Accueil > Ressources

Conférences

La société marseillaise au XIXème siècle

Enregistrement audio de la conférence de Céline Regnard-Drouot, ACT - AD13, 24 novembre 2009, Marseille

L’historienne Céline REGNARD-DROUOT est la deuxième invitée du cycle LE TEMPS DES ITALIENS. Avant d’aborder l’histoire de l’immigration italienne en France, elle nous présente un portrait de la ville de Marseille au XIXème siècle, nous donnant ainsi une des clefs qui explique l’importance de l’immigration dans la région et plus particulièrement dans cette ville.

[mp3]

« Entre 1851 et 1914 Marseille connaît une des plus fortes périodes de croissance économique et démographique de son histoire. La valeur de la production industrielle est multipliée par douze. Le taux de croissance atteint une moyenne de 3% par an. L’immigration, phénomène séculaire à Marseille, s’en trouve stimulée. En une soixantaine d’années la population de la ville passe de moins de 200 000 habitants à plus de 550 000, soit un quasi-triplement. Au début du XXe siècle, Marseille est devenu l’un des principaux ports de commerce et de transport en Méditerranée et dans le monde. En France, seules la capitale et les villes-champignons nées de la « révolution industrielle » peuvent se prévaloir d’une telle croissance.
Ce développement économique représente un modèle original dans la mesure où il n’est pas fondé sur une ressource naturelle mais principalement sur la force de la main-d’œuvre. Dès le milieu du XIXe siècle, l’industrie marseillaise s’appuie sur « des bras qui ne manquent jamais ». Bien que diverses formes de salariat industriel coexistent dans la ville jusqu’à la Grande Guerre – l’atelier et la fabrication artisanale ne disparaissant que tardivement dans certains secteurs, comme la savonnerie, où ils sont des gages de qualité – c’est l’arrivée d’une abondante main-d’œuvre non qualifiée, venant s’ajouter au prolétariat local, qui constitue la nouveauté sur le plan social et économique à cette période. » Céline Regnard-Drouot, « Le creuset des infortunes. Les violences comme conséquence de la précarité. Marseille 1851-1914 », Interrogations, n° 4, 2007, p.p. 130-149.

Mardi 24 novembre 2009 à 18h30
Auditorium des Archives et Bibliothèque départementales
20, rue Mirès 13003 Marseille

Céline REGNARD-DROUOT est historienne maître de conférences à Université Université de Provence, chercheur au laboratoire TELEMME (Temps Espaces Langages Europe Méridionale Méditerranée).

Partagez

Rendez-vous d'ACT

Entretiens vidéos

Les acteurs de la Biennale Histoires mémoires ont la parole à suivre

Il sogno di Asmara Villes rêvées, villes niées

Atelier d’écriture - 7 décembre - Marseille à suivre

Cycle images d’Algérie

Exposition, projections, ateliers, débats, tables rondes - du 9 au 14 décembre - Marseille à suivre

Autres actualités

La naissance de Beausoleil, une « petite Italie » à la frontière monégasque

Exposition, projections, ateliers - à partir du 5 décembre - Beausoleil à suivre

Exil et autres textes

Lecture - 13 décembre - Toulon à suivre

7e édition du Prix « Jeunesse pour l’égalité »

Appel à projets, Observatoire des inégalités, jusqu’au 2 février 2020 à suivre

Ressources

Mutations du travail et « nouvelles » formes de discriminations à suivre
Entretiens vidéos à suivre
Vérité et Justice pour Adama à suivre
Enfance et violence : la part des institutions publiques à suivre
La fabrication du genre à l’école à suivre

Mise à jour : vendredi 6 décembre 2019 | Mentions légales | Plan du site |