Imprimer la page

Enseignement de l’histoire : pour l’amour de son pays ?

Article Marion Chastain, TV5 Monde, Mai 2017

L’apprentissage de l’histoire à l’école ? « Vaste programme » aurait pu répondre le général De Gaulle. Le sujet est une nouvelle fois revenu sur le devant de la scène pendant la campagne présidentielle française et continue de faire débat entre politiques et enseignants. Pour la première fois en France, une enquête réalisée par une équipe de professeurs-chercheur(es) interroge les enfants sur leur rapport au passé.

Vendredi 19 mai 2017 : le journaliste de France Inter Ali Baddou recevait le nouveau ministre français de l’éducation Jean-Michel Blanquer. A la question « Faut-il enseigner un roman national - expression d’historiens dénonçant les biais politiques dans les manuels d’histoire de France – pour que les petits Français soient fiers de leur pays ? », il répond : « La question de l’amour de notre pays est absolument fondamentale. Elle est à la base de tout. En France, la question (…) apparait comme secondaire. Il faut aimer son pays comme on doit aimer sa famille, ses camarades. Il faut répandre des sentiments positifs, de l’optimisme. Ça ne veut pas dire que notre pays a été formidable dans toute son histoire. Il faut, surtout quand on est petit, avoir un récit chronologique permettant de se repérer. Ça paraît une évidence ».

Lire la suite

Marion Chastain est journaliste multimedia.

Laurence de Cock est enseignante et chercheuse en histoire et sciences de l’éducation.


-30 mai 2017-



Enseignement de l’histoire











































Histoire et mémoires