Imprimer la page

Douce France : migrations et exils italiens 1880 – 1940

Enregistrement audio de la conférence d’Antonio Bechelloni, ENS, mai 2002

 L’échange d’hommes, d’idées et de formes d’organisation entre les immigrés italiens en France et le mouvement ouvrier français a été très fécond. Cet échange, particulièrement intense entre la fin de la première guerre mondiale et les années 1960, trouve une sorte de préhistoire dans les grandes migrations italiennes des années 1880, pendant cette période prennent forme certains traits de l’interaction entre migrations et mouvements ouvriers qui caractériseront toute l’histoire suivante. Les études françaises sur ces échanges ont privilégié le rôle du mouvement ouvrier français dans la transformation des immigrés italiens en citoyens français. En Italie commencent à prendre corps des études sur l’influence de l’expérience française sur la conscience nationale et sur la conscience de classe des italiens qui, après une période passée en France comme immigrés, sont rentrés en Italie. Nous estimons qu’une attention particulière devrait être consacrée à l’interaction entre les transformations lentes propres à l’émigration et les choix rapides imposés par des épisodes de la politique et de la guerre : arrivée du fascisme, Front populaire, Guerre d’Espagne, guerre et occupation, Résistance, Libération.

Conférence en ligne et en téléchargement sur le site de l’ENS à l’occasion de la Semaine italienne.

 Antonio Bechelloni est historien et maître de conférences à l’université Lille III


-31 janvier 2011-



Le temps des Italiens