politique et intime à l’oeuvre.
 
Au sein du quartier de la Joliette, à Marseille, dans une vieille maison menacée d’être détruite, un homme prétend qu’on lui a commandé une conférence dont il ignore le sujet. Il demande à des amis de l’aider à la préparer. On installe un dispositif, on raconte des histoires, on émet des hypothèses, on projette un film, on chante, on essaie de danser, de dessiner... On tient à passer la soirée ensemble, à s’offrir un dernier moment de paix, sans tension, ni conflit, ni drame, ni intrigue, car demain, rien ne sera plus pareil...
 
Marin et docker de 1978 à 1985 sur le port de Marseille, Noël Casale retrouve le quartier de la Joliette en homme de théâtre qu’il est aujourd’hui devenu. Les souvenirs se confrontent aux images d’un quartier qui, depuis vingt ans, est au coeur d’une des plus grandes opérations urbaines d’Europe du Sud... pour faire naître le désir d’en faire du théâtre. Après le spectacle Rome l’hiver accueilli en janvier 2016 au Théâtre Joliette, Noël Casale continue son exploration mêlant mémoire et fiction, toujours accompagné du metteur en scène Xavier Marchand, ami avec lequel il partage le goût pour les écritures contemporaines et les chemins artistiques de traverse. Ce spectacle signe l’aboutissement d’un projet de territoire "Place de la Joliette 78-18" mené depuis fin 2015 en étroite collaboration avec le Théâtre de Lenche, avant fusion avec le Théâtre Joliette, et l’R de la Mer. Rencontres, ateliers de pratique - jeu, improvisation et écriture -, lectures et temps de résidence d’écriture ont nourri cette création.


Du jeudi 11 au lundi 14 janvier 2018

Théâtre Joliette
2, Place Henri Vermeuil
13002 Marseille

Autour du spectacle
Bord plateau / Vendredi 12 janvier rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation
Samedi-Matériau / Samedi 13 janvier, une journée-atelier animée par Noël Casale, auteur, comédien et metteur en scène & Xavier Marchand, metteur en scène et comédien. 
Tarif 20€ / 10€ pour les détenteurs du Passeport Joliette / Places limitées, réservation indispensable à rebecca.piednoir@theatrejoliette.fr

+ d’infos sur le site du Théâtre de la Joliette

Histoires vraies du dedans

Le projet des Histoires vraies de Méditerranée, initié en 2011 par François Beaune, connait de nombreuses déclinaisons. Pour ces Histoires vraies du dedans, quatre duos composés d’un auteur et d’un traducteur (Cédric Fabre, Sylvain Prudhomme, Arno Calleja, Thomas Azuélos...) ont été sollicités pour mener des ateliers dans quatre établissements pénitentiaires (au Centre pénitentiaire de Toulon-La Farlède, au Centre pénitentiaire des Baumettes à Marseille et à l’EPM de Marseille-La Valentine) et pour y collecter des histoires vraies auprès de personnes détenues, donnant lieu à une publication.

Ces courts récits, drôles, parfois surréalistes et souvent tristes, rassemblent des moments de vies chaotiques, retracent les parcours migratoires, les cavales et autres quêtes aventureuses, s’inscrivent essentiellement dans des contextes économiques, politiques et sociaux, au creux desquels tout est cru, dur et exacerbé.



Entrée libre
Réservation conseillée auprès de Montévidéo au 04 91 37 97 35

Montévidéo est ouvert de 19h30 à minuit.
Lecture de 20h à 21h, suivie d’un buffet.

Yennayer, Nouvel An Berbère

A l’occasion de Yennayer, le premier jour de l’an berbère, Nadia Ammour, chanteuse et percussionniste algérienne, a sélectionné des chansons berbères des années 20 jusqu’à nos jours, dont les thématiques sont l’exil, l’amour, la nature...

Certaines chansons proviennent de l’oralité car Nadia a rencontré et interviewé quelques femmes qui lui ont transmis des poèmes issus de la tradition orale.

Et comme Yennayer ne peut exister sans le partage, c’est avec joie que Katia Masselot, chant et percussions, et Riad Zaïba, oud et mandole, ont répondu à l’invitation de Nadia.

Entrée : 8€ avec un thé offert
ou 20 € avec thé et repas compris
Possibilité de réserver au : 06 80 90 06 46


Mise en veille

Après le succès de la pièce MISE EN VEILLE lors de ses premières représentations dans le cadre du Festival O.Q.P. au Théâtre de l’Œuvre en Octobre dernier, il nous a semblé nécessaire de proposer aux publics, notamment professionnels, de nouveaux rendez-vous avec une création étonnante qui mérite d’être vue et programmée pour la qualité et l’audace de sa distribution, de ce qu’elle dit et de comment elle le dit.


MISE EN VEILLE 

Répertoire professionnel, Création Novembre 2017

Jeudi 8 Février 2018 et Vendredi 9 Février 2018 à 14h30 et 20h30


Théâtre de l’Œuvre
1 rue Mission de France
13001 Marseille

Durée : 1h15 / reservation@cie-memoires-vives.org / 09 54 55 21 67 / participation libre
Voir le teaser

+ d’infos sur le site de la Cie Mémoires Vives

Les raisons d’un retour au pays natal

Deux jeunes « sans-papiers » se retrouvent par le hasard de la météo et d’une traversée hasardeuse de la Méditerranée sur une plage du Sud de la France. Ils ne se connaissent pas, ne partagent pas entièrement la même histoire, la même trajectoire, la même filiation mais le même rêve : celui d’une vie nouvelle dans un Eldorado fantasmé.

L’un, joué par PAT, est Sénégalais, jeune diplômé de la classe moyenne, sans perspective d’embauche, qui veut compléter ses études supérieures en Europe et rêve de changer le destin de l’Afrique. L’autre, joué par NINW, est Comorien, fils d’un paysan déshérité, qui veut faire fortune et racheter la dignité de sa famille qui croupit dans un bidonville de Moroni.

Leur amitié va se construire au fil du chemin tortueux et chaotique, les entraînant dans les méandres de l’administration, les couloirs des hôpitaux civils et des foyers d’immigrés. Situations rocambolesques, quiproquos, intimités, disputes et réconciliations, discussions philosophiques, rencontres impromptues vont rythmer ce parcours initiatique.

Vont-ils réussir ou échouer, s’échouer une fois encore ? Vont-ils rester ou partir ?

Duo théâtral - Création octobre 2015
Représentations dans le cadre de la Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme du 19-25 mars 2018 / #TousUnisContreLaHaine / DILCRAH


Mardi 20 mars à 20h30 & Mercredi 21 mars à 21h00

Théâtre de l’Oeuvre
1, rue Mission de France
13001 Marseille

Réservations : reservation@cie-memoires-vives.org ou 09 54 55 21 67
Durée : 1h10 - Participation libre
+ d’infos sur le site de la Cie Mémoires Vives

Divorce sans mariage

« Divorce sans mariage » raconte la vie de l’Algérie durant la guerre de libération nationale, telle que décrite par Mouloud Feraoun dans son « Journal ». D’aventure, écrire un journal c’est raconter sa propre vie au jour le jour ou presque. Peu de journaux personnels ont été publiés. C’est tellement individuel que cela ne séduit pas le lectorat. Mais le « Journal » de Mouloud Feraoun, de par son contenu particulier, est d’une utilité publique et historique incontestable. Il n’est pas un journal intime qui relate la rythmique d’une vie privée. Il est un témoignage d’une pure vérité, une œuvre vécue au cœur de l’incandescence, notée au jour le jour et se rapportant aux évènements de la terrible guerre d’Algérie.

Teaser : https://www.youtube.com/watch?v=Dt6AV_7HmvA

Texte original : le journal "1955-1962 de Mouloud Feraoun
"
Adaptation et mise en scène : Walid BOUCHEBBAH

Assistante à la mise en scène : Lamia KEHLI

Avec : Fodil ASSOUL / Mourad OUJITE / Farouk BOUTAJINE

Création lumière : Walid BOUCHEBBAH

Technicien de scène : Walid BOURMANI


Samedi 21 avril 20.00 & Dimanche 22 avril 15.00

Théâtre de l’Oeuvre
1, rue Mission de France
13001 Marseille

Tarifs : 12 € (plein) | 8 € (réduit) | 3 € (partenaires-quartier)

Réservations : reservation@theatre-oeuvre.com

Une journée dans la vie d’Ali

MÔM’EN SCÈNE est un projet d’Anaïs KADEM et Djamila ABDOU MLANAO, volontaires en service civique à l’association UNIS CITE (29, boulevard d’Athènes, 13001 Marseille).

Le projet « Môm’en scène » est un projet visant à lutter contre les discriminations par le biais du théâtre. Pour se faire, nous avons mis en place des ateliers théâtre dans le Collège Versailles, dans le 3ème arrondissement et abordons cette thématique de manière ludique.

Alexandra TOBELAIM (metteur en scène), nous a aidé à mettre en scène la pièce que nous avons écrite sur les discriminations. Cette pièce sera jouée par des jeunes de 11 à 16 ans, qui ont contribué à l’écriture. Elle sera représentée au Théâtre de l’Oeuvre le 9 Mai 2018 à 17h30.

Un temps d’échange, animé par un professionnel est prévu à la fin du spectacle.

Durée de la pièce : Environ 40 minutes
Partenaires : Collège Versailles, Théâtre de l’Œuvre, Alexanda TOBELAIM (metteur en scène)
Parrain : Michel Nougué


Mercredi 9 mai à 17h30

Théâtre de l’Oeuvre
1, Rue Mission de France
13001 Marseille

Prix libre avec un minimum de 5€ conseillé.

+ d’infos sur le site du Théâtre de l’Oeuvre

Conférence Gesticulée La ville est à qui ? Elle est à nous !

Un voyage à vélo à la découverte de ceux qui font la ville : les promoteurs ? Les élus ? Les habitants ?

Après un tour de France à vélo Frantz et Mathieu nous racontent ce qu’ils ont découvert. Ces deux urbanistes en quête de sens voient nos villes petites comme grandes subir les mêmes logiques, les mêmes transformations et finir par se ressembler. Pourtant, durant leur voyage, ils ont rencontré des dizaines d’initiatives d’habitants qui transforment concrètement leur quotidien.

La conférence gesticulée est une prise de parole publique sous la forme d’un spectacle politique militant. Construite par une personne ou un groupe à partir de leurs expériences, c’est un acte d’éducation populaire fondé sur l’envie de partager ce qu’on a compris, tel qu’on l’a compris, là où on l’a compris. En ajoutant sa conférence à celles qui existent, chacun participe à l’élaboration d’un rapport de forces anticapitaliste et invite ceux qui la reçoivent à se poser la question de leur propre place dans ce système. Acte subversif, la conférence gesticulée transgresse la légitimité (toujours contestée) à parler en public. Elle dévoile, dénonce, questionne et analyse les mécanismes d’une domination dans un domaine donné, souvent professionnel. Forme scénique d’expression directe, elle ne nécessite aucune compétence théâtrale.

Conférence gesticulée organisée en partenariat avec espaces possibles https://espascespossibles.org/accueil/notre-conference-gesticulee

Jeudi 7 Juin 19H00
Dar Lamifa
127 Rue d’Aubagne
13006 Marseille

plus d’infos : https://www.facebook.com/espascespossibles/

Histoire universelle de Marseille d’après Alessi Dell’Umbria

Ce spectacle permet de découvrir la citoyenneté à partir de la création même de la Cité. L’organisation politique et culturelle des villes du moyen âge inspira les mouvements populaires de la révolution française. La république est la « res publica » ; la chose publique. La comédienne interprète avec humour et panache les protagonistes de différentes époques : Henri IV, Louis XIV, Robespierre ; mais aussi les troubadours, les poissonnières, les prisonniers... Un théâtre épique pour découvrir une riche expérience d’émancipation. Un combat qui se poursuit avec les mutations urbaines que connaissent aujourd’hui les grandes villes européennes. S’offre alors, à la sagacité du spectateur, le modèle d’intégration républicain, et crée à nouveau ce lien indispensable entre le local et l’universel.

Spectacle suivi d’un débat en présence du metteur en scène et de Marie Beschon (Laboratoire d’Anthropologie Urbaine, EHESS Paris)
À l’occasion d’un échange international avec les étudiants québecquois du CÉGEP, Edouard Montpetit

Durée du spectacle : 1 heure.
Texte : Alèssi Dell’ Umbria / Adaptation : Jeremy Beschon & Virginie Aimone / Mise en scène : J.Beschon / Comédienne : V. Aimone / Lumière : Fabrice Giovansili / Diffusion : Iris Kaufmann – FeM / Assistante production : Marie Anne Robveille / Communication : Calypso Lopez.

Vendredi 15 juin 20.00
Théâtre de l’Oeuvre
1, rue Mission de France
13001 Marseille

Tarifs : 15€ / 8€ (personnes en situation de handicap, minima sociaux, étudiants)
Réservations : manifesterien@gmail.com
Contact : manifesterien@gmail.com
+ d’infos sur le site du Collectif Manifeste Rien

Soutien à Radio Zinzine

Fête de soutien à Radio Zinzine samedi 7 juillet à partir de 17h30 ! 

Au programme :

à 17h30 : CONTES-MARIONETTES de Gilbert Meyer, puis CIOWNERIES de Gerbera Veranda
CONCERT à partir de 21h avec Dili Dili : musique tsigane ; Tarbiya Musique touareg ; La Marmite : electro-punk
Et autre musique pour danser toute la nuit...

Boissons et restauration sur place

La rencontre aura lieu dans l’Amphithéâtre de Grange Neuve, Limans-Forcalquier et ce sera fléché à partir de Forcalquier. 

Prix : 7 euros mini

Samedi 7 juillet 2018 17H30
Amphithéâtre de Grange Neuve
04300 Limans

Pour en savoir plus : http://www.zinzine.domainepublic.net/

 

Pointu / Poilu

 

Dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre mondiale, la compagnie Mémoires Vives présente son nouveau spectacle professionnel "POINTU / POILU".

Entre rap et théâtre, burlesque et gravité, rires et larmes, silences et fracas, POILU/POINTU est un voyage dans les tranchées, les paysages et les visages lacérés, les espoirs et les désillusions d’une humanité sacrifiée sur l’autel de la gloire.
Deux personnages liés par l’Histoire et les rapports de domination : Mr Kapital, bonimenteur illusionniste et Mr Poilu-Pointu, outil de production et instrument de destruction, nous content ce que fût la Première Guerre mondiale, ses mythes et ses réalités.

Pièce entre rap et théâtre / Durée : 1h10 / À partir de 13 ans

Mercredi 7, Jeudi 8 et Vendredi 9 Novembre 2018 à 14h30 & 20h00
Au Théâtre de l’Œuvre (1, rue mission de France, 13001 Marseille)

http://cie-memoires-vives.org/

Contact : memoiresvivescom@gmail.com / 09 54 55 21 67

Karaoké Méditerranéen

APRÈS AVOIR ENFLAMMÉ PARIS ET TOULOUSE, LE KARAOKÉ DE LA MÉDITERRANÉE

REVIENT À MARSEILLE À L’INITIATIVE DE L’AAJT !

L’AAJT et Ancrages vous invitent à danser et chanter sur les standards de la chanson du soleil, de Charles Aznavour en passant par Enrico Macias, Dalida ou Khaled, vous pourrez pousser la chansonnette tout en découvrant l’apport des artistes de l’immigration au XXe siècle.

Cette soirée placée sous le signe de la convivialité et de l’hospitalité est co-animée par Naïma Yahi, spécialiste de l’histoire culturelle de l’immigration en France, Samia Chabani, directrice d’Ancrages et l’équipe de l’AAJT qui vous proposent de chanter les grands succès de ce patrimoine en partage.

A cette occasion, venez découvrir l’exposition ARTISTES ET DIVERSITES, produite par l’ACHAC


Jeudi 20 septembre 2018
Théâtre du Toursky 
16, promenade Léo Férré - 13003 Marseille 
Bus 88 et 89 - arrêt « Auphan Vaillant » 
Métro 2 - National 

19h00 - Verre de l’amitié
20h00 - 22h30 - Projection

Confirmation nécessaire par mail à communication@ancrages.org
ou sur http://ancrages.org/event/karaoke-mediterraneen/

La Domination Masculine : par le collectif Manifeste Rien de Pierre Bourdieu et les textes de Tassadit Yacine

La domination masculine n’est-elle pas la première des inégalités à appréhender avant de traiter les autres qui nous séparent ? Au montage du livre du sociologue français s’ajoutent mythes et poésies populaires kabyles, ainsi que des témoignages des deux rives de la méditerranée, transcrits et analysés par l’anthropologue algérienne Tassadit Yacine. Un solo comique et savant où l’on retrouve l’employée et le patron ; les relations mère-fils ; l’angoisse du mâle de ne pas être à la hauteur...


 





22 septembre 19H30

au Foyer Rural Yvan Durand

04230 Ongles

12 € plein - 8 € réduit / gratuit pour les participants à la journée d’étude de la MHeMO

plus d’infos sur : http://manifesterien.over-blog.com

 

Chacal, La fable de l’exil, d’après Tassadit Yacine

Une mise en scène des fables kabyles et de la mythologie berbère qui traite des questions de genre, de mixité et de racisme par le collectif « MANIFESTE RIEN ». La conteuse est « Settoute », d’abord première Mère du Monde, puis sorcière… Celle-ci fut jadis déchue, ce qui donna aux hommes le prétexte pour dominer les femmes et le monde. D’après elle, nous ne sommes guère différents de nos ancêtres. En ce temps là, les animaux parlaient encore comme vous et moi… le Lion avait le pouvoir ; Chacal était son conseiller ; et le Hérisson avait toujours une ruse qu’il partageait avec ses amis. Mais Chacal et Hérisson mettent à mal la tyrannie du roi. Ils sont à la fois doux et amers, piquants et soyeux, un peu fille un peu garçon… A travers ces fabuleux récits d’Algérie, qui ont traversé les siècles, les montagnes et les mers, nous comprendrons peut-être mieux qui nous sommes et pourquoi nous continuons de nous entre-dévorer.

D’après l’anthropologue Tassadit Yacine (Chacal ou la ruse des dominés éditions la Découverte) / Texte et mise en scène : Jérémy Beschon / Avec : Virginie Aimone / Musique live : Franck Vrahidès / Lumière : Flore Marvaud & Cyrille Laurent / Ateliers : Marie Beschon (Anthropologue)

Coproduction Musée national de l’histoire de l’immigration.

Des ateliers éduc’ pop’ & anthropologie peuvent accompagner et poursuivre les thématiques abordées par la pièce. Construits en dialogue, ils s’adaptent aux temps impartis et aux différents publics, (lycées, collèges, écoles primaires, cours d’alphabétisation). Sont abordées les questions de genre, d’exil, de double culture et de liberté…

Dimanche 25 Novembre 2018

Salle L’affranchi

212 Bd Saint Marcel 13011 Marseille

Plus d’infos sur : http://manifesterien.over-blog.com

Durée 1 heure. 

A partir de 8 ans.

Entrée libre sur réservation : manifesterien@gmail.com

La marseillaise et caetera

 

Quand le durcissement des frontières, le mépris des classes populaires et la rénovation urbaine travaillent de concert, quelle place reste-t-il aux devises de notre la République ? Liberté, égalité, fraternité.

Un couple heureux et aimant vit, comme tout un chacun, bercé par les discours sécuritaires. Mais lorsque la Marseillaise est « copieusement sifflée » lors du match de foot France-Algérie, les repères identitaires de la famille basculent, des failles spatio-temporelles s’ouvrent et les mémoires refoulées surgissent...

Le premier épisode se déroule à Marseille en 1881. Dès cette époque, certains journalistes affirment que les immigrés italiens forment une « nation dans la nation » refusant de s’intégrer dans la société française... Cela commence rue de la République, cette même rue, qui plus d’un siècle plus tard, sera expurgée de ses pauvres.

Avec : Virginie Aimone, Olivier Boudrand, Atsama Lafosse / Musique live : Franck Vrahidès / Texte : Jérémy Beschon d’après les recherches de Gérard Noiriel / Mise en scène : J. Beschon / Lumière : Cyrille Laurent / Enquête ethnographique : Marie Beschon (EHESS Paris).

« Une pièce au discours passionnant, travaillé et précis, qui amène un véritable matériel de réflexion aux débats sur les questions de l’identité nationale et de l’intégration. » Ventilo 

« Un jeu très stylisé, des répliques percutantes. Alors on éclate de rire, malgré la gravité du propos. » Zibeline

« L’interprétation, parfaitement orchestrée des trois acteurs, nous amènent à nous interroger sur les fondements même de la Nation et sur les valeurs républicaines » La Provence 

Vendredi 14 Décembre à 14h30 et 20h

Samedi 15 Décembre à 20h

Théâtre de l’œuvre
1 Rue Mission de France
13001 Marseille

réservation : manifesterien@gmail.com

On part ou pas ?

 

Cie Acento Création

Duo de théâtre dansé / Jeune Public / à partir de 6 ans (45mn)

Texte, jeu et chorégraphie : LOUISA AMOUCHE et FABIENNE BOUTET-LLOMBART

Costumes : NICOLE MANDIL-AUTARD

Deux personnages avec jupes cerceaux – valises – maisons nous embarquent dans un voyage fait de mots, de gestes, de souffles, de rythme, de joie, de rêves et de doutes, tel un conte moderne. Deux chemins, deux parcours, deux façons d’aborder la vie… L’une veut partir là-bas vers l’inconnu, rêve d’un monde meilleur. « – Mais c’est où là-bas ? – Qu’importe ! Allez on part ? Là-bas, je serai encore plus heureuse qu’ici et je deviendrai forte et courageuse ! » L’autre veut rester ici, a peur de quitter ses repères, ses racines. « – Pourquoi partir ? On est bien ici… Et si on restait ? Ici, je suis chez moi, je connais tout le monde ! »

Samedi 15 décembre à 10h

Théâtre de la Mer

53 Rue de la Joliette

13002 Marseille

Plus d’infos : https://www.facebook.com/events/1154792904678523/

N° 187

 

Nous sommes dans un futur, proche ou lointain.

Un pouvoir autocratique et totalitaire s’est installé par les urnes, porté par le populisme et nos abandons successifs aux sombres desseins. La haine de l’Autre, le racisme, l’antisémitisme. La déshumanisation des êtres. L’élimination par la sélection. La création et l’exploitation des superflus. L’Homme doit être vidé de son humanité pour en faire une superfluité efficiente, une individualité sans identité, indéfinie, utile et nécessaire à la production et à la consommation.

Le Camp des Milles, devenu lieu de mémoire, est ré-ouvert et affecté à l’internement, à la mise en quarantaine et à la guérison des “inutiles”, des “malades” et des “déviants”. S’y retrouvent des artistes libres penseurs d’origines et d’horizons divers. Comme d’autres avant, ici même, ils vont réaffirmer l’art comme outil de résistance et d’humanité. Comme le firent avant eux les “internés” de 1940, victimes de l’indolence administrative, du “je-m’en-foutisme”, du Diable en France. En phase avec la dimension réflective du mémorial du Camp des Milles, la pièce interroge les mécanismes qui ont conduit et peuvent conduire au fascisme, questionne la mécanique du « bouc émissaire », la résurgence des « vieux démons » qui dans les temps de crise se nourrissent de nos peurs et nos angoisses les transformant peu à peu en haine de l’autre et en abandon de soi.

C’est bien cette dimension qui nous interpelle et nous intéresse, qui donne au lieu de mémoire sa fonction fondamentale : se souvenir pour ne pas reproduire. Le fruit d’un travail porté par un Centre socio-culturel depuis 2013 Le centre socio-culturel Jean-Paul Coste ancré sur le territoire aixois depuis plus de 40 ans et sur le territoire millois depuis plus de 10 ans a souhaité mettre en oeuvre un objet culturel d’éducation citoyenne. Le centre socio-culturel a vocation à créer du lien social et des passerelles entre tous les acteurs locaux, et à fédérer autour de projets partenariaux, porteurs de solidarité et de citoyenneté. Depuis de nombreuses années par le biais des activités de loisirs auprès des enfants millois, il a traité de la thématique de l’enfermement au Camp des Milles.

Appréhender la mémoire d’un territoire, c’est s’approprier sa propre histoire, l’assumer pour mieux la dépasse parfois, être en mesure d’être acteur conscient de son quartier, sa ville, son pays. Au-delà du devoir de mémoire, il s’agit aussi, en référence au volet réflexif du Mémorial du Camp des Milles, de comprendre et « porter » les enjeux de dignité, de respect et d’humanité. La transmission et les échanges entre générations sont essentiels à l’écriture par nos jeunes de l’histoire de demain.

Avec cette création, l’objectif est de permettre aux jeunes du territoire de comprendre et s’approprier l’histoire des camps à partir de l’ouverture du Mémorial du Camp des Milles, et de créer un objet culturel pluridisciplinaire autour de la mémoire afin de devenir à leur tour des passeurs de mémoire.


Site Mémorial du Camp des Milles

40 Chemin de la Badesse 13290 Aix-en-Provence

Lundi 17 décembre 2018 à 10h30 et 14h30

Mardi 18 décembre 2018 à 10h30 et 14h30

Mercredi 19 décembre 2018 à 15h00



Jeudi 20 décembre 2018 à 20h00



Plus d’infos : http://cie-memoires-vives.org/reprise-2018-n187/









A nos morts


 En partenariat avec la compagnie Mémoires Vives et le centre social du Grand Saint-Antoine, le réseau Histoire Mémoire des immigrations et des territoires participe à la rencontre « A nos morts ».

Ils étaient de tous les combats… Ils étaient des centaines de
milliers… en 14-18… en 39-45… Que sait-on vraiment de ces
hommes et femmes, de leur courage, de leur sacrifice ? Combien de pages dans les livres d’histoire, d’images dans nos mémoires ?

À Nos Morts… retrace une partie de cette histoire que l’histoire a oubliée…

À Nos Morts… un fragment d’histoire… Celle de ses soldats, sénégalais, maliens, ivoiriens, burkinabés, malgaches, marocains, algériens, tunisiens, indochinois, antillais, camerounais, tchadiens,… « indigènes », requis ou engagés volontaires. De la « boucherie » du Chemin des Dames en 17 et ses sacrifiés de Craonne au parcours héroïque d’Hady Bah, tirailleur guinéen devenu chef d’un réseau de résistants en 41.

À Nos Morts… remet en perspective le sacrifice de ces soldats des colonies.

À Nos Morts… raconte aussi le groupe Manouchian et les dizaines de nationalités, de toutes confessions qui se sont engagées dans les nombreux réseaux de la Résistance.

À Nos Morts… nous parle enfin de ces femmes, ouvrières, résistantes, soldates. Les
arts hip-hop réunis pour un devoir de mémoire en hommages aux tirailleurs, aux résistants étrangers, aux femmes,… à celles et ceux à qui nous devons aussi une part de ce que nous sommes.

Une création où la puissance du verbe, l’engagement des corps, la force des images servent une mise en scène innovante, esthétique et émouvante.

Vendredi 21 Décembre 2018

ASTRONEF

118 Chemin de Mimet

13015 Marseille

plus d’infos sur :

http://cie-memoires-vives.org/evenement/a-nos-morts-20-3/?instance_id=460056

Rendez-vous d'ACT

Quartiers populaires : de la fiction à la réalité

Rencontre nationale, 7 et 8 décembre 2018, Toulouse, Inter-réseau Histoire Mémoire à suivre

Exposer les Autres ? Héritages coloniaux et défis contemporains - Benoît de l’Estoile

Conférence ACT, mercredi 19 décembre 2018, Marseille, Musée d’histoire de Marseille à suivre

ERASMUS + : Echanges de Pratiques

Rencontre transnationale les 14, 15 et 16 Décembre 2018, Marseille, ACT. à suivre

Autres actualités

Migrant’ scène Marseille

Festival, du 08 au 16 décembre 2018, Marseille, Cimade. à suivre

La marseillaise et caetera

Théâtre, 14 et 15 décembre 2018, Marseille, Manifeste Rien à suivre

Indignados

Projection-Débat, 14 décembre 2018, Marseille, Solidaires à suivre

Retour de mission MSF : la psychiatrie en zone de guerre

Rencontre-débat, 14 décembre 2018, Médecins sans frontières (MSF) & Bibliothèque l’Alcazar, Marseille à suivre

On part ou pas ?

Création, 15 décembre 2018, Théâtre de la mer, Marseille à suivre

N° 187

Création, du 17 au 20 décembre, Aix-en-Provence, Compagnie Mémoires vives à suivre

Un paese di Calabria

Ciné débat, 18 décembre 2018, les amis du monde diplomatique, Veynes à suivre

A nos morts

Hip-Hop et théâtre urbain, 21 décembre 2018, Marseille, ASTRONEF à suivre

Ressources

Les femmes sont-elles des hommes comme les autres ? Féminin / Masculin : mythes et idéologies de la préhistoire aux jouets à suivre
Justice pour toutes. La police et la justice face aux violences faites aux femmes à suivre
Comment faire comprendre son histoire ?... Les réfugiés dans les services de santé à suivre
Guide de survie en milieu sexiste à suivre
Education populaire et animation à l’épreuve des discriminations à suivre

Mise à jour : mercredi 12 décembre 2018 | Mentions légales | Plan du site |