Imprimer la page

Saint-Auban : cent ans d’usine et de migrations

Émission sur Radio Dialogue, ACT-RHMIT, 14 mars 2014


En 1914, la Compagnie Alais-Froges-Camargue (futur groupe Pechiney aujourd’hui Arkema) dut parer au plus pressé : édifier sur des terrains destinés à l’hydroélectricité une usine pour produits chimiques (gaz asphyxiants…).
Les considérables besoins de main d’oeuvre ont entraîné l’arrivée de très nombreux travailleurs étrangers : allemands (prisonniers politiques), indochinois, kabyles, grecs, espagnols, italiens, russes ... la cité ouvrière de Saint-Auban a compté jusqu’à 27 nationalités. Une singularité étonnante et bientôt centenaire dans le département rural des Alpes de Haute-Provence.

Avec Paul Piccirillo, président du centre social La Marelle


Pour aller plus loin :

Migrations et monde ouvrier dans les départements alpins
Bibliographie pour la rencontre territoriale de Saint-Maime

Parcours ouvriers et migrants. Cent ans d’usine à Saint-Auban
Exposition de l’association du Patrimoine, lectures d’archives et de portraits, table ronde avec Laurence Americi, Ali Mekki et Cesare Mattina

Un appareil productif en mutation
Rencontre-débat avec Pierre Fournier et Cesare Mattina

Territoire(s) en transition
Rencontre-débat avec Jacques Garnier


-9 mai 2014-



Histoire en PACA, migrations et territoires












































































































































Histoire sociale et mémoire ouvrière