Imprimer la page

Marseille, une ville coupée en quatre

Article de Joël Gombin, Métropolitiques, 22 mai 2017


Lors du premier tour de la présidentielle, les profondes inégalités sociales qui segmentent l’espace marseillais se sont exprimées dans les urnes. Elles font rejaillir l’opposition ancienne entre les quartiers nord et ceux du sud, à laquelle se superpose un nouveau clivage centre–périphéries, pour former la mosaïque électorale très contrastée de la cité phocéenne.

Après Marseille la brune, Marseille la rouge ? Alors que les votes des grandes métropoles sont supposés acquis à Emmanuel Macron si l’on en croit les premières analyses postélectorales reprenant le thème de la « France des métropoles » contre la « France périphérique » (Guilluy 2014), c’est Jean-Luc Mélenchon qui est arrivé en tête dans la deuxième ville de France au soir du 23 avril dernier. Devant un tel succès, le représentant de la France insoumise a d’ailleurs décidé de se porter candidat dans la 4e circonscription législative des Bouches-du-Rhône, au centre de Marseille, où il a recueilli 39 % des suffrages exprimés au premier tour.

Lire la suite

Article de Joël Gombin, doctorant en sciences politiques.


-28 juin 2017-



Politique