Accueil > Ressources

Articles

Avec vous, mais pas chez nous !

Éditorial de Vincent Geisser et sommaire de la revue Migrations Société n°149, septembre-octobre 2013

Depuis le début des événements dramatiques qui secouent la Syrie et qui ont fait à ce jour près de 100 000 morts et plusieurs centaines de milliers de blessés, la France officielle se présente volontiers comme la protectrice des populations civiles, arguant de ses liens historiques avec la société locale. En tant qu’ancienne puissance mandataire (1920-1946), elle se sent investie d’une mission quasi prophétique vis-à-vis d’un peuple qui, même s’il n’est plus que marginalement francophone (l’usage du français a quasiment disparu au sein de la population syrienne), reste assez largement francophile en raison des positions prises par Paris dans les différents conflits régionaux, apparaissant ainsi comme un contre-feu aux entreprises géopolitiques " américano-israéliennes".
En juin 2000, Jacques Chirac avait été le seul chef d’État "occidental" à se rendre aux obsèques de Hafez Al-Assad, assistant en direct à sa succession héréditaire par son fils Bachar, ce qui avait été parfois interprété comme une caution française à la "continuité dictatoriale". Si ce capital de confiance dont jouit la France lui a surtout permis de normaliser ses relations diplomatiques avec le régime baasiste, Bachar Al-Assad ayant été reçu en grande pompe à Paris, en juillet 2008, par Nicolas Sarkozy, depuis le début du "soulèvement populaire" (printemps 2011) ce capital de confiance a aussi constitué un atout majeur dans le rapprochement entre le quai d’Orsay et les différentes factions de l’opposition syrienne, et notamment le Conseil national syrien (CNS) et sa branche armée, l’Armée libre syrienne (ALS). De ce fait, les attentes à l’égard de la France sont particulièrement importantes dans certaines franges de la population syrienne qui voient en elle non seulement un allié précieux face à la répression sanguinaire exercée par le régime, mais aussi une possible terre d’accueil pour les nombreux réfugiés.


 Edito complet en téléchargement

Sommaire de Migrations-Société Vol. 25 - n°149 "Migrations chinoises internes et internationales" en téléchargement

Rendez-vous d'ACT

La Fabrique du Regard #3 : Figures de l’altérité

Cycle de conférences, Avril-Décembre 2018, Marseille, ACT-BMVR-MHM à suivre

Autres actualités

BAINS-DOUCHES, BAINS PUBLICS ET HAMMAMS, UNE HISTOIRE DE L’EAU À MARSEILLE

Balade patrimoniale, 15 septembre 2018, Marseille, Ancrages à suivre

DE LA MANUFACTURE DES TABACS À LA FRICHE DE LA BELLE MAI, LIEUX À MÉMOIRES MULTIPLES

Balade patrimoniale, 13 octobre 2018, Marseille, Ancrages à suivre

BELSUNCE NOAILLES, DANS LES COULISSES DE LA VILLE

Balade patrimoniale, 29 octobre 2018, Marseille, Migrantour -Ancrages à suivre

10ÈME JOURNÉE D’ÉTUDE : LES HAMEAUX DE FORESTAGE DE PROVENCE

Journée de témoignages et d’échanges, 22 septembre 2018, Ongles, MHeMO à suivre

MARSEILLE REBELLE

Visite guidée, du 17 au 31 aout 2018, Marseille, Visite Massalia à suivre

EXPOSITION : « DERRIÈRE LA BOURSE », ARCHÉOLOGIE D’UN QUARTIER : 1860-2017

Exposition, jusqu’au 30 septembre 2018, Marseille, Musée d’Histoire de Marseille à suivre

Ressources

La leçon de vie des « jeunes de banlieue » : Frédéric Worms s’entretient avec Claire Marin, philosophe et écrivain. à suivre
"Ecrire l’Histoire, c’est donner à comprendre la manière dont un peu de temps se plie dans l’espace" - Patrick Boucheron à suivre
Photographier, ethnographier et exposer dans la cité. Jeunes rugbywomen à Sarcelles à suivre
Le Parcour sup des filles à suivre
Les « Nord-Africains » dans la rénovation urbaine des années 1960 à suivre

Mise à jour : mardi 7 août 2018 | Mentions légales | Plan du site |