Conférences


Depuis 2008 , en lien avec actions et réflexions menées dans les quartiers en soutien aux acteurs locaux, ACT propose chaque année un cycle de conférence ouvertes au grand public.

Sous le titre général de « la fabrique du regard », les conférences sont organisées avec le musée d’histoire et la bibliothèque de l’Alcazar

Ces conférences sont enregistrées et peuvent être écoutées sur le site internet (voir détails sur « nos ressources »)


Edwy Plenel : l’histoire et la mémoire dans notre relation au monde

Conférence, BMVR Alcazar, 28 septembre 2017

En savoir plus

La Fabrique du Regard #3 : Figures de l’altérité

Cycle de conférences, Avril-Décembre 2018, Marseille, ACT-BMVR-MHM

En savoir plus

Réimaginer l’Europe. Enfants d’empires et postmémoires européennes


Margarida Calafate Ribeiro est chercheure au Centre d’Études Sociales de l’Université de Coimbra au Portugal. Elle dirige le projet « Memoirs : enfants d’empire et postmémoires européennes ».

Memoirs propose une approche audacieuse de l’histoire de l’Europe contemporaine pensée à partir de ses héritages coloniaux. Le caractère novateur de ce projet se reflète dans une question centrale, qui n’a d’ailleurs jamais été placée à l’échelle européenne : quel est l’impact, dans l’Europe contemporaine, du transfert de mémoires de la fin du colonialisme dans ses multiples dimensions ?

Memoirs a pour objectif d’analyser les mémoires héritées par les enfants et les petits-enfants de la génération qui a vécu les processus de décolonisation de territoires dominés par le Portugal, la France et la Belgique sur le continent africain – Congo, Algérie, Angola, Mozambique, Guinée-Bissau, Cap Vert et São Tomé-et-Principe.

L’héritage colonial européen sera réinterrogé à partir d’entretiens et
de l’analyse comparée des représenta- tions des seconde et troisième généra- tions, influencées par la postmémoire des guerres de décolonisation et de la fin des empires. Le projet a pour objectif central de comprendre la diversité post-impériale européenne – une société multiculturelle marquée par les vestiges d’empires, oubliés seulement en apparence.

Théâtre de l’œuvre 18H00
1, rue Mission de France 13001 Marseille



En savoir plus

L’Afrique au carrefour des espoirs populaires et des guerres néo- coloniales


La conférence prévue à l’Alcazar le 8 octobre est annulée en raison de la fermeture de la bibliothèque du fait de la présence de punaises de lit. Vous pouvez retrouver Saïd Bouamama le lundi 7 octobre à 18 heures au centre social de l’Agora.

Saïd Bouamama est sociologue et militant du Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP). Ses travaux et son engagement portent sur les classes et quartiers populaires et sur les nouveaux visages du néo-colonialisme.

L’Afrique s’embrase pour le meilleur ou pour le pire. Pour le pire, car le continent voit se multiplier les guerres et déstabilisations pour les richesses pétro-gazières et pour les minerais stratégiques. Le continent n’a jamais connu autant de forces militaires étrangères depuis les indépendances et autant de situations de guerres euphémiquement appelées « civiles ».

Une nouvelle guerre mondiale s’y déploie pour le plus grand malheur des peuples africains. Pour le meilleur, car les luttes populaires de grande ampleur s’y déploient du Soudan à l’Algérie en passant par le Burkina.

Quels sont les enjeux et causes des guerres « africaines » au-delà des explications essentialistes de nos médias ? Que cachent les explications médiatiques dominantes en termes de « guerres ethniques » ou d’« offensive djihadiste » ? Que pouvons-nous faire pour appuyer les luttes populaires présentes et futures ?

La page de l’événement

En savoir plus

La santé mentale de la population migrante en France


En France, sur deux générations, un français sur quatre a des origines
étrangères. Connaître et comprendre les particularités de la santé mentale des populations immigrées représentent un enjeu majeur pour permettre la mise en place d’une offre de soins adaptée.

Plusieurs études montrent que les statuts migratoires et la condition des minorités ethniques représentent un risque augmenté de troubles psychiatriques. On constate notamment des troubles sévères tels que la psychose. Ce risque augmenté s’explique par une plus grande exposition à des facteurs stressants, mais il n’est pas seulement dû au vécu traumatique de la guerre et aux conditions de migration, il est aussi influencé par les conditions d’installation et d’intégration dans le pays d’accueil. Dans cet exposé, à partir de différents contextes (en population générale, en situation de précarité et chez les « nouveaux arrivants »), il s’agira de présenter les connaissances actuelles sur la santé mentale des migrants.

Nous aborderons les facteurs de risques psychosociaux, la vulnérabilité psychique, les inégalités d’accès aux systèmes de soins, les différences de traitement observés entre migrants et natifs et les besoins spécifiques des « nouveaux arrivants ».

Andréa Tortelli est psychiatre. Elle est rattachée au Pôle GHU Psychiatrie Précarité Paris (EMPP Nord Est ; ACT « Un chez soi d’abord »), à l’INSERM U 955-15 et à l’Institut Convergences Migrations, département « Health ».

22 octobre à 18 heures

L’Alcazar
58, Cours Belsunce 13 001 Marseille

La page de l’événement

En savoir plus

Routes et déroutes migratoires en Méditerranée


Conférence Routes et déroutes migratoires en Méditerranée par le Collectif Alarmphone (Watch The Med - Alarmphone)

Le projet AlarmPhone a été initié en octobre 2014 par des activistes et acteurs de la société civile européenne et africaine. Le collectif a mis en place une ligne téléphonique d’urgence à destination des personnes se retrouvant en situation de détresse pendant une traversée de la mer Méditerranée.

À l’occasion de ses 5 ans d’existence, AlarmPhone publie un recueil de textes, de témoignages et d’analyses. « Routes
et déroutes migratoires en Méditerranée » est une conférence à plusieurs voix au cours de laquelle des membres du collectif
local partageront leurs expériences et leurs analyses des enjeux géopolitiques qui traversent actuellement le bassin méditerranéen.

L’Alcazar, 58, Cours Belsunce 13 001 Marseille - 18 heures

Lien vers l’événement ici

En savoir plus

Renforcement de la conscience communautaire guadeloupéenne en situation de migration

Conférence d’Ary Gordien - Renforcement de la conscience communautaire guadeloupéenne en situation de migration

De l’émergence du mouvement de la négritude aux revendications mémorielles liées à l’esclavage des années 2000, de nombreux mouvements culturels et politiques antillais ont pris naissance en France hexagonale. Cette communication s’interroge à la fois plus généralement et plus spécifiquement sur la manière dont des expériences de migrations guadeloupéennes deviennent le point de départ d’une identification individuelle ou collective qui sont parfois l’objet de politisations institutionnelles.

Je me fonde pour ce faire sur trois cas. Les étudiants anticolonialistes guadeloupéens installés en France hexagonale à partir des années 1960, les discours de descendants de colons sur le rapport qu’ils entretiennent avec la France hexagonale et les interactions de réseaux d’hommes guadeloupéens installés en Île-de-France et qui s’identifient comme gais ou bis.

Le croisement de ces données permettra de penser la définition d’une ethnicité antillaise en mettant en évidence les marqueurs saisis pour ériger les frontières du groupe que certains militants aspirent à construire. Ce faisant, la dimension raciale plus ou moins explicite, qui entre en ligne de compte révèle la complexité et la labilité de ces formes d’identification.

Ary Gordien est chargé de recherche en Anthropologie au CNRS (LARCA UMR 8225)

L’Alcazar, 58, Cours Belsunce 13 001 Marseille - 18 heures

Lien vers l’événement ici

En savoir plus

Qui se rue sur qui ? Les migrations, enjeu euro-africain ou enjeu panafricain ?


Une conférence d’Amzat Boukari-Yabara

Mouvement global dans son ampleur géographique et projet politique inscrit dans une histoire de la longue durée, né à l’extérieur de l’Afrique parmi des captifs déportés en esclavage aux Amériques dans le cadre de la traite transatlantique, le panafricanisme est traversé par la question des mobilités et des frontières, des violences et des résistances.

Depuis leur exil forcé, les diasporas mutilées ont développé une vision globale de l’Afrique et nourri des projets de retour. La conférence de Berlin en 1885 imposa un découpage du continent en grandes zones d’influence européenne que les indépendances africaines vont encore plus morceler au début des années 1960.

Entre temps, en 1900, alors que la vision historique du panafricanisme l’emporte sur la vision raciale du pan-négrisme, les militants réunis à Londres, conscients des liens entre le capitalisme le plus sauvage et le racisme le plus élémentaire, soulignent que « le problème du 20è siècle sera celui de la ligne de couleur ».

Alors que les frontières officielles du colonialisme, de la ségrégation et de l’apartheid semblent physiquement tombées, le panafricanisme connaît un regain d’intérêt et de visibilité dans un début de 21è siècle où les questions d’identité, de mobilité et d’émancipation introduisent de nouvelles formes de violences, d’empathie et de solidarités.

Dans ce contexte, quelles potentialités politiques portent les mobilités intra-africaines, extra-africaines et panafricaines ?

Amzat Boukari-Yabara est docteur en histoire et militant à la Ligue Panafricaine ‒ UMOJA. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme, aux éditions La Découverte.

Le 3 décembre à 18 heures

L’Alcazar
58, Cours Belsunce 13 001 Marseille

Structures organistratrices : ACT / L’Alcazar

Photo de Lahcene Abib

En savoir plus
Partagez

Rendez-vous d'ACT

Entretiens vidéos

Les acteurs de la Biennale Histoires mémoires ont la parole à suivre

Discriminations vécues : Impacts et stratégies collectives

Atelier - ACT - 22 novembre - Marseille à suivre

Qui se rue sur qui ? Les migrations, enjeu euro-africain ou enjeu panafricain ?

Conférence - 3 décembre - BMVR - Marseille à suivre

Autres actualités

Balades urbaines Joliette/Panier et Belsunce/Noailles

Migrantour - du 12 au 24 novembre - Marseille à suivre

Les Misérables

Film de Ladj Ly, sortie nationale le 20 novembre 2019 à suivre

Festival OQP Opération Quartiers Populaires

Spectacle protéiforme - Théâtre de l’oeuvre - du 24 au 30 novembre - Marseille à suivre

Marges de manOEuvre

Projection- débat - Cinéma Le Gyptis - 27 novembre - Marseille à suivre

Exil et autres textes

Lecture - 29 novembre - Toulon à suivre

Louise Michel et les libertés

Balade urbaine - 30 novembre - Marseille à suivre

6è Assises des luttes contre l’Afrophobie Négrophobie

Rencontres - 30 novembre - Parc Chanot - Marseille à suivre

7e édition du Prix « Jeunesse pour l’égalité »

Appel à projets, Observatoire des inégalités, jusqu’au 2 février 2020 à suivre

Ressources

Entretiens vidéos à suivre
Nouveau numéro de la revue "Une année en Méditerranée" à suivre
« Il n’y a pas de crise de la masculinité » à suivre
Carte blanche. L’État contre les étrangers à suivre
Stéréotypes/Stéréomeufs à suivre

Mise à jour : jeudi 21 novembre 2019 | Mentions légales | Plan du site |