Imprimer la page

L’école, la violence, l’islam, Marseille : un livre à côté de la plaque ?

Article de Françoise Lorcerie, septembre 2017

En cette rentrée des classes, un livre sur l’école a fait le buzz plus que d’autres : le livre témoignage de Bernard Ravet, ancien principal de collège à Marseille, intitulé de façon intriguante "Principal de collège ou imam de la République ?". Emmanuel Davidenkoff est mentionné comme celui qui « a permis de réaliser l’aventure éditoriale » en assurant sa « mise en forme ». L’ouvrage avait au moins trois raisons de réussir son entrée sur le marché.

D’abord, l’auteur est un personnage attachant, connu à Marseille et qui a beaucoup d’amis. Le livre raconte sa trajectoire et son vécu. Issu du vieux quartier de la Croix-Rousse à Lyon, Bernard Ravet a été formé comme instituteur dans les années 60-70.

Il a très tôt quitté l’enseignement pour la pratique de l’image et des médias. Venu à Istres à ce titre au début des années 80, il a obtenu ensuite d’ouvrir une antenne du CRDP dans les quartiers nord de Marseille, puis il est passé chef d’établissement, d’abord adjoint puis titulaire. Sur une dizaine d’années, il aura dirigé trois établissements appartenant au réseau marseillais de l’éducation prioritaire. L’un de ceux-ci – le premier qu’il ait dirigé personnellement – recrute sur le quartier le plus pauvre de Marseille, l’un des plus pauvres de France. Il a terminé sa carrière dans un collège des quartiers Sud, toujours à Marseille.

Lire la suite de l’article


"L’école, la violence, l’islam, Marseille : un livre à côté de la plaque ?"

Françoise Lorcerie, Directrice de recherche au CNRS
Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM, UMR 7310, CNRS & Aix-Marseille Université)


-15 septembre 2017-



Éducation interculturelle / Diversité








































































































Laïcité et religions