Imprimer la page

Vivre au paradis

Projection du film de Bourlem Guerdjou, collectif Mémoires en marche, 17 octobre 2014, Marseille

Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement, avec femmes et enfants, à Paris contre le couvre feu discriminatoire qui leur avait été imposé par Maurice Papon, préfet de police de Paris. Ils défendaient par cette action leur droit à l’égalité, leur droit à l’indépendance et le droit fondamental des peuples à disposer d’eux‐mêmes. Des centaines perdirent la vie, victimes d’une violence et d’une brutalité extrême des forces de police.

La France n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans les guerres coloniales qu’elle a menées — en particulier la Guerre d’Algérie — pas plus que dans le cortège de drames et d’horreurs qu’elles ont entraînés, comme ce crime d’État que constitue le 17 octobre 1961. Il y a une continuité évidente dans les luttes anti-coloniales de cette époque là et les luttes actuelles de l’immigration : c’est le combat pour l’égalité des droits dans tous les domaines.

17 octobre 2014 à l’Alhambra (2, rue du Cinéma - Marseille 16e), projection de
Vivre au paradis
Un film de Bourlem Guerdjou, avec Roschdy Zem, Fadila Belkebla, Farida Rahouadj
Accueil/apéro à partir de 18h30

Réservation : 04 91 03 84 66.


-17 octobre 2014-



Histoire coloniale et postcoloniale