Imprimer la page

Asiatique travailleur versus arabe fainéant ? De l’essentialisme présidentiel à la réversibilité des mythologies migratoires

Editorial de Vincent Geisser et sommaire de la revue Migrations Société n°128, mars-avril 2010

Une fois n’est pas coutume. À l’occasion de la fête du Nouvel An lunaire selon le calendrier chinois, le président de la République, Nicolas Sarkozy, a reçu au palais de l’Élysée, le 16 février, les représentants de la “communauté asiatique” de France, ainsi que les ambassadeurs des “pays d’origine” en poste à Paris. On retiendra surtout de cet événement le discours présidentiel sur le caractère exemplaire de l’intégration des populations asiatiques à la société française, célébrées comme des “modèles” de réussite sociale et professionnelle…

Pourtant, derrière cet éloge sarkozyen des vertus intégrationnistes de la “communauté asiatique” de France, il faut y voir aussi une lecture essentialiste des réalités sociales et migratoires en France qui n’est pas exempte de dérives racialistes : d’une part, parce que tout mythe positif comporte indubitablement son versant négatif, son “double maléfique” en quelque sorte (ici le “péril jaune”) ; d’autre part, parce que le fantasme du “modèle” induit nécessairement celui du “contre-modèle”, censé être incarné par d’autres migrations ou d’autres “communautés”, dont la trajectoire socioprofessionnelle dans la société française est jugée néfaste pour la cohésion nationale. 

 

 

 Edito complet en téléchargement

Sommaire de Migrations-Société Vol. 22 - n° ;128 "Genre, filières migratoires et marché du travail" en téléchargement

 


-16 avril 2010-



Politique