Imprimer la page

La Seconde Guerre. La Provence refuge et piège

Enregistrement audio de la conférence de Jean-Marie Guillon avec la participation de Jean-Michel Guiraud, ACT-AD13-Varian Fry France, 24 novembre 2011, Marseille


La Provence littorale est un refuge privilégié pour les intellectuels et les artistes antinazis. Dès l’été 1940, Marseille est devenue l’une des principales villes refuges de la zone non occupée. Français ou étrangers, souvent originaires du Reich ou des territoires qu’il a annexés, la plupart des réfugiés, ordinaires ou notoires, y aboutissent dans l’espoir de trouver une porte de sortie. La plupart se savent ou se sentent menacés par les nazis. Beaucoup sont juifs. Beaucoup ont combattu le fascisme. Parmi eux, pris dans la nasse marseillaise, de nombreux militants et responsables politiques, des intellectuels et des artistes, un condensé des avant-gardes européennes.



 


Jeudi 24 novembre 2011 à 18h30
Auditorium des Archives et Bibliothèque départementales
18-20, rue Mirès 13003 Marseille
Tram station Euromed Arenc / Métro station Désirée Clary


Jean-Marie GUILLON est historien, professeur à l’université de Provence et directeur de l’unité de recherche Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée (TELEMME).
Il est notamment l’auteur de « Varian Fry, du refuge… à l’exil  » (Actes Sud, 2000) et dirige le fonds « Repères méditerranéens » (INA Méditerranée, depuis 2009).

Jean-Michel GUIRAUD est historien et animateur de l’association Varian Fry France.


La conférence sera précédée à 18h00 d’une remise officielle des archives du secrétaire de Varian Fry aux AD13.


Manifestation dans le cadre de la Première biennale du Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires - Provence - Alpes - Côte d’Azur


-24 octobre 2011-



Histoire en PACA, migrations et territoires

















































































































































Provence terre des refuges