Imprimer la page

L’effet retard de la révolte des banlieues

Dominique Vidal, Le Monde Diplomatique, 10 avril 2007

" Même réalisée avec les précautions dont assure s’entourer le CEVIPOF, une enquête d’opinion reste une enquête d’opinion : sa fiabilité est par définition sujette à caution. On ne saurait donc en prendre les indications au pied de la lettre, encore moins extrapoler. Reste que l’approche des auteurs de cette étude éclaire certaines particularités de la présidentielle de 2007, à commencer par le très haut niveau atteint, dans les sondages, par la droite et l’extrême droite.

Apparemment, l’immigration et les banlieues n’occupent pas une place importante dans les préoccupations des électeurs  : seuls 13 % des sondés placent la première et 7,5 % les secondes parmi les deux problèmes les plus importants. Mais 70 % précisent qu’elles compteront — « beaucoup » ou « assez » — dans leur vote. D’autant, précisent les auteurs, que certains envisagent d’abord l’immigration comme une concurrence en matière d’emploi, leur sujet d’inquiétude numéro un… "

Lire l’article sur le site du Monde Diplomatique


-13 mars 2007-



Politique












































































































































































































































































































Quartiers et périphéries