Imprimer la page

Le Front d’Orient 14-19, les soldats oubliés

Colloque européen, Musée d’Histoire de Marseille, 12 et 13 décembre 2014, Marseille

« Les batailles qui ont eu lieu en Belgique et en France occupent le devant de la scène. Le reste du monde n’est que du vide ». Le constat de Murat Bardakci, un journaliste turc venu s’enquérir du programme français des commémorations de la Grande Guerre, en février 2014, n’est pas dénué de fondement. Et pour cause : parce que les Français se sont battus sur leur sol, ils ont eu tendance à oublier les autres théâtres d’opération qui leur apparaissaient fatalement comme secondaires. Quand parfois le front oriental était évoqué, il ne s’agissait tout au plus que du front russe, les Balkans étant à peu près oubliés. Pourtant, la Grande Guerre est bien une guerre mondiale qui a ravagé l’ensemble du continent européen, tout particulièrement les Balkans.

Sous la direction scientifique de l’historien Jean-Yves Le Naour, onze spécialistes européens seront présents pour croiser les regards et les savoirs sur ce front oublié et confronter les points de vue sur le conflit et son héritage pour l’Europe.

Colloque organisé par le musée d’Histoire de Marseille dans le cadre de l’exposition La Grande Guerre sur tous les fronts.


Vendredi 12 décembre de 9h30 à 12h30 et de 14h30 à 17h
Samedi 13 décembre de 9h30 à 12h30

Musée d’Histoire de Marseille
2, rue Henri Barbusse - Marseille 1er
04 91 55 36 00
musee-histoire@mairie-marseille.fr

PROGRAMME

Introduction
- Laurent Vedrine, conservateur en chef, directeur du musée d’Histoire de Marseille. Représentation régionale de la Commission européenne en France (Marseille). Jean-Yves Le Naour, historien, co-commissaire de l’exposition, responsable scientifique du colloque.

- Une expédition coloniale ? L’expérience des soldats français aux Dardanelles en 1915. Communication de John Horne, professeur au Trinity College, Dublin.

- La bataille des Dardanelles du point de vue des Turcs. Communication d’Alexandre Toumarkine, Orient-Institut Istanbul / Max Weber Stiftung, Istanbul.

- L’armée d’Orient et ses relations avec les Grecs. Communication d’Elli Lemonidou, professeure assistante en Histoire moderne et contemporaine, Université de Patras, Grèce.

- L’armée d’Orient, une nouvelle expédition militaro-scientifique ? Communication de Thérèse Krempp, doctorante à l’EHESS et membre du Centre d’études byzantines néo-helléniques et sud-est européenne.

Après-midi
- Le front de Macédoine. 1915-1918. Le contact entre les Français et les Bulgares. Communication de Gueorgui Peev, professeur à la Nouvelle Université de Bulgarie.

- Les soldats serbes sur le front d’Orient, 1916-1918. Communication de Stanislav Sretenovic, docteur en histoire de l’Institut universitaire européen de Florence, chercheur titulaire à l’Institut national d’histoire contemporaine de Belgrade, Serbie.

- Entre Risorgimento et impérialisme, le rêve balkanique de l’Italie. Communication de Frédéric Le Moal, docteur en histoire, enseignant à Saint-Cyr, France.

- Stratégies austro-hongroise et allemande sur le front d’Orient. Communication de Bernhard Bachinger, Université de Graz (Autriche) et Ludwig Boltzmann institut für Kriegsfolgen-Forschung.

- 17h30 : Visite de l’exposition et/ou des collections permanentes du musée d’Histoire.

Samedi 13 décembre de 9h30 à 12h

- L’Albanie dans la Première Guerre mondiale (1915-1918). Dynamiques locales et occupations étrangères. Communication de Stefan Popescu, Maître de conférence à l’École Nationale des Sciences Politiques et de l’Administration de Bucarest, Roumanie.

- La Roumanie, l’allié à contretemps. (R)entrées et sortie(s) de guerre d’une petite puissance. Communication de Traian Sandu, professeur enseignant à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvell, Paris, professeur agrégé, habilité à diriger des recherches, spécialiste de l’histoire de la Roumanie.

- La Première guerre du "containment" ? Le conflit roumano-bolchevik en Bessarabie (janvier/ février 1918). Communication de Jean-Noël Grandhomme, maître de conférence habilité à diriger des recherches à l’Université de Strasbourg, conférencier au collège militaire royal du Canada.

- 12h30 : visite au Monument à l’Armée d’Orient (Corniche Kennedy).

Plus d’informations sur le programme des deux journées en téléchargement.


-12 décembre 2014-



Histoire coloniale et postcoloniale