Imprimer la page

Les réfugiés d’Égypte. Une France arabe au début du XIXe siècle ?

Emmanuel Blanchard, La Vie des idées, décembre 2012


 


Dans le sillage de Napoléon, des Égyptiens débarquèrent à Marseille en 1801. Ian Coller narre leur installation en terre française et propose d’y voir la trace d’une hybridation qui aurait pu être – mais que la conquête de l’Algérie rendit impossible : celle d’une France arabe


L’ouvrage de Ian Coller est assurément de ceux dont le titre attire l’attention et encourage le lecteur potentiel à plonger dans des pages dont les prestigieux parrainages de quatrième de couverture (Timothy Tackett, Christopher Bayly, Tyler Stovall, Leora Auslander) situent et vantent l’ambition historiographique. S’il est nécessaire de resituer l’importante recherche empirique de l’auteur, son objectif n’est pas seulement de restituer un pan relativement méconnu de l’« histoire de la diversité » – un label revendiqué mais non défini par l’auteur – au cours d’une période allant de l’Expédition d’Égypte à la conquête d’Alger. Il souhaite aussi, à travers l’exemple des « réfugiés d’Égypte », contribuer à une histoire connectée des deux rives de la Méditerranée et participer au mouvement historiographique de réévaluation des apports de l’islam et des musulmans en Europe des XVIe au XIXe siècle.


Article à lire sur La Vie des idées.



Ouvrage :
Arab France. Islam and the Making of Arab Europe, 1798-1831
Ian Coller
University of California Press, 2012
304 p.


-21 décembre 2012-



Histoire coloniale et postcoloniale




















































































































































Marseille la méditerranéenne
































Provence terre des refuges